Rencontre : «Le désenfantement» de Rita El Khayat s'invite à l'IF de Rabat

Rencontre : «Le désenfantement» de Rita El Khayat s'invite à l'IF de Rabat

Le livre «Le désenfantement» de l'écrivaine Rita El Khayat a été présenté, sous forme théâtrale, vendredi soir à l'Institut français (IF) de Rabat. 

 

Lors de cette soirée-rencontre, l'actrice Sophia Hadi a joué plus d'une heure durant, sur fond musical et sonore, le récit «La parabole de la brisure», extrait du livre, qui se veut une compilation de textes dont l'histoire de leur contradiction ou réaffirmation est simple : elle est l'émanation d’une terrible douleur qui affecte l’auteure et a changé jusqu’à ses modes d’écriture.

Ces textes sont, en effet, «des découpures dans la douleur sans cesse envahissante, intraitable et odieuse. Ils raconteront par bouffées et par révoltes ce que sont la vie, la mort, la beauté, la jeunesse, les pleurs, la consolation, la séparation. Toutes choses organisant la vie. Mais surtout la mort», lit-on dans une note de présentation de l'IF.

«L’agonie commence dès la naissance car le terme de toute vie c’est la mort et elle éclot entre mélancolie, agoniste, et pourrait s’appeler l’agovie, son antagoniste étant le principe de néant. Celui auquel nous retournons et duquel nous provenons; qui se souvient de ce qui fût ? Mais surtout qui a rapporté de l’au-delà un mot-de-vie ?», précise la note de présentation. Et d’ajouter que «l’effarement réside dans la chose dite et son contraire».

«Je suis cassée. Cela s’est passé sur ma colonne vertébrale à hauteur d’Atlas mais même Axis a pris un sale coup. Ils disent que je suis tétraplégique. Aucun de mes membres ne bouge ni ne s’étire plus. Plus personne jamais ne réchauffera le froid de l’immobilité envahissant mes os un par un de haut en bas», a lu Sophia Hadi, dotée d'une aura artistique impressionnante sur scène, en interprétant ce long récit au grand plaisir du public présent.

Rita El Khayat est médecin psychiatre, psychanalyste, journaliste et femme de lettres. Elle est membre du Conseil d’administration du Festival international du film de Marrakech et présidente du Fonds d’aide pour le cinéma en 2011. Ses essais sur le Maghreb des femmes ont largement contribué à une réflexion féministe, quête qu’elle poursuit également dans son univers romanesque. Elle a publié plus d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, poésie et beaux-livres.

De son profil de psychiatre, psychanalyste et anthropologue, diplômée des Universités de Paris dans toutes ces disciplines, El Khayat s’est taillée de nombreux outils pour disséquer les comportements sociaux. Cette femme hors du commun disserte sur tout : les barrières linguistiques, le patrimoine culturel social dont elle fait son fer de lance, notamment dans «Le livre des prénoms». Son champ d’investigation s’étend sur tout le Maghreb et le monde arabe, pays contigus et aux similitudes indéniables.

Parmi ses publications figurent «Le monde arabe au féminin», «Le Maghreb des femmes», «Le somptueux Maroc des femmes», «Une psychiatrie moderne pour le Maghreb» et «Les sept jardins».

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 14 Juin 2024

Festival Mawazine: culture, diplomatie, économie et impact social

Mardi 04 Juin 2024

«Psychanalyse de l’improbable» de Abdelhak Najib. L’écriture du désastre

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux