Un nouveau logiciel espion israélien ciblerait des journalistes et des politiques dans plusieurs pays

Un nouveau logiciel espion israélien ciblerait des journalistes et des politiques dans plusieurs pays

Un nouveau logiciel espion de fabrication israélienne, ressemblant au programme Pegasus, a été utilisé pour cibler des journalistes et des personnalités politiques dans plusieurs pays, selon le laboratoire de recherche canadien Citizen Lab.
 

Le logiciel espion a été créé par l'entreprise QuaDream Ltd, elle-même fondée par un ancien responsable militaire israélien et ancien membre de la société israélienne NSO Group, le créateur de Pegasus, affirme l'organisme spécialiste des questions de cybersécurité.

D'après ce dernier, au moins cinq personnes ont été ciblées par le logiciel en Amérique du Nord, en Asie centrale, en Asie du Sud-Est, en Europe et au Moyen-Orient.

"Parmi les victimes figurent des journalistes, des personnalités de l'opposition politique et un membre d'une ONG", a indiqué l'organisation, précisant qu'elle ne les identifierait pas pour l'instant.

Le sujet des logiciels espions privés a surgi sur le devant de la scène internationale à la suite des révélations en cascade autour du logiciel Pegasus, exporté par la société NSO.

En juillet 2021, une enquête coordonnée de plusieurs médias avait révélé une liste de plus de 50.000 noms d'individus susceptibles d'avoir été surveillés via Pegasus.

Ces allégations ont déclenché des scandales et parfois des procédures judiciaires dans plusieurs pays, dont la création au Parlement européen d'une commission d'enquête spéciale.

Citizen Lab a expliqué qu'une fois placé sur le téléphone ou l'ordinateur, le logiciel espion de QuaDream peut enregistrer le son d'un appel téléphonique, prendre des photos et effectuer des recherches dans les fichiers de l'appareil... le tout à l'insu de l'utilisateur.

Le logiciel permet également d'accéder aux données stockées sur le "cloud" (à distance) et comprend par ailleurs une fonction d'autodestruction pour masquer sa présence une fois qu'il n'est plus utilisé.

Citizen Lab a identifié des serveurs dans dix pays ayant reçu des données provenant des appareils des victimes, dont Israël, Singapour, le Mexique, les Émirats arabes unis et la Bulgarie.

QuaDream a vendu ce logiciel espion à des gouvernements, notamment Singapour, l'Arabie saoudite, le Mexique, le Ghana, ou encore l'Indonésie et le Maroc, a précisé Citizen Lab.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 16 Juillet 2024

Programme de soutien aux clusters : appel à projets du MIC pour 2024

Lundi 01 Juillet 2024

Cybersécurité au Maroc: les enjeux du secteur

Samedi 29 Juin 2024

Sportech : «Les startups sportives marocaines sont de plus en plus nombreuses et innovantes»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux