HCP: le rythme de croissance des prix à la consommation marque une légère décélération au 2e trimestre

HCP: le rythme de croissance des prix à la consommation marque une légère décélération au 2e trimestre

Le rythme de croissance des prix à la consommation, bien qu’encore élevé, aurait au deuxième trimestre 2023, légèrement décéléré pour la première fois depuis six trimestres de hausse continue, s'établissant à 7,1% en glissement annuel, au lieu de 9,1% un trimestre auparavant, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
 

Ce retournement de tendance aurait résulté du recul des prix des produits non-alimentaires de plus de la moitié (+1,4%) par rapport à +3,5% enregistré au premier trimestre et d'une décélération de 17,6% à 15,5% amorcée au niveau des prix des produits alimentaires, explique le HCP dans son point de conjoncture du deuxième trimestre 2023 et des perspectives pour le T3-2023.

L'atténuation des pressions inflationnistes importées se serait traduite par une baisse des prix de l'énergie et un début de ralentissement des prix des denrées alimentaires, relève la même source.

Et de noter que la contribution négative des prix de l'énergie (-0,5 point) et le ralentissement des prix des produits manufacturés, sous l'effet de la décélération de ceux des véhicules et des biens d’équipement ménager non durables, auraient induit une réduction de l’inflation des produits non alimentaires.

Le fléchissement d'un point par rapport au trimestre précédent de la contribution des prix des denrées alimentaires hors frais, en lien avec le repli des prix de l'huile de table, des céréales non transformées et des produits à base de céréales, aurait, pour sa part, favorisé le recul de ceux des produits alimentaires.

Ces effets baissiers auraient été, toutefois, compensés par la poursuite de l'expansion des prix des produits frais (+2,5 points de contribution), reflétant l'accélération des prix des agrumes, des fruits et des légumes frais, souligne le HCP.

Les disponibilités plus restreintes des produits agricoles, sous l'effet du déficit hydrique persistant, ainsi que la hausse des coûts de production et de distribution, auraient entravé la décélération rapide du taux d'inflation des produits alimentaires frais.

En outre, le mouvement de persistance de l’inflation aurait été, également, alimenté par la légère hausse des prix des services, notamment ceux du transport aérien, la restauration et des consultations médicales.

Concernant l'inflation sous-jacente, qui exclut les prix soumis à l'intervention de l'Etat et les produits à prix volatils, elle aurait progressé de 6,5% sur un an, mais aurait, également, affiché un recul par rapport à +8,2% enregistré au premier trimestre 2023, du fait du reflux de l'inflation des produits alimentaires hors frais et de celle des produits manufacturés.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Le Morocco Gaming Expo 2024 ouvre ses portes à Rabat

Vendredi 24 Mai 2024

Chômage en milieu rural : une tendance alarmante

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux