Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Politique

Nouvel ordre séculier

Nouvel ordre séculier
Mardi 02 Fevrier 2021 - Par admin

◆ «Les peuples somnolaient, le destin prit soin qu’ils ne s’endormissent pas» (Friedrich Hölderlin)

 

Par Abdelhak Najib. Écrivain-journaliste

 

 

L’homme est un dieu quand il rêve et un mendiant quand il réfléchit. Friedrich Hölderlin avait écrit à peu près cela il y a longtemps. Aujourd’hui, en 2021, avec l’épisode de la pandémie mondiale, qui rêve et qui réfléchit ? Rêver en dieu suppose de penser à un autre monde, plus équitable, plus humain, plus simple et dans sa vision et dans sa gestion. Avec une philosophie humanitaire claire : l’homme au centre du monde, haro sur les intérêts et le tout économique, des politiques mondiales sans discrimination, plus de famine dans la banlieue de la planète, des politiques moins mensongères et surtout une parade efficace à cette terrible définition de la politique : le pouvoir de tuer sans être jugé.

C’est Jean Rostand qui avait dit un jour : «Quand un homme tue un homme c’est un assassin, quand il tue des millions, c’est un conquérant et quand il les tue tous, c’est un dieu». Généralement, c’est la guerre qui décidait de la fin d’un monde et de la naissance d’un autre sur les ruines de l’ancien. Mais depuis la fameuse guerre froide, tous les mondes qui devaient naître ont avorté dans l’œuf. Le 11 septembre 2001 annonçait un grand chamboulement. Il n’en fut rien. Il y a eu des invasions. Et des bombardements à répétition, avec renfort de technologies.

L’ère du drone tueur était née. Les États-Unis d’Amérique, avec l’aval (pour la forme) de l’Europe, ont ravagé des peuples et des civilisations anciennes, et la guerre au terrorisme continue sous d’autres appellations, sous couvert d’autres méthodes pour d’autres intérêts. Puis, il y a eu la crise financière de 2008. Le monde devait tomber de très haut. C’est la chute. Le plus grand crash depuis 1929. Il n’en fut rien, non plus. Les pauvres en ont pris un sacré coup pour ne plus jamais se relever. Les riches ont consolidé leur patrimoine. Et le monde continuait de tourner.

Ce qui était annoncé majeur s’est révélé mineur. On a ajourné la grosse débâcle. En attendant, on a brandi le spectre d’une guerre avec la Corée du Nord. Puis une autre avec l’Iran. Puis un embrasement au Moyen-Orient, avec les pseudos printemps arabes, qui se sont tous révélés des hivers gelés. Les Arabes n’ont pas envahi Tel-Aviv et Israël n’a pas bombardé Téhéran, pas plus que Donald Trump n’a lancé ses missiles sur Pyongyang. La Russie s’est annexée la Crimée. L’Europe s’est tue. Et après ? Rien. Des crises, certes, mais qui restent minimes.

Aucune ne pouvait annoncer un nouveau monde. A moins d’une troisième guerre mondiale. Celle-ci ne pouvait être que nucléaire. Donc holocauste. On ne parlera plus d’un nouvel ordre mondial, mais d’une extinction de masse. Un scénario pareil est une très mauvaise idée. Tout le monde y perd, pour de bon. Alors que la devise de la politique, depuis toujours, c’est que celui qui perd doit gagner en définitif. Il faut donc sacrifier des facettes d’un monde et gagner une nouvelle formule qui puisse être viable et applicable. Une formule qui marche.

Le virus Covid-19 est tout désigné pour remplir un tel rôle. On l’amorce et on embraie sur un nouveau monde. Ni holocauste nucléaire, ni retour à l’âge de la pierre. Mieux, on garde tout de l’ancien monde, mais avec de nouvelles règles. Celles-ci seront suivies par plus de 7 milliards d’humains sans rechigner. On peut se rebiffer quand il y a une forme d’injustice imputable à quelqu’un, à un État ou à un individu avec des visées mégalomanes. Mais une fatalité ? Le destin ? La nature qui se détraque ? Un virus ? Non.

Là, on entre dans le rang, peur de mourir oblige. Et le virus regroupe les trois autres. C’est un coup de destin qui nous rappelle fatalement que la nature ne pardonne rien. Dans cette absence de rédemption, il n’y a plus de G8. C’est un G zéro qui se dessine. Et ça arrange tout le monde, surtout ceux que l’on désignait jusqu’à fin janvier 2020 comme les grandes puissances mondiales. Les USA avaient déjà abandonné l’idée du leadership. Gérer le monde, c’est perdre du temps à gérer les problèmes des autres. L’élection de Donald Trump était claire à ce propos. On a mis à la Maison Blanche un businessman qui doit gérer les affaires américaines d’abord. L’ère des faux missionnaires qui veulent rendre ce monde soi-disant meilleur est révolue.

Personne n’y croit plus. Autant y aller franchement. Homeland. Priorité au territoire géographique. La Russie a, depuis Boris Eltsine, abandonné toute idée de course à la suprématie. Perte d’argent. Perte d’énergie. Perte de vision à long terme. Vladimir Poutine et son dauphin Vladimir Medvedev sont des gens du terroir. Le reste du monde ne les regarde pas du tout ou alors pour enquiquiner les autres. De Kaliningrad à Vladivostok, c’est un territoire immense, avec des millions de kilomètres carrés, à gérer. Quel intérêt a Moscou d’aller s’occuper des problèmes régionaux des Africains, à titre d’exemple ? Aucun. L’Union européenne, quant à elle, est un géant malade, très malade. Il agonise même.

Le Brexit devait être lu comme une sortie d’un conglomérat qui ne marche plus. L’arrivée au pouvoir d’un homme du bas comme Boris Johnson explique ce retour à une vision insulaire de l’avenir. Car l’Europe est aujourd’hui un club vieillot, qui a fait son temps et qui a atteint ses limites. L’Europe en tant que pôle de puissance, c’est périmé. Elle ne fait plus le poids. D’où la montée en puissance, un peu partout dans cette vieille Europe, de mouvements locaux et régionaux d’extrême droite. Autrement dit, on s’occupe de nos poules et de nos porcs. Quant aux brebis perdues sur d’autres territoires géographiques, ça ne fait plus partie de nos pensées. Reste la Chine, qui est la seule puissance donnant encore des signes d’hégémonie. Mais dans quel but ? La croissance économique ? Elle l’a et elle est sans concurrent.

Surtout que les Américains ont décidé de nettoyer devant leur porte et n’ont plus aucun intérêt dans ce type de bras de fer politico-économique avec aucune autre puissance réelle ou fictive. Washington veut bien céder le leadership à Pékin. La recherche et la création de nouveaux marchés ? C’est déjà fait. Et avec plus d’1 milliard et demi de citoyens, les Chinois peuvent revenir derrière leur grande muraille et oublier le monde et ses tracas. Mais ils ont planté de solides intérêts en Afrique. Ils ont compris que l’avenir se jouera dans ce continent. Ils multiplient les partenariats. Ils développent des projets communs avec des pays en phase de construction. Ils prennent une place délaissée, pour un temps, par les vieilles puissances coloniales, puis refusée par certains gouvernements locaux, justement à cause de ce rapport de colonisateur-colonisé. La Chine se glisse dans toutes les brèches. Là où il y a un marché à prendre, elle y va et met le prix.

Avec une double main-d’œuvre bon marché (les Africains et les Chinois contractuels sur place), le travail est fait, à frais réduits, à grande vitesse, sans atavismes coloniaux éculés. Il est évident aujourd’hui que dans le monde qui se dessine, c’est l’Afrique qui sera la plaque tournante. Ceci, le Maroc l’a bien compris, au moins depuis deux décennies. De nombreuses visites royales dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Est, d’excellentes relations politiques et économiques avec la majorité des pays, des liens historiques solides, nourris par ce passé commun de colonisé, mais qui a décidé de prendre son destin et son avenir en main, un engagement mutuel pour s’entraider, un désir réel de se construire tous ensemble et surtout la volonté claire de rejeter toute tutelle de cette vieille Europe.

C’est le pari réussi par le Maroc, avec la vision du Roi Mohammed VI, qui a bien vu que l’avenir du monde se jouera de manière régionale et que ce nouvel ordre mondial ne peut se bâtir que par d’efficientes relations Sud-Sud. L’équation est claire. Un chapitre du nouveau monde se tourne. Un nouveau chapitre est en train de s’écrire, mais dans un monde nouveau, avec de nouveaux intérêts et de nouveaux rapports de force. Dans ce nouveau monde, se dégage déjà une constante: c’est la banlieue du globe qui dicte déjà l’avenir.

 

 

 

 

Politique Actualité Politique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX