Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Politique

El Othmani sur Al Oula : «Le déconfinement est plus difficile que le confinement»

El Othmani sur Al Oula : «Le déconfinement est plus difficile que le confinement»
Jeudi 07 Mai 2020 - Par admin

Ceux qui espéraient des annonces ont été vite déçus. Invité ce jeudi soir sur Al Oula pour parler de la crise sanitaire, Saâd Eddine El Othmane, chef du gouvernement, n’en a fait aucune ! Rien de concret sur la relance économique ni sur les scenarios de déconfinement. Compte-rendu.

 

Une situation sanitaire maitrisée

Dès le début de son intervention, il salué les efforts colossaux fournis par le corps médical et les autorités. Chiffres à l’appui, il a mis en lumière la situation épidémiologique du pays

«Nous avons évité la catastrophe et nous maîtrisons la situation. Le nombre de guéris dépasse maintenant celui des contaminés. Plus de 90% de ces derniers, présentent un état stable. Les personnes en réanimations était au nombre de 90. Actuellement, elles sont 20 seulement. En l’absence des dispositions prises, le bilan aurait dû être plus lourd avec pas moins de 200 décès par jour. Le taux de létalité a baissé pour atteindre 3,3%, il est appelé à reculer davantage», affirme El Othmani.

S’agissant du confinement, le chef du gouvernement, estime qu’il est en général respecté. Il regrette toutefois la présence de quelques foyers de contamination sectoriels.

 

Le Registre social unifié refait surface

S’exprimant sur le fonds Covid19, El Othmani explique qu’il est destiné à soutenir le secteur de la santé et venir en aide aux personnes impactées par la crise notamment les salariés inscrits à la CNSS, les Ramedistes et les personnes opérantes dans l’informel.

Il a affirmé par ailleurs que cette opération sera le prélude pour le lancement du fameux registre social unifié (RSU) qui est à l’étude et sur le point d’entrer dans le circuit législatif. Il est question d’élaborer le meilleur scénario possible pour le bien-être de la population cible afin d’optimiser le mécanisme. Rappelons que le RSU avait été annoncé pour fin 2019. Il est un préalable incontournable pour mettre en place des aides directes au profit des populations vulnérables en remplacement des subventions de la caisse de compensation. 

 

Enseignement : pas d’année blanche

Pour ce qui est de l’enseignement à distance, le chef du gouvernement a déclaré que ce système a montré sa pertinence, mais il ne peut en aucun remplacer le système conventionnel, il est dès lors considéré comme complémentaire. Il a pu toucher pas moins 1,2 million d’élèves et ce nombre devrait augmenter avec son amélioration et sa généralisation.

Par ailleurs, il a confirmé les propos de son ministre de l’éducation nationale : «Il n’y aura pas d’année blanche. Plus de 70% du programme a été réalisé. Pour le reste de l’année, plusieurs scénarios sont à l’étude et nous choisirons le plus adéquat. A l’instar des autres pays, nous rencontrons des difficultés et aucune solution n’est encore définitive».

 

Stratégie de déconfinement : RAS

A une question sur le coût économique de la crise, El Othmania botté en touche, indiquant qu’il ne dispose pas de chiffres pour le moment et qu’il est encore tôt pour faire des évaluations. La CVE travaille d’arrache-pied pour mettre en œuvre un scénario pratique et bénéfique pour le pays, s’est-il contenté de répondre. Il faut dire toutefois que l’après Covidsera très rude. «Le déconfinement est plus difficile que le confinement», a affirmé El Otmani, sans pour autant décliner les grandes lignes de la stratégie post-covid. Rappelons que le Plan de déconfinement tant attendu sera présenté à la Chambre des représentants le 18 mai prochain. 

Le chef du gouvernement ne s’est pas non plus exprimé sur le plan de relance de l’économie, avouant que «ce serait vous mentir si je dis que je sais exactement comment on va relancer l'économie». Il s’est dit néanmoins «confiant dans l’avenir, et le Maroc a montré encore une fois qu’il est capable de relever les défis. Le peuple marocain a montré sa grandeur et sa volonté. Au départ, nous avions une forte pénurie de bavettes, actuellement nous produisons 9 millions par jour et nous sommes capables d’exporter aussi. Je salue l’esprit d’innovation de plusieurs acteurs dans différents domaines».

Actualités Marocaines Actualité Politique Coronavirus

Partage RÉSEAUX SOCIAUX