24,5 millions d’Algériens appelés au urnes pour élire le successeur d'Abdelaziz Bouteflika

24,5 millions d’Algériens pour élire le successeur de Bouteflika

 

Dans une atmosphère très tendue, marquée par des protestations sociales qui persistent depuis le 22 février dernier, plus de 24,5 millions d’Algériens sont appelés à se rendre aux urnes afin d’élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika.

Le ministère de la Défense nationale, maintient son influence sur la scène politique. Il a ordonné au personnel militaire d’aller voter en tenue civile, à l’instar de leurs concitoyens au niveau des bureaux de vote dans lesquels ils sont inscrits.

En course pour la présidence du pays figurent l’ancien Premier ministre et président du parti «Talaie el Hourriyet», Ali Benflis, l’ancien chef de gouvernement, Abdelmadjid Tebboune, l’ancien ministre de la Culture et actuel secrétaire général par intérim du Rassemblement National Démocratique (RND), Azzedine Mihoubi, l’ancien ministre de Tourisme et président du Mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina et le président du parti «Front Al-Moustakbel», Abdelaziz Belaid.

C’est le troisième scrutin présidentiel que les autorités tentent d’organiser cette année, après ceux du 18 avril dernier qui devait ouvrir la voie au cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, avant qu’il ne soit contraint à démissionner, et du 4 juillet 2019 qui avait dû être annulée, aucun candidat ne s’étant déclaré face à l’ampleur de la contestation sociale.

C’est pour la première fois qu’une élection présidentielle est organisée par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), une institution créée dans le sillage des revendications du mouvement populaire enclenché le 22 février dernier.

Cette instance électorale aux destinées de laquelle préside l’ancien ministre de la Justice, Mohamed Chorfi, est en charge de la supervision de toutes les étapes du processus électoral.

Mercredi, l’ANIE avait affirmé que «toutes les conditions étaient réunies pour le bon déroulement de l’élection présidentielle à travers toutes les régions des pays».

En Algérie, l’élection présidentielle a lieu au scrutin uninominal, à deux tours, à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si au premier tour du scrutin, aucun candidat n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, un deuxième tour est alors organisé dans un délai qui ne doit pas dépasser les 30 jours.

Les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au premier tour, participent au second tour.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 19 Avril 2024

Tanger abrite une conférence internationale sur la transition énergétique

Mardi 16 Avril 2024

X va devenir payant pour les nouveaux utilisateurs

Dimanche 14 Avril 2024

Tensions Iran - Israël : le Moyen-Orient, une véritable poudrière

Vendredi 29 Mars 2024

Moscou saigne, le monde s’inquiète

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux