Cybersécurité: le Maroc en première ligne

Cybersécurité: le Maroc en première ligne

Le Royaume se dresse en tant qu’acteur majeur dans la bataille constante pour la cybersécurité.

Dans la quête incessante d’un avenir numérique sécurisé, le Maroc se forge une réputation de pionnier dans le domaine de la cybersécurité. D’ici 2024, les revenus prévus pour ce secteur devraient culminer à 132 millions de dollars, selon Statista. Les pertes financières, la baisse de productivité, l’atteinte à la réputation et d’autres conséquences potentielles font de la cybersécurité un enjeu critique pour le Maroc. Au cœur de cette réalité numérique, le Royaume a été le pays africain le plus touché par les chevaux de Troie bancaires et les logiciels malveillants, enregistrant 18.827 attaques au cours de l’année écoulée, selon un rapport d’Interpol.

Ces cyberattaques, souvent orchestrées à travers des techniques sophistiquées comme le phishing, mettent en lumière la nécessité urgente d’une défense robuste. Et les attaques ne se limitent pas qu’à des acteurs individuels. Elles ciblent aussi des entreprises de toutes tailles, des institutions publiques à la santé, aux banques et aux services digitaux. Face à ces défis, le Maroc a adopté une approche proactive. L’année 2021 a marqué un tournant significatif avec l’approbation d’un projet de loi visant à créer un cadre juridique solide pour améliorer les systèmes d’information et établir des normes de cybersécurité dans les institutions publiques. Cela marque le début d’une stratégie nationale ambitieuse visant à renforcer la posture cybernétique du pays.

«Au cours des 10 dernières années, le Maroc a connu une croissance importante dans le domaine de la cybersécurité. Il y a eu une prise de conscience croissante de l’importance de protéger les systèmes d’information et les données des entreprises et des particuliers contre les cybermenaces … L’évolution rapide des technologies nécessite une approche proactive de la cybersécurité, intégrant des stratégies et des outils de sécurité avancés. Une politique de sensibilisation est également essentielle pour éduquer les individus et les organisations sur les menaces potentielles et les meilleures pratiques en matière de sécurité», souligne Mohamed Tmart, expert en sécurité informatique. Le lancement du Centre d’excellence en cybersécurité pour l’Afrique et l’inauguration du nouveau Data Center à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) soulignent l’engagement du Maroc à investir dans l’expertise et les infrastructures nécessaires pour affronter les défis numériques.

Ces initiatives, réalisées en partenariat avec des acteurs internationaux, témoignent de la volonté du Maroc de créer un écosystème de cybersécurité de premier plan. Le Maroc reconnaît l’importance de la coopération internationale dans la lutte contre les cybermenaces. Les partenariats avec des acteurs internationaux, tels que les États-Unis, la Corée du Sud, l’UE, renforcent la position du Maroc en tant qu’acteur majeur dans la cybersécurité régionale. Ces alliances permettent d’échanger des connaissances, de partager des bonnes pratiques et de bénéficier de ressources technologiques et humaines.

La situation du Maroc en tant que carrefour numérique stratégique en Afrique est également soulignée par son engagement à être à la pointe de l’innovation technologique et à favoriser une économie numérique ouverte. Cependant, cela expose également le pays à des menaces accrues, comme en témoignent les attaques de ransomwares et les stratagèmes de cyberextorsion. Alors que le Royaume se positionne comme un leader régional dans la cybersécurité, des défis persistants demeurent.

Les attaques cybernétiques exigent une réponse coordonnée et une collaboration renforcée entre le secteur public et privé. L’instauration d’une cyber-résilience accrue est impérative pour faire face aux attaques organisées et aux menaces émergentes. Dans cette ère numérique en perpétuelle évolution, l’effort continu du pays pour améliorer sa posture de cybersécurité et sa gouvernance numérique contribuera non seulement à protéger ses intérêts nationaux, mais également à jouer un rôle actif dans la défense mondiale contre les cybermenaces.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Avril 2024

Location de voitures: le nouveau cahier des charges rejeté par la Flascam

Samedi 20 Avril 2024

Notation du Maroc: «Une bouffée d’optimisme dans l’économie nationale»

Samedi 20 Avril 2024

Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

Samedi 20 Avril 2024

Transition démographique: le RGPH 2024 devrait confirmer le phénomène

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux