Big data: un champ des possibles infini

Big data: un champ des possibles infini

Le Big data a transformé la science, l'industrie, la santé, la finance ainsi que la société dans sa globalité. Roundup.

 

Par K. A.

Des milliards de personnes dans le monde ont désormais accès à Internet. Chaque action effectuée dans le monde digital génère de nouvelles données. Tous secteurs confondus, les entreprises exploitent ces mégadonnées pour collecter des informations auprès de nombreuses sources sur les clients, suivre les stocks, gérer les ressources humaines... En fait, la société d’aujourd’hui crée des données à un volume si alarmant que de nouvelles unités de mesure comme zettaoctet (un trilliard d'octets) sont devenues des termes en vogue.

Ce mastodonte de données ne peut être collecté, stocké ou traité à l'aide d'aucun des dispositifs conventionnels existants sans avoir recours à des variétés d'outils à la pointe de la technologie comme NoSQL, Hadoop et Spark, pour n’en citer que quelques-uns. Google par exemple détient la part la plus élevée en raison de son positionnement incontestable dans le marché des moteurs de recherche. En 2021, plus de 90% des recherches mondiales ont été effectuées via Google.

Selon les derniers chiffres, ce pourcentage se traduit par plus de 2.000 milliards de recherche par an et plus de 63.000 requêtes de recherche par seconde. Une autre statistique fascinante est que plus de 15% de toutes ces recherches sont entièrement nouvelles et n'ont jamais été demandées auparavant.

 

Les banques à l'affût

Les statistiques sont très positives dans le secteur bancaire. Depuis 2013, plus de 64% du secteur financier ont tiré profit du Big data. En 2015, l'industrie a déjà dépassé la taille du marché de 12 milliards de dollars. Et en 2019, ce marché est passé à 29,87 milliards de dollars. Ce chiffre devrait augmenter d'environ 12,97% entre 2020 et 2026. Ainsi, les données générées par les banques peuvent offrir des services client à la pointe de la technologie, aider les banquiers à créer de nouvelles offres personnalisées pour leurs clients, et également à mieux gérer les risques. Tout cela peut aboutir à une amélioration des performances dans l'ensemble du secteur bancaire mondial. «La donnée est mise au cœur de nos préoccupations, des systèmes transactionnels jusqu'aux dashboards et indicateurs clients. Nous la considérons effectivement aujourd'hui comme un actif stratégique auquel il faut donner une attention particulière», avait déclaré Issam Alaoui, expert en données digitales, précédemment dans nos colonnes.

 

Big data Health

Dans le secteur sanitaire, le marché pourrait valoir 67,82 milliards de dollars d'ici 2025. Selon GlobeNewsWire, il valait plus de 14,7 milliards de dollars en 2018. À la fin de 2019, il procurait déjà 22,6 milliards de dollars et devrait croître à un TCAC d'environ 20%. Plus il y a de données générées sur un diagnostic particulier, plus il devient facile pour les professionnels de la santé de les traiter. Et la crise sanitaire a d’ailleurs révélé son rôle majeur. «La crise de la Covid-19, étant donné la multidimensionnalité et l’intersectorialité de l’impact qu’elle a engendrées, a permis de faire émerger l’utilisation des Big data comme outil avancé, efficace et réactif pour alimenter et éclairer la prise de décision dans un contexte de grande incertitude», relève une étude du ministère de l’Economie et des Finances, mettant l’accent sur l’intelligence artificielle (IA) et le Big data qui sont testés au niveau des différents pays du monde comme jamais auparavant.

 

Des gisements numériques à risque

Avant que l'analyse du Big data ne devienne une idée pleinement développée, les entreprises stockaient des tonnes d'informations dans leurs bases de données, sans savoir quoi en faire. En moyenne, la mauvaise qualité des données coûte aux entreprises du monde entier entre 9,7 et 14,2 millions de dollars par an, selon IBM. Dans une économie comme la nôtre alimentée par le numérique, seuls ceux qui disposent de la bonne forme de données peuvent naviguer avec succès et ajuster leur activité pour s'adapter aux tendances du marché. «Une mauvaise qualité des données peut entraîner une mauvaise prise de décision ou une mauvaise stratégie commerciale. Cela entraînera à son tour une faible productivité et créera une méfiance entre les clients et une marque, engendrant ainsi la perte de réputation de cette marque sur le marché. C'est pourquoi les outils de BI (Business intelligence) et les logiciels de visualisation de données sont essentiels au succès de l'entreprise en 2022», conclut la multinationale américaine dans son rapport annuel. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 28 Juin 2022

Concentrations économiques non notifiées: nouvelle décision du Conseil de la concurrence

Mardi 28 Juin 2022

Ghita Mezzour: "le Maroc parmi les trois premiers acteurs de l’outsourcing en Afrique"

Mardi 28 Juin 2022

Transport routier : le gouvernement augmente de 40% la valeur du 4e soutien aux professionnels

Mardi 28 Juin 2022

Commerce: 65% des grossistes s'attendent à une stagnation des ventes au 2e trimestre

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux