Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse & Finances

Wafasalaf : Bon cru à fin septembre

Wafasalaf : Bon cru à fin septembre
Jeudi 30 Decembre 2010 - Par admin
Leader du secteur du crédit à la consommation au Maroc.
Une part de marché de l’ordre de 29,8%.
Un secteur automobile en expansion de 38%.
Nominé pour la deuxième année consécutive parmi les 5 meilleures marques de services au «Morocco Awards», nomination qui consacre la performance enregistrée en tant que marque proche des clients et partenaires, Wafasalaf a tout pour être leader sur le marché. A ce titre, Laila Mamou Beqqali, présidente du Directoire, a tout pour être comblée, et c’est l’impression qu’elle a donnée lors de la conférence de presse qu’elle a tenue récemment au siège de la société. 
En effet, alors que le contexte économique est peu favorable, Wafasalaf a enregistré, à fin septembre 2010, «une progression de ses encours globaux de plus de 9,4% supérieure à celle du marché». «Je tiens à mentionner qu’en production brute, Wafasalaf maintient son leadership sur tous ses marchés», déclare Laila Mamou.
A cet effet, Wafasalaf a consolidé sa position dans le crédit à la consommation avec une part de marché, à fin septembre 2010, en encours de 29,8% (29,7% en 2009), traduisant une bonne performance pour l’automobile (38% à fin septembre 2010 contre 35,9% en 2009) et l’équipement de la maison (57,6% à fin septembre 2010 contre 47,7% en 2009) et une légère baisse de la part de marché des prêts non affectés (25,4% à fin septembre 2010, contre 25,8% en 2009). 
On remarque ainsi que la fiscalité désavantageuse de la LOA (pour les clients qui ont payé au final la hausse de la TVA) n’a pas eu raison du crédit automobile. 
Il va sans dire que le simple fait d’évoquer le terme crédit fait ressortir la notion de coût du  risque. En cela, la présidente du Directoire de Wafasalaf assure qu’il est en baisse de 2% par rapport à 2009, alors qu’il est de 3,5% sur le marché. Elle est certaine que celui-ci «ne contiendra pas tout le risque de 2009».
Par ailleurs, le taux d’usure est passé de 22% en 1997 à 14% en 2010, et tourne en moyenne autour de 11%. «Nous ne nous calons plus au maximum du taux d’usure (…), nous sommes généralement en dessous de ce taux», déclare-t-elle.
Concernant les perspectives de 2011, l’objectif de Wafasalaf est, justement, de maintenir sa position de N°1, et ce au travers d’une politique commerciale dynamique, une synergie des équipes, une innovation permanente et une maîtrise du risque visant à lui permettre d’anticiper et d’innover.  
W. M. (stagiaire)

Partage RÉSEAUX SOCIAUX