Bourse & Finances

Tous les articles

Système financier: la DeFi casse les codes

Système financier: la DeFi casse les codes

La DeFi est un nouvel écosystème financier en cours de structuration et en forte croissance.

Son objectif : (re)créer des services et produits financiers de manière décentralisée, sans recourir aux intermédiaires.

Éclairage de Badr Bellaj, CTO de l’entreprise technologique Mchain.

 

Par Y. Seddik

Dans toutes les bouches en ce moment, la finance décentralisée ou DeFi (Decentralized Finance en anglais) connaît un succès grandiose. Cette forme de finance vise en effet à créer un nouvel écosystème de produits et services financiers parallèle au système financier traditionnel. La DeFi repose sur la blockchain, une technologie qui a d'abord été rendue populaire par le bitcoin, avant d’être adoptée à plus grande échelle. La finance décentralisée ne s'appuie pas sur des intermédiaires financiers tels que les Banques centrales, les Bourses ou les courtiers, mais utilise plutôt des Smartcontracts sur des blockchains, la plus connue étant Ethereum. Dit plus simplement, tout comme Internet a permis le transfert gratuit d'informations, la DeFi permet le transfert de valeur dans un système ouvert, transparent et auditable qui n'a besoin d'aucun tiers centralisé, mais juste de l'accord de deux parties.

Usages

Avec l’émergence de la DeFi, de nombreuses applications ont vu le jour. Communément appelées DApps, elles permettent aux particuliers de profiter de services inédits ou déjà existants, sans intermédiaires et à des prix défiant parfois toute concurrence. «Actuellement, les applications tournent principalement autour de l’octroi des prêts en cryptomonnaies via ce qu’on appelle des «Liquidity pool» et les courtiers. L’application la plus intéressante reste les «Flash loans», qui sont des crédits gérés par des Smartcontracts sans collatéral. S’ajoute à cela les Stable coins, qui sont des cryptomonnaies dont la valeur est stable et qui peuvent être utilisés comme monnaie de prêt; et donc l’emprunteur sort avec des Dollars en main», nous explique Badr Bellaj, CTO de l’entreprise technologique Mchain. Sur un horizon long, les experts estiment que la DeFi pourrait rendre obsolète un grand nombre de services de la finance traditionnelle.

Bénéfices

Son fonctionnement décentralisé et sa nature numérique lui accordent plusieurs avantages, comme l’explique Badr Bellaj. Il y a «l’accessibilité et la liberté financière : la finance décentralisée ou DeFI tout court est une finance ouverte à Monsieur tout le monde. Il suffit d’avoir une connexion Internet, sans aucune barrière à l’entrée, sans fournir un dossier ou quelconque document. Cette accessibilité épaule la liberté financière, vu que la DeFI profite de la nature décentralisée de la blockchain pour empêcher la censure. La transparence : Contrairement à la finance traditionnelle, les opérations financières sont transparentes et les clauses des Smartcontracts sont claires et bien précises. Cette transparence permet la conduite d’une meilleure audibilité et une meilleure gestion des risques. L’efficacité : la désintermédiation des acteurs classiques réduit les coûts et les délais. Par exemple, les crédits sur DeFI sont octroyés instantanément vu que la demande n’attend pas l’autorisation d’une banque ou autre». Et enfin, mentionne notre interlocuteur, l’innovation financière : «la DeFi permet des services financiers que la finance classique ne pourra pas offrir. A titre d’exemple, en DeFi il y a la possibilité de demander un crédit sans fournir un collatéral». Autres possibilités  : obtenir un crédit sans intérêt, contracter une assurance pour un seul vol en avion, ou même investir sur une fraction d'action sur les marchés boursiers. Autant dire que le champ des possibles de la finance décentralisée est infini.

DeFi & inclusion financière

La DeFi a le potentiel de révolutionner l’industrie financière telle que nous la connaissons. Les utilisateurs n’ont plus à compter sur des entités spécifiques pour les prêts, les assurances ou les paiements. Pour la question de l’apport de la DeFi pour un pays comme le Maroc, en quête d'une inclusion financière de sa population, B. Bellaj répond que «c’est une question à étudier. A mon avis, la DeFi aidera à booster l’inclusion financière, car elle ne choisit pas sa clientèle et réduit les inégalités d’accès aux canaux de financement. En plus, le coût des services DeFi reste moins cher que la finance classique et, par conséquent, la DeFi peut former une vraie concurrence avec les opérateurs financiers classiques qui sera au profit du consommateur. S’ajoute à cela l’aspect innovant de la DeFi.

Des fintech marocaines en DeFi peuvent facilement digitaliser en toute transparence et sécurité des systèmes comme DART (Tontine) ou le Crowdfunding ou innover de nouveaux services financiers au profit de la population (exemple  : nouvelle génération de microcrédit, scoring, KYC, etc. )». Néanmoins, des problèmes de sécurité subsistent : les bugs dans les Smart-contracts et les piratages en sont les principales limites. Aussi, nous indique Bellaj, «il y a des risques financiers pour ceux qui y investissent, car la volatilité des cryptomonnaies impacte la DeFi. L’anonymat peut être considéré comme un risque qui ouvre la porte à l’usage malicieux de la DeFi». Et de nous rappeler que «c’est un monde non régulé». Il convient de noter que les transactions sur la blockchain sont irréversibles. Cela signifie qu'une transaction incorrecte ou frauduleuse sur une plateforme DeFi ne peut pas être facilement corrigée.

 

Des milliards de dollars à brasser

Le marché de la DeFi, inexistant il y a quelques années, devient progressivement une industrie valant des centaines de milliards de dollars. Toujours embryonnaire, il représente 1,6% de la valeur marchande (8.000 milliards de dollars) de l'industrie mondiale des services financiers. Selon le rapport de Grayscale Research, ce jeune marché a le potentiel de croître pour atteindre les 2.000 milliards de dollars. L'adoption de la DeFi a rapidement augmenté ces dernières années. Le nombre d’utilisateurs des DApps a atteint 3,5 millions au troisième trimestre 2021, ce qui représente une croissance 6 fois plus importante que celle de l'année d’avant.

Cette croissance rapide montre en fait que les consommateurs exigent aujourd’hui une expérience différente des services financiers classiques. En pleine expansion et avec une mécanique plutôt complexe, ce système financier alternatif (et idéaliste) se heurte à des contraintes de mise en place, de risques et bientôt à une éventuelle réglementation que les principales institutions cherchent à instaurer. Pour les plus optimistes, la DeFi reste un terrain de jeu passionnant où se développent les services financiers de demain. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 20 Avril 2024

Notation du Maroc: «Une bouffée d’optimisme dans l’économie nationale»

Samedi 20 Avril 2024

Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux