Bourse & Finances

Tous les articles

Paiement instantané: comment en élargir l’usage ?

Paiement instantané: comment en élargir l’usage ?

Dans cet entretien, nous discutons avec Ali Essadak, directeur chez Effyis Group, en charge des Solutions et Expert en paiements et monétique, pour explorer de manière concrète l'intégration imminente de cas d'usage supplémentaires du paiement instantané au Maroc.

 

Propos recueillis par A. Hlimi

Finances News Hebdo : Pouvezvous nous donner votre vision détaillée sur la situation actuelle des paiements au Maroc ?

Ali Essadak : Actuellement, le paysage des paiements au Maroc est en pleine évolution, avec de nombreux usages et technologies émergentes qui façonnent la manière dont les transactions financières sont effectuées. Cette transformation s'observe notamment à travers des initiatives telles que la digitalisation de la carte, ou plus communément connue sous le nom de la tokenisation, et l'adoption croissante de services comme Apple Pay, qui offrent aux utilisateurs des méthodes de paiement plus sécurisées et pratiques. De plus, l'introduction du virement instantané en 2022 a marqué une étape significative dans cette évolution. Enregistrant plus de 5 millions de transactions au cours de la première année, cette nouvelle méthode de transfert d'argent a rapidement gagné en popularité, démontrant l'appétit des utilisateurs pour des solutions de paiement plus rapides et efficaces. Aujourd’hui, nous enregistrons au Maroc plus d’un million de transactions instantanées par mois. Cependant, bien que le virement instantané ait été introduit, les consommateurs marocains ne l'utilisent actuellement que dans des situations spécifiques telles que le règlement de leurs factures. Du côté des entreprises, il est également utilisé pour les virements B2B. Il existe cependant de nombreuses autres possibilités d'utilisation qui pourraient stimuler considérablement son adoption, au-delà de ces scénarios spécifiques.

 

F.N.H. : Comment peut-on étendre l'utilisation du virement instantané à d'autres situations ?

A. E. : L'obstacle majeur à l'extension du virement instantané à d'autres cas d'usage, tels que les points de vente physiques et le commerce électronique, réside dans le partage des coordonnées bancaires. En Asie et au Moyen-Orient, des solutions utilisant des QR Codes ont été développées, offrant une alternative pratique. Le Maroc pourrait adopter une approche similaire en ligne et pour les ventes de proximité, apportant une véritable innovation dans les paiements.

 

F.N.H. : En s'inspirant d'exemples internationaux ou de vos expériences de votre centre d’expertise à l’international, comment le Maroc pourrait-il mettre en œuvre de tels parcours ?

A. E. : Différents pays ont adopté des approches variées. En Égypte, la centralisation au niveau de la Banque centrale a été cruciale pour coordonner efficacement les transactions instantanées. Le Royaume-Uni a opté pour une approche ouverte, permettant aux fintech de jouer un rôle actif grâce à des protocoles tels que le Payment Initiation Service (PIS). Une approche hybride, combinant centralisation et ouverture aux fintech, pourrait être envisagée au Maroc.

 

F.N.H. : Comment les fintech peuvent-elles jouer un rôle essentiel dans l'introduction du paiement instantané au Maroc, avec des exemples concrets ?

A. E. : Absolument, les fintech jouent un rôle central dans l'évolution des paiements, notamment avec le Payment Initiation Service (PIS). Plusieurs exemples de fintech peuvent être cités, comme Brite en Suède, Lodin en France ou encore Kosma aux Etats-Unis. La plupart d'entre elles ont développé des applications offrant une expérience utilisateur améliorée, ouvrant la voie à divers cas d'utilisation des paiements tels que le paiement mobile NFC, les transactions en ligne, la gestion des factures, les transferts de fonds, et bien d'autres. Grâce à la réglementation bancaire qui permet aujourd’hui aux PayTech de se connecter aux systèmes bancaires.

 

F.N.H. : Quels sont les avantages économiques et sociaux de l'introduction du paiement instantané au Maroc ?

A. E. : L'introduction du paiement instantané au Maroc n'est pas simplement une modernisation technique. Elle peut stimuler l'activité commerciale en raccourcissant les cycles de paiement, favorisant une circulation plus rapide des liquidités. Cela peut réduire les coûts de traitement des transactions pour les entreprises et les institutions financières, générant des économies opérationnelles. Sur le plan social, cela favorise l'inclusion financière en permettant à un plus grand nombre de personnes de participer à l'économie formelle, renforçant la stabilité économique individuelle et nationale.

 

F.N.H. : Quels seraient les défis d'une transition vers le paiement instantané au Maroc ?

A. E. : Plusieurs défis doivent être relevés. D’abord, celui du cadre réglementaire qui doit être favorable et encourager l'innovation, tout en assurant la sécurité des transactions. Trop de contraintes réglementaires pourraient ralentir le déploiement du paiement instantané. Ensuite, il y a le défi du business model. Il est crucial d'établir un business model viable pour les banques et les PayTech et qui soit attractif pour les acteurs du marché. Cela implique de définir des coûts transparents, des incitations pour les fournisseurs de services de paiement et des avantages clairs pour les utilisateurs. Un autre défi peut être l’adoption. Il est essentiel de sensibiliser la population aux avantages, de garantir la sécurité des transactions et de rendre l'utilisation du système aussi intuitive que possible. Et pour ceci, une collaboration étroite entre les acteurs du secteur financier, les régulateurs et d'autres parties prenantes sera essentielle. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 22 Avril 2024

Economie bleue: le Maroc s'engage résolument dans le développement du secteur

Lundi 22 Avril 2024

L'AMO sur la table du Conseil de gouvernement ce jeudi

Lundi 22 Avril 2024

Dureté de la vie: les Marocains et leur santé mentale

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux