Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Les banques bravent la conjoncture

Les banques bravent la conjoncture
Lundi 02 Decembre 2019 - Par Finances News

 

Les revenus et les bénéfices des banques s’améliorent à fin septembre 2019, malgré une série d’éléments exceptionnels.

La dynamique sur les crédits et les dépôts est maintenue.

 

Par Y.S

 

La conjoncture dans laquelle évoluent les banques marocaines depuis déjà quelques années leur donne du fil à retordre. D’un côté, les taux d’intérêt restent bas et la croissance économique ne décolle pas. De l’autre, les exigences réglementaires et la concurrence accrue continuent de comprimer leurs marges. Pourtant, les banques cotées arrivent à tirer leur épingle du jeu. Pour ce troisième trimestre, elles confirment leur résilience, se dirigeant, sauf surprise, vers une année à résultats positifs.

 

Progression rapide des bénéfices

La multitude d’éléments exceptionnels cette année (IFRS 16, contribution sociale de solidarité, retraitements IFRS relatifs à l'augmentation de capital réservée aux salariés d’Attijariwafa bank), n’a pas eu raison de la profitabilité du secteur.

Entre janvier et septembre 2019, la rentabilité part du groupe des banques étudiées (les six banques cotées, hors CIH Bank) ressort à 8,95 Mds de DH, reflétant une hausse de 4,8% par rapport à la même période de l’année dernière. Attijariwafa bank représente quasiment la moitié de la rentabilité sectorielle au troisième trimestre. Le Groupe affiche un RNPG de 4,4 Mds de DH, en hausse de 4,1%. La progression aurait pu être encore plus rapide (+8,8%) hors éléments exceptionnels, cités plus haut.

Crédit du Maroc, dégage la plus forte progression des bénéfices ce trimestre. Son RNPG ressort à 435,3 MDH, soit une amélioration de 14,3% par rapport à fin septembre 2018. Notons que ce chiffre tient compte de la cotisation sociale de solidarité au niveau de l’impôt sur les sociétés pour 18,5 MDH ainsi que d’une plus-value de 31,5 MDH suite à la cession de deux biens immobiliers.

Chez BCP, malgré une hausse de 15% du coût du risque, le RNPG progresse de 4,4% à 2,18 Mds de DH.

Au chapitre des revenus, les 5 banques étaient au rendez-vous. Nous comptons un PNB global de 45,07 Mds de DH Vs 42,53 Mds de DH à fin septembre 2018, soit une progression de près de 6%. Dans cet ensemble, Attijariwafa bank draine, à elle seule, plus de 17 Mds de DH de chiffre d’affaires. Parallèlement, BMCE BoA affiche la meilleure progression (+9%), grâce notamment à une bonne tenue de la marge d’intérêt (+4,05%) et de la marge sur commission (+2,63%).

 

Performances commerciales maintenues

Globalement, les performances commerciales sont au beau fixe pour les établissements qui ont communiqué sur ce volet. BMCE BoA fait état d’une présence commerciale assurée, avec une distribution des crédits en hausse de +6% en social et de +3% en consolidé, et une collecte de dépôts évoluant de +2% en consolidé et en social.

Le Groupe Banque Centrale Populaire continue de maintenir une bonne dynamique en termes de distribution de crédits et de collecte de dépôts. Ainsi, sur les neuf premiers mois de l'année, le groupe est parvenu à augmenter son encours de crédits de 1,3 Md de DH et les dépôts de 3,4 Mds de DH.

Chez Crédit du Maroc, toutes les lignes de crédit progressent. Les crédits à la clientèle augmentent de 6,4% en année glissante pour s’établir à 42,36 Mds de DH à fin septembre 2019. Cette performance s’accompagne par la baisse des créances en souffrance de 6% sur la même période.

Sur le marché des particuliers, les crédits immobiliers et les crédits à la consommation s’apprécient de 6% et 11,7% respectivement, avec une production totalisant 3,7 Mds de DH sur les neuf premiers mois de l’année 2019.  Sur le marché corporate, les encours crédits s’accroissent de 4,9%, notamment sur les crédits-bails et les crédits de fonctionnement qui évoluent de 11,5% et 12,4%.

Les ressources bilan augmentent de 4,6% à 41,91 Mds de DH à fin septembre 2019, découlant notamment de la bonne performance des ressources à vue, en hausse de 6,6%.

Si toutes les banques ont amélioré leurs niveaux de ressources sur la période, BMCI, elle, semble lever le pied sur les dépôts. Une baisse de 1,8% rapport à fin décembre 2018 est notée sur ses dépôts de la clientèle consolidés, qui atteignent 45,3 Mds de DH.

Par contre, le volume des crédits est en progression de 2,3% par rapport à fin décembre 2018, pour atteindre 53,7 Mds de DH.◆

Banque crédits Actualité Financière

Partage RÉSEAUX SOCIAUX