Bourse & Finances

Tous les articles

Entreprises cotées: quelles perspectives pour 2022 et 2023 ?

Entreprises cotées: quelles perspectives pour 2022 et 2023 ?

Le bureau de recherche BMCE Capital Global Research (BKGR) a publié un document d’analyse «Forecast 2022-2023» regroupant les prévisions commerciales, financières et boursières des entreprises cotées pour les années 2022 et 2023. Voici ce qu'il faut en retenir.

 

Par Y. S

En termes de réalisations commerciales, BKGR anticipe une progression des revenus de son Scope 40 de 6,7% à 240,8 Mds de DH par rapport à 2021 (+11,3% comparativement à 2019), intégrant notamment une amélioration de 4,1% à 55,8 Mds de DH du PNB des financières et une hausse de 7,9% à 165,8 Mds de DH du CA des industries.

En 2023, le CA devrait s’apprécier de 3,3% à 248,8 Mds de DH, en raison d’un ralentissement du rythme de croissance des réalisations commerciales des industries (+2,6%). Le résultat d’exploitation de son Scope de valeurs couvertes afficherait en 2022 une amélioration de 4,2% à 60,9 Mds de DH par rapport à 2021 (+18,3% comparativement à 2019), suite principalement à l’amélioration de l’activité commerciale couvrant l’alourdissement des charges dans un contexte inflationniste.

En 2022, la marge opérationnelle globale des valeurs industrielles afficherait un repli limité de 0,8 pt à 18,6%,  essentiellement sous l’effet de la hausse des coûts des intrants (-1,8 pt) toutefois atténué par la bonne maîtrise opérationnelle de certaines valeurs industrielles (+0,6 pt), combiné à un mix produit favorable (+0,3 pt).

 

Capacité bénéficiaire revue à la hausse

Dans ces conditions, les hypothèses de croissance de la capacité bénéficiaire anticipent une amélioration de 8,6% à 28,9 Mds de DH en 2022 (contre des prévisions initiales de +8,3% en octobre), avant de se renforcer de 9% à 31,5 Mds de DH en 2023. Retraité de l’impact de la contribution de solidarité sociale instaurée par la Loi de Finances 2022 (un montant de 1,8 Md de DH prévu en 2022), le RNPG global 2023 progresserait de seulement 2,3% (vs. +9%).

Pour les financières, le RNPG devrait s’améliorer de 18,1% à 9,9 Mds de DH, profitant de la poursuite de l’allègement du coût du risque en 2021 (-13% à 8,9 Mds de DH, soit un taux du coût du risque médian de 0,8%), suite à la constitution par les banques en 2020 d’un matelas de provisions confortable leur offrant la possibilité d’effectuer des reprises à moyen/long terme. Notons toutefois que ce niveau demeure supérieur au niveau normatif médian de 0,7% et devrait se réduire davantage en 2023. Toutefois, le RNPG 2022 demeure inférieur à celui de 2019 compte tenu du niveau toujours élevé du taux du coût du risque.

En 2023, le RNPG des financières devrait progresser de 7,5% à 10,6 Mds de DH en raison principalement de la poursuite de la baisse du coût du risque, en lien avec une amélioration attendue de la situation économique (-14% en 2023, soit un taux du coût du risque médian de 0,7%). Par ailleurs, l’analyse du breakdown de l’évolution de la capacité bénéficiaire en 2022 fait ressortir une contribution positive attendue provenant à hauteur de 47% des banques, suite notamment à la poursuite de la baisse du coût du risque; de 16% des opérateurs gaziers en raison d’un renforcement de ses marges dans un contexte de flambée des cours de pétrole à l’international, et de 6% de Taqa Morocco dans le sillage de l’amélioration anticipée de ses taux d’utilisation.

 

Dividendes en amélioration

En 2022, et sous l’hypothèse de la croissance projetée de la capacité bénéficiaire, la masse des dividendes devrait s’accroître de 2,5% à 19,7 Mds de DH, tirée par la hausse de distribution attendue de TotalEnergies Marketing Maroc accompagnant l’évolution de son RNPG et BMCI, qui devrait retrouver un niveau de dividende et de payout quasinormatif, suite à une chute du DPA en 2021 (10 DH contre 43 DH en 2020).

En 2023, ils tablent sur une légère hausse de l’enveloppe globale de dividendes de 1,7% à 20 Mds de DH, établissant le D/Y du marché à un niveau quasi-stable de 3,3%. Enfin, compte tenu de l’évolution de la capacité bénéficiaire ainsi que celle des cours boursiers, le Scope de BKGR traite à des niveaux de valorisation qui s’améliorent, s’établissant à 21,1x en 2022E avant de baisser à 19,4x en 2023E, soit un niveau proche de 2018. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 28 Juin 2022

Concentrations économiques non notifiées: nouvelle décision du Conseil de la concurrence

Mardi 28 Juin 2022

Ghita Mezzour: "le Maroc parmi les trois premiers acteurs de l’outsourcing en Afrique"

Mardi 28 Juin 2022

Transport routier : le gouvernement augmente de 40% la valeur du 4e soutien aux professionnels

Mardi 28 Juin 2022

Commerce: 65% des grossistes s'attendent à une stagnation des ventes au 2e trimestre

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux