Bourse & Finances

Tous les articles

Dette souveraine: les prévisions de Fitch Ratings pour le Maroc

Dette souveraine: les prévisions de Fitch Ratings pour le Maroc

La dette du Trésor augmentera à 70% d'ici 2023.

Les dépenses liées au NMD vont creuser le déficit budgétaire.

 

Par Y. Seddik

Dans un rapport publié cette semaine, l’agence de notation Fitch Ratings a maintenu la notation souveraine du Maroc à «BB +». La note du Royaume est étayée par un historique de stabilité macroéconomique reflété par une inflation relativement faible, une volatilité du PIB avant la pandémie et une part modérée de la dette extérieure dans la dette publique totale. Ces atouts sont contrebalancés par de faibles indicateurs de développement et de gouvernance, une dette publique élevée et des déficits budgétaire et courant plus importants que ceux des pays comparables.

Le déficit budgétaire devrait diminuer pour atteindre 6,3% du PIB en 2021, contre 7,7% en 2020 (hors produits des privatisations), la reprise économique ayant entraîné une solide reprise des recettes. Les dépenses actuelles restent élevées en raison des dépenses de vaccination et d'autres soins de santé, ainsi que du début de l'expansion des services sociaux (2021 : 0,4% du PIB) dans la généralisation de la protection sociale.

Fitch s'attend à ce que les déficits budgétaires ne diminuent que progressivement à mesure que les dépenses liées au nouveau modèle de développement du Maroc (NMD) augmentent. Cependant, «nous pensons que les nouveaux engagements de dépenses resteront inférieurs à l'objectif annuel de 4% du PIB d'ici 2025, car les autorités s'efforceront de continuer à réduire le déficit».

NMD : un coût de 1,3% du PIB en 2022

Les dépenses du NMD se concentrent en fait sur la prestation de services sociaux, en particulier dans les domaines de la santé et de l'éducation, et sur l'expansion de la protection sociale. «Nous estimons le coût en 2022 à environ 1,3% du PIB», indique Fitch, qui s'attend à ce que les recettes fiscales ne couvrent que partiellement les dépenses du NMD.

Parallèlement aux pressions continues sur les dépenses dues à la pandémie, l'augmentation de ces dernières maintiendra le déficit budgétaire à un niveau élevé, avec la stabilisation de la dette en 2022 et 2023. «Nous estimons le déficit budgétaire à 4,8% du PIB en 2022 contre 5,3% en 2021, contre un médiane ‘BB’ de 4%».

Par voie de conséquence, l’importance du déficit budgétaire entraînera une augmentation de la dette du Trésor malgré le rebond économique. «Nous prévoyons que la dette du Trésor augmentera à 70,1% d'ici 2023 contre 67,6% en 2021, dépassant la médiane «BB» projetée de 57,3% en 2023».

Cependant, les risques liés au financement du déficit sont faibles, reflétant l'accès du Royaume à une base d'investisseurs nationaux importants et un financement intérieur net qui devrait couvrir les deux tiers des besoins de financement du Trésor en 2022 et 2023.

Enfin, pour l’agence de notation, l'atténuation des perturbations dues à la crise sanitaire et l'amélioration des précipitations après une sécheresse de deux ans entraîneront un rebond du PIB réel de 6,2% en 2021, suivi de 3,2% en 2022, proche du potentiel à long terme. Aussi, le lancement du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, en coopération avec le secteur privé, et les réformes engagées soutiendront la reprise économique.

Faible capitalisation pour le secteur bancaire

Fitch considère que la capitalisation du secteur bancaire est faible par rapport à l’évaluation des profils de risque des banques. Cela tient compte des concentrations élevées et de l'expansion régionale des banques dans les pays d'Afrique subsaharienne «les moins bien notés». Le choc sur la qualité des actifs dû à la pandémie a été globalement gérable, limitant l'impact sur les ratios de fonds propres des banques et «nous ne nous attendons pas à ce que les banques aient besoin d'un soutien exceptionnel au cours des deux prochaines années».

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 23 Fevrier 2024

Les recettes fiscales dépassent 24 MMDH en janvier

Vendredi 23 Fevrier 2024

L'Europe et l'Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux