Bourse & Finances

Tous les articles

Dette publique: un montant de 960 Mds de DH attendu en 2022

Dette publique: un montant de 960 Mds de DH attendu en 2022

Le poids de la dette extérieure dans l’endettement global du Trésor continue d’évoluer autour des 23% à fin mars 2022, et devrait atteindre les 24% à la fin de l’année.

Une sortie à l’international serait nécessaire pour résorber les tensions actuelles sur les taux.

 

Par Y. S

 

 

Alors que le déficit budgétaire affiche des niveaux historiquement élevés, soit plus de 72 milliards de DH en 2022, après 71 milliards en 2021 et 83 milliards en 2020, la dette du Trésor devrait poursuivre son trend haussier en 2022 pour atteindre 960 milliards de DH, contre 886 Mds de DH en 2021.

La dette intérieure devrait atteindre 731 Mds de DH en 2022, en progression de 7,7% par rapport à son niveau observé à fin 2021, et la dette extérieure devrait augmenter de 9,9%, passant de 208 Mds de DH en 2021 à 229 Mds de DH en 2022, souligne Attijari Global Research (AGR) dans sa note «Budget Focus» du mois de mars 2022.

À fin mars 2022, la dette globale aurait atteint 906 Mds de DH, ajoute AGR, notant que la composante intérieure est estimée à 698 Mds de DH contre 209 Mds de DH pour la composante extérieure. De son côté, le poids de la dette extérieure dans l’endettement global du Trésor continue d’évoluer autour des 23% à fin mars 2022, et devrait atteindre les 24% à la fin de l’année. Un niveau qui demeure moins élevé que son benchmark de référence, soit les 25%.

Néanmoins, ce seuil demeure plus élevé comparativement à la moyenne observée durant la période précrise 2017-2019 de 21,4%. Par ailleurs, AGR indique qu'au vu des conditions climatiques défavorables et des répercussions du conflit russo-ukrainien, la prévision de croissance en 2022 a été revue à la baisse, impactant à la hausse les taux d’endettement du Trésor. L’endettement total du Trésor devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022. La composante intérieure est estimée à 61,4% et celle extérieure à 19,2%. Le Trésor serait déjà endetté à hauteur de 76,1% du PIB à fin mars 2022. L’endettement intérieur devrait se situer à 58,6% du PIB en mars 2022 contre 58,0% à fin 2021. De son côté, le taux d’endettement extérieur devrait s’établir à 17,5% sur la même période, en légère baisse par rapport à son niveau en 2021, soit de 17,8%.

«L’orientation vers les financements extérieurs demeure, selon nous, un levier central pour le Trésor afin de résorber les tensions actuelles sur les taux observées durant ce mois de mars 2022. En effet, la sortie à l’international permettrait au Trésor de financer son besoin de financement croissant sans pour autant induire de pressions importantes sur les liquidités domestiques. Selon les prévisions de la LF 2022, le Trésor devrait lever 40 Mds de DH à l’extérieur après une absence sur le marché international durant l’année 2021. Néanmoins, les conditions de financement à l’international semblent moins favorables, et ce à travers une hausse des primes de risque des dettes souveraines des pays émergents. À l’origine, la révision à la baisse des prévisions de croissance de l’économie mondiale pour 2022 et les anticipations de relèvement des taux de la part des grandes Banques centrales», analyse AGR.

 

Un besoin prévisionnel en hausse

Selon les estimations du bureau de recherche de Attijari, le besoin de financement brut du Trésor d’ici la fin de l’année 2022 devrait s’établir à 152 Mds de DH. Celui-ci est calculé en fonction du reliquat de financement du déficit budgétaire ainsi que les arriérés du Trésor, estimés par la LF 2022 à 73,6 Mds de DH. Et du reliquat cumulé des tombées du Trésor restantes à fin 2022 de 78,5 Mds de DH, dont 61 Mds de DH sur le marché intérieur et 17,5 Mds de DH sur le marché extérieur. Selon la LF 2022, et tenant compte d’une très faible exécution des tirages extérieurs à fin mars 2022, l’argentier de l’État devrait couvrir 37,5 Mds de DH de son besoin de financement brut sur le marché extérieur. Le reliquat de 114,6 Mds de DH serait satisfait sur le marché domestique, soit une part de 75%. Par conséquent, le besoin de financement intérieur brut par mois ressort en hausse à 12,7 Mds de DH. Ce niveau pourrait induire une légère volatilité des taux sur le marché primaire durant le T2-22. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 16 Mai 2022

BAM: les dépôts progressent de 6,5% à fin mars 2022

Lundi 16 Mai 2022

Urgences Économiques. Quel rôle pour les MRE dans le développement économique du Maroc ?

Dimanche 15 Mai 2022

Entretien: «Il est primordial de valoriser la production de l’huile d’argan localement»

Dimanche 15 Mai 2022

Smag: une hausse à l’épreuve des modes de rémunération traditionnelle

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux