Bourse & Finances

Tous les articles

Crédit bancaire : La machine se dérouille

Crédit bancaire : La machine se dérouille

`

Le crédit bancaire a connu en 2019 un raffermissement profitant particulièrement aux sociétés privées. 

Point sombre : le taux de sinistralité chez les ménages explose.

 


Par : Youssef Seddik


 

Ce sont plus de 46 milliards de DH de crédits qui ont été distribués par le secteur bancaire marocain en 2019. Une progression de 5,3% par rapport à fin 2018, année où il était question d’une vraie panne sèche, sur fond notamment d’exigences réglementaires accrues. 

Au 31 décembre 2019, l’encours global des crédits bancaires dépasse la barre des 900 milliards de DH, grâce à une bonne orientation sur quasiment tous les segments de prêts.

La ventilation par objet économique du crédit bancaire au secteur non financier fait ressortir une hausse des prêts à l'équipement de 4% à 5,3% et celle des crédits immobiliers de 3,2% à 3,5%. A l'inverse, le taux de progression des facilités de trésorerie au secteur non financier est revenu de 9,3% à 8,4% et celui des prêts à la consommation de 4,7% à 4,5%.

Un chiffre encore plus parlant et qui permet de lisser l’évolution du crédit bancaire, est celui des prêts distribués aux sociétés non financières privées. Dans ce segment, la production a été de 24,47 milliards de DH, soit une progression de 7,1% comparativement à 2018. Autant dire que les banques ont desserré les vannes au profit du secteur privé en 2019.

Cette bonne orientation n’est pas qu’un simple effet de base. Durant l’année sortante, une batterie de mesures a été prise pour redynamiser le crédit bancaire, notamment celles actées lors de la rencontre Bank Al-Maghrib, Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), en avril 2019.

 

Les EEP lèvent le pied

Autre fait marquant de l’année: les prêts accordés aux entreprises et établissements publics (EEP) constituent la seule catégorie qui affiche un recul en 2019 (-2,1%), rompant avec la dynamique constatée les années précédentes. 

Rappelons que les prêts consentis aux EEP ont pendant longtemps dopé le crédit au secteur non financier. Les EEP devraient par contre soutenir la croissance du crédit bancaire en 2020, avec un volume d’investissements prévisionnel supérieur à 101 milliards de DH.

 

Banques participatives: 9,32 Mds de financement

Sur le plan des financements participatifs, et malgré l’absence du Takaful, les banques participatives continuent de faire progresser leurs encours. 

L’encours global des financements participatifs à fin décembre 2019 atteint 9,32 Mds de DH. Un chiffre en hausse de 103,2% en glissement annuel. Ce montant englobe des financements à l’immobilier (Mourabaha immobilière) de 7,95 Mds de DH. Parallèlement, la Mourabaha auto et le financement participatif à l’équipement ressortent à 1,15 Md de DH à fin décembre 2019.

Les engagements sous forme principalement de refinancement à travers le produit «Wakala bil Istithmar» et des dépôts à vue reçus des banques mères atteignent, quant à eux, 3,13 Mds de DH au terme de 2019. Pour leur part, les comptes chèques et comptes courants auprès des banques et fenêtres participatives atteignent 3,03 Mds de DH.

Au final, Bank Al-Maghrib s’attend à une amélioration graduelle du crédit bancaire au secteur non financier, avec une croissance avoisinant 4,7% en 2020, puis 5% en 2021. D’autant que le Programme d'appui et de financement aux entreprises récemment déployé serait aussi de nature à booster la distribution des prêts. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

Mercredi 22 Mai 2024

HPS ouvre un nouveau bureau en Inde

Samedi 18 Mai 2024

Inclusion financière: «Il y a une résistance sérieuse à l’amélioration des offres bancaires»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux