Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse de Casablanca : Les sociétés cotées montrent des signaux de reprise

Bourse de Casablanca : Les sociétés cotées montrent des signaux de reprise
Vendredi 06 Decembre 2019 - Par Finances News

 

Le chiffre d'affaires des entreprises cotées est en hausse de 2,5% sur les 9 premiers mois de l'année. 

Des signaux de reprise palpables en attendant les résultats annuels. 

 

Par  Adil Hlimi

 

La Bourse a toujours démontré sa capacité à anticiper la dynamique sous-jacente aux cycles économiques. Dès le début de l'été 2018, les investisseurs se sont mis à la défensive, envisageant une détérioration des indicateurs globaux à cause du fameux boycott entamé en avril de la même année. Ce dernier, et malgré son caractère ciblé et concentré, avait plongé bon nombre d'activités cycliques dans un climat crispé d'attentisme et de questionnement. 

La suite est connue : un rapide revirement de situation et une masse bénéficiaire globale de la Bourse en baisse de 8%, entraînant l'indice général dans une spirale parallèle. Le boycott n'explique pas tout, mais son impact sur la psychologie des investisseurs était réel

 

2019 a démarré du mauvais pied... 

Les intervenants ont vite fait l'impasse sur un premier semestre 2019 plutôt décevant, marqué par une baisse de 5% de la masse bénéficiaire, pour se tourner vers la deuxième moitié de l'année et une promesse de redressement de l'activité commerciale des entreprise, grâce à la reprise de la consommation, et en comptant sur l'atténuation des effets du boycott et une amélioration des bénéfices, portée par la non récurrence des nombreux contrôles fiscaux de 2018.

Les bureaux de recherche ont fixé dans la foulée leur anticipation de résultats dans un intervalle compris entre +2,5% et +5% pour 2019. Dans cette perspective, le Masi a gagné 4,5% depuis fin juin, profitant également de la tendance baissière qui s'est prolongée sur les taux. 

 

...Mais les indicateurs se redressent 

Les sociétés cotées affichent une forte croissance de leurs revenus au troisième trimestre, pour rompre avec les conséquences de l'attentisme observé à la même période de l'an dernier suite au boycott. Le chiffre d'affaires global marque de ce fait un bond de 2,5% depuis le début de l'année et de 4% sur le seul troisième trimestre.

Le secteur financier a démontré sa résilience, alors que les entreprises de croissance, opérant dans la distribution ou le secteur technologique, ont confirmé la robustesse de leur modèle. Mais le principal fait marquant, susceptible de provoquer des décalages importants des cours, provient des secteurs décotés et en bas de cycle : mines, sidérurgie, quelques valeurs de l'agroalimentaire ou encore BTP et immobilier sont cités par les analystes interpellés par Finances News Hebdo sur les faits marquants du trimestre.

Les entreprises de ces secteurs marquent une forte croissance de leurs ventes sur le troisième trimestre isolé (jusqu'à 68% de croissance). Certaines suscitent une attention particulière, car si la tendance se confirme au dernier trimestre, leurs actions se transformeront en belles opportunités d'investissement, vu leurs valorisations extrêmement basses actuellement.

Pour le moment, si ce n'est quelques rebonds éphémères immédiats suite aux annonces, les mouvements d'ampleur peinent à se mettre en place, car cette lecture ne fait pas l'unanimité. 

 

Vendre les bonnes nouvelles ? 

L'émergence rampante d'un climat de confiance sur la microéconomie incite certains gérants à adopter une lecture plus contrariante sur les entreprises, qui confirment le consensus positif dans lequel baignent leurs actionnaires. «Faut-il alléger ou peut-on encore en tirer de la croissance ?», résume l'un d'entre eux qui ne s'attend pas à ce que les anticipations de résultats et de cours de la part des analystes évoluent sensiblement sur les bons dossiers. D'ailleurs, le Masi a cumulé 1% de baisse au plus bas durant les deux séances qui ont suivi la date limite des trimestriels. 

C'est dans les climats d'incertitude que les oiseaux rares sont détectés. La Bourse est dans ce type de phase que les professionnels aguerris ont su mettre à profit, à en croire les performances remarquables des OPCVM actions, alors que les particuliers, attirés par les valeurs décotées, attendent encore leur heure. 

 


Encadré : Les industriels confiants 

La dernière enquête de Bank Al-Maghrib auprès des industriels montre que pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent à une hausse de la production et des ventes. Une confiance dans l'avenir qui concerne quasiment toutes les branches d'activité, à l’exception du secteur de la «chimie et parachimie» où elles s’attendent plutôt à une baisse de la production et à une stagnation des ventes. Un autre signal positif, alors que le crédit aux entreprises non financières accélère de 4% à 4,8%. 

 

 

casablanca Finance Bourse Actualité Financière Actualité Boursière Finance Maroc

Partage RÉSEAUX SOCIAUX