Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse &Finances

Bourse de Casablanca : Du papier frais s'il vous plait !

Bourse de Casablanca : Du papier frais s'il vous plait !
Dimanche 11 Octobre 2020 - Par admin

Il existe au moins 3 dossiers matures, de secteurs différents, qui ont montré leur résilience et qui peuvent séduire les investisseurs malgré les incertitudes actuelles.

 

Par A. Hlimi

 

Au niveau mondial, et sans surprise, la pandémie a perturbé le marché des introductions en Bourse au deuxième trimestre 2020, avec des IPO en baisse de 39%. Mais la tendance est à la hausse en juin. Selon une étude du cabinet EY, les baisses les plus importantes ont été enregistrées en Europe. Alors que des roadshows plus courts et virtuels ont néanmoins permis de réaliser quelques placements, en Chine ou au Brésil notamment.

Au Maroc, dans un marché structurellement calme en termes d'IPO, la pandémie n'a pas beaucoup fait évoluer la donne. En dehors de la privatisation de Maroc Telecom au deuxième semestre de 2019, les deux dernières introductions en Bourse «classiques» datent de 2018. Et si l'Etat écarte toute privatisation cette année dans le cadre de son budget rectificatif, sans doute pour des raisons de valorisation moins avantageuses en ce moment, il pourrait très bien ressortir ses dossiers matures l'an prochain pour redresser ses comptes.

On sait pertinemment que Maroc Telecom et Marsa Maroc sont les candidats parfaits pour ce type d'opérations. L'on sait également que ces deux entreprises ont fait preuve de résilience durant cette crise, que leurs cours de Bourse ont résisté et que les investisseurs institutionnels recherchent activement des valeurs alliant rendement et croissance, et gouvernance solide. La présentation du PLF 2021 dans quelques jours sera l'occasion de valider ces hypothèses.

A rappeler que le budget initial 2020 prévoyait 6 Mds de dirhams de revenus de privatisations (dont 3 Mds pour le budget général de l'Etat), avant que l'exécutif ne fasse marche arrière en juillet à l'occasion de son budget rectificatif, estimant que les conditions de marché sont défavorables. Force est de constater que la volatilité a baissé depuis et les investisseurs sont plus apaisés maintenant.

Aradei Capital, le candidat parfait

Outre les dossiers cités plus haut, Aradei Capital paraît comme un candidat parfait pour ouvrir le bal des IPO post-Covid19. La foncière a multiplié les signaux ces derniers mois et se démarque par des fondamentaux robustes et une gestion aux standards internationaux. En mai, en pleine crise sanitaire, la foncière a renforcé son tour de table avec une prise de participation de 270 MDH du Government Employees Pension Fund, fonds de retraite sud-africain, dans le capital.

La transaction a été réalisée concomitamment avec une acquisition des titres de la société par le fonds de pension auprès de la BERD. Au final, l'investissement global de cette opération mixte est de 490 MDH, représentant 13% dans le capital de la société, ce qui valorise Aradei Capital à plus de 4 Mds de dirhams au moment de la transaction. L'institutionnalisation du tour de table s'est accompagnée par un renforcement de la gouvernance et la nomination d'administrateurs indépendants.

De plus, REIM Partners, qui est la société de gestion du portefeuille de Aradei Capital, vient d'accueillir CFG Bank dans son tour de table, banque qui détient déjà une foncière cotée en Bourse et qui a dû défricher le terrain et expliquer au marché le positionnement de ce type de sociétés. A travers sa banque d'affaires, CFG pourrait faire bénéficier Aradei et ses actionnaires de ses conseils.

Un dossier mature

Aradei Capital est familiarisée avec le marché des capitaux et, de la même manière, le marché a appris à la connaître. La société est présente sur le marché de la dette avec plusieurs émissions de billets de trésorerie et un emprunt obligataire. Elle communique conformément aux exigences du régulateur et n'a donc pas à se faire connaître. De plus, ce type de papier, considéré comme solide et résilient, est parfaitement adapté au contexte de marché actuel.

A mi-chemin entre placement obligataire et action, la société peut servir un rendement solide grâce à la qualité de son portefeuille. Espérons que la crise puisse faciliter ce type d'opérations et que les investisseurs soient récompensés de leur accompagnement des entreprises pendant cette période difficile grâce à du papier frais et de bonne qualité.

Actualité Boursière Bourse de Casablanca

Partage RÉSEAUX SOCIAUX