Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Entreprises

PLF 2021 : TPE, la grand oubliée ?

PLF 2021 : TPE, la grand oubliée ?
Lundi 23 Novembre 2020 - Par admin

L’absence de dispositifs forts en faveur de la TPE est pointée du doigt.

Le bilan du gouvernement en matière de promotion de la TPE prêterait le flanc à la critique.

 

Par M. Diao

 

La mise en place du crédit garanti par la CCG, «Relance TPE», a été l’une des principales mesures prises au cours des derniers mois en faveur des TPE, déjà fragiles avant la crise liée à la Covid-19. Cette vulnérabilité se traduit, entre autres, par la surreprésentation de cette famille d’entreprises au niveau des défaillances d’entreprises au Maroc.

Bon nombre de dirigeants de TPE ont nourri beaucoup d’espoir sur le PLF 2021, adopté à la majorité par la Chambre des représentants. Il semblerait que l’heure est à la déception, puisque le PLF 2021 n’apporte jusquelà aucune nouveauté de taille en faveur des TPE.

L’amendement retenu et relatif à la réduction de 1% à 0,5% des droits d'enregistrement sur les opérations de constitution ou augmentation du capital aura un impact très limité sur le quotidien des TPE, lesquelles sont dans une logique de survie au quotidien. Faire face aux charges fixes, recouvrir les créances et réaliser des opérations de vente, sont les principales priorités des TPE qui font les frais d’une trésorerie fébrile.

«Malgré les amendements apportés à la première partie du PLF 2021 au niveau de la première Chambre du Parlement, l est en deçà des attentes et des besoins des TPE marocaines. Aucune relance de la TPE ne peut provenir du PLF 2021», avertit Abdellah El Fergui, président de la Confédération marocaine de TPE-PME.

En clair, le PLF 2021 qui, d’après notre interlocuteur, devait comporter des dispositifs forts en faveur de la TPE, est un PLF d’un gouvernement en fin de mandat. Par ailleurs, il convient de préciser que le bilan du gouvernement en matière de promotion de la TPE, dressé par la Confédération, est peu reluisant.

«Au cours des trois dernières années, nous avons fait des dizaines de propositions favorables à la TPE. Seules deux ou trois mesures ont été retenues par la Loi de Finances. Et ce, malgré les multiples promesses d’écoute des doléances des TPE de la part du chef de gouvernement», regrette-t-on du côté de la Confédération. 

 

Paroles de pro : Abdellah El Fergui, président de la Confédération marocaine de TPE-PME
 «Pour l’élaboration du PLF 2021, la Confédération marocaine de TPEPME a opéré le choix de ne pas faire de propositions en   faveur de la TPE. Cette posture est légitimée par le fait que très peu de propositions de la Confédération ont été retenues par l   les Lois de Finances des trois dernières années, qui n’ont pas matérialisé une orientation royale importante : celle de mettre sur   pied des mécanismes allant dans le sens du soutien et de l’accompagnement de la TPE. Au regard du stock important de TPE   que compte le Maroc (autour de 4 millions de structures), il faut davantage de programmes et de moyens financiers dédiés à   cette catégorie d’entreprises qui sortira très affaiblie de la crise actuelle qui s’éternise. Par souci de transparence, il est souhaitable que les listes des TPE bénéficiaires des différents programmes d’appui et de soutien publics soient consultables et accessibles au grand public». 

 

Actualités Marocaines Actualité Économique Actualité Entreprises univers tpme

Partage RÉSEAUX SOCIAUX