Journée mondiale des TPME: la reprise durable demeure la priorité

Journée mondiale des TPME: la reprise durable demeure la priorité

Les TPME formelles et informelles représentent plus de 90% de toutes les entreprises à l’échelle internationale et comptent, en moyenne, pour 70% de l'emploi total et 50% du PIB.

 

Par M. Diao

 

L’Assemblée générale des Nations unies a décidé de proclamer le 27 juin Journée internationale des microentreprises et des petites et moyennes entreprises. L’objectif recherché à travers cette initiative est de sensibiliser l'opinion publique sur l’importance de cette catégorie d’entreprises dans la concrétisation des  objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030.

En effet, les ODD ciblent les exigences pour promouvoir l'accès aux services financiers pour les TPE-PME. Cette famille d’entreprises est une composante importante de la mise en œuvre de l'ODD 8 (Travail décent et croissance économique) et de l'ODD 9 (Industrie, innovation et infrastructures). Rappelons qu’en 2021, l'ONU organise  une série d'événements afin d'explorer comment les microentreprises, petites et moyennes entreprises, épine dorsale des économies, peuvent être équipées afin d’assurer une reprise équitable et durable après la crise de la Covid-19. Les chiffres de l’organisation internationale parlent d’eux-mêmes.

Au niveau mondial, les TPME formelles et informelles représentent plus de 90% de toutes les entreprises et comptent, en moyenne, pour 70% de l'emploi total et 50% du PIB. L’ONU fait savoir qu’en tant que telles, ces entreprises sont des acteurs clés dans la réalisation d'une reprise verte. Il est de notoriété publique que les TPME ont été plus sensibles aux conséquences de la crise liée à la Covid-19.

Paroles de pro: Abdellah El Fergui, président de la Confédération marocaine de TPE-PME
«Nous assistons depuis fin 2020 à des faillites successives en raison du manque de soutien adéquat et de sources de financement qui auraient pu aider ces entreprises lorsqu'elles reprendront leurs activités. A l'occasion de cette Journée mondiale des TPE-PME, la situation générale de cette catégorie d'entreprises au Maroc est catastrophique, et nous sommes à la veille de la fin d'un mandat gouvernemental et du début d'un autre. Cette situation fait que les membres du gouvernement ne sont pas enclins à prendre de nouvelles initiatives d'urgence pour sauver les TPME. Depuis 2013, nous n'avons pas cessé de demander aux ministres de l'Industrie et du Commerce et de l’Economie et des Finances, la nécessité de relancer la «Stratégie nationale des TPE», qui a été lancée le 17 mai 2013 à la Bibliothèque nationale du Royaume (Rabat), en présence de 8 ministres, mais malheureusement, elle a été délaissée et enterrée depuis». 

Plusieurs enquêtes réalisées à l’échelle nationale corroborent cette donne. Au niveau international, une enquête du Centre du commerce international portant sur l'impact de la Covid-19 parmi les entreprises de 136 pays, a montré que près de 62% des petites entreprises dirigées par des femmes ont été fortement touchées par la crise, contre un peu plus de la moitié des entreprises dirigées par des hommes, et que les entreprises dirigées par des femmes ont 27% plus de chances de ne pas survivre à la pandémie. 

Notons enfin qu’une campagne sur les réseaux sociaux a été lancée avec le matériel numérique disponible sur le tableau Trelloet. L’organisation d’une série d'événements collaboratifs devrait permettre de trouver des idées et de partager des expériences afin de trouver des pistes susceptibles de garantir une reprise durable pour les TPME.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 04 Decembre 2022

TPME touristiques: nouvel accompagnement sur-mesure

Dimanche 27 Novembre 2022

Accompagnement des porteurs de projets: le programme Forsa fait carton plein

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux