Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

Gitex Africa, plus grand événement de la technologie et des startups, est de retour pour une deuxième édition, du 29 au 31 mai à Marrakech. Ce carrefour de l'innovation technologique offre aux startups africaines, notamment marocaines, une plateforme unique pour faire valoir leur savoir-faire, se démarquer et attirer des investisseurs.

Entretien avec Chakib Achour, représentant de Gitex Africa au Maroc.

 

Propos recueillis par M. Ait Ouaanna

Finances News Hebdo : Quelques semaines seulement nous séparent de la deuxième édition du Gitex Africa Morocco. Quelles sont les particularités de cette nouvelle édition ?

Chakib Achour : Tout d’abord, il est important de rappeler que le salon annuel de Global Gitex a démarré à Dubaï depuis plus de 40 ans. Il s'agit de l'un des plus grands événements au niveau mondial dédié à l’innovation technologique et au digital, puisqu’il accueille aujourd'hui entre 150.000 et 200.000 visiteurs, ce qui fait incontestablement de lui une plateforme universelle dans ce domaine où sont réunis aussi bien les opérateurs technologiques, les investisseurs, les secteurs publics et privés, prescripteurs, entrepreneurs et startups, chercheurs et conférenciers, et influenceurs venus des quatre coins du monde pour saisir toutes les opportunités d’affaires et de mise en relation qu’offre cette messe mondiale. Aussi, il convient de souligner que c’est la première fois que Gitex s’exporte hors Proche-Orient. Et pour se faire une place sur le continent africain, moyennant plusieurs paramètres et considérations multidimensionnels, le choix stratégique s’est porté sur le Maroc pour organiser et abriter Gitex Africa. Organisée à Marrakech en juin 2023, la première édition de Gitex Africa a connu un franc succès. Cette manifestation inédite en Afrique a vu la participation de plus de 100 pays et a réussi à attirer 32.000 visiteurs.

Cette année, et eu égard aux évolutions que connaît le monde dans le domaine des nouvelles technologiques, et considérant également la volonté des écosystèmes digitaux pour évoluer et suivre les nouvelles tendances enregistrées, les ambitions sont énormes. Tout d’abord, nous avons augmenté la capacité d’exposition, permettant ainsi à deux fois plus de sociétés de participer et de présenter leurs produits et services, soit plus de 1.400 sociétés. De plus, pas moins de 150 pays seront représentés, dont 50 pays africains, et cette deuxième édition prévoit d’accueillir plus de 50.000 visiteurs. En plus des stands réservés aux opérateurs télécoms, de la télécommunication, cybersécurité, IoT, etc., ce salon sera composé d'un hall entièrement dédié aux startups. Cet espace accueillera entre 700 et 800 jeunes entreprises innovantes. Pareillement, cette édition se démarquera également par un hall réservé aux fintech, et il s’agit là d’une grande nouveauté. A cet égard, je tiens à souligner que nous sommes agréablement surpris par l'engouement extraordinaire de la part de plusieurs sociétés et institutions qui opèrent notamment dans le paiement mobile, dans l’inclusion financière, et dans le digital wallet, et qui feront partie des exposants de cet espace 100% fintech. Autre nouveauté : nous tenons cette année, en marge de Gitex Africa, la première édition de la conférence «World Future Health Africa», dédiée à la santé.

Nous avons décidé de programmer cette conférence sur la base des retours et conclusions tirés de la première édition, et à la suite desquels il s'est avéré indispensable de traiter des thématiques en phase avec les préoccupations marocaines et africaines. Parmi elles, les prestations de service du secteur de la santé sont de nos jours une priorité stratégique dans les politiques du développement économique et social. Au niveau du Royaume, de gros projets sont actuellement en cours, notamment la généralisation de l’AMO, le dossier médical partagé ou encore la digitalisation de la feuille de soins. Ces projets, comme tant d’autres, mettent la santé au premier plan des chantiers prometteurs. Parallèlement à cela, cette édition sera marquée par l’organisation du Supernova Challenge, qui récompense les meilleures startups qui profiteront des opportunités du salon pour valoir leurs talents et expertises et pitcher devant les nombreux prescripteurs. Les startups participantes auront l'occasion aussi de rencontrer des investisseurs. Pour rappel, l'année dernière, deux startups marocaines avaient réussi à décrocher des prix.

 

F.N.H. : Cette édition ambitionne d'atteindre 200 startups marocaines au lieu des 100 startups présentes lors de l'édition 2023 de Gitex Africa Morocco. Que pouvez-vous nous dire par rapport à ce nouvel objectif ? Que prévoit le «Morocco 200» pour ces 200 startups marocaines ?

Ch. A. : L’année dernière, alors que le Gitex Africa Morocco venait de commencer, ce programme s’appelait «Morocco 100». Il faut le signaler, c’était une expérience brillamment exemplaire pour l’écosystème marocain des startups, où nos jeunes talents ont merveilleusement représenté notre pays à cette messe mondiale de l’innovation. Cette année, considérant l’évolution croissante de ce jeune tissu entrepreneurial innovant, et avec nos partenaires - le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, en étroite coordination avec l’Agence de développement du digital (ADD), nous avons décidé de doubler de capacité pour les startups, d'où l'appellation «Morocco 200». Les startups retenues pour participer à ce programme bénéficieront d’un stand subventionné de 4m² à l’exposition Gitex Africa Morocco ainsi que de l’encadrement nécessaire à même de garantir leur meilleure préparation. Il s’agit de sessions d’information et d’orientation, notamment sur le déroulement du salon, ses travaux et les services qu’il offre pour se mettre en relation avec le monde du business, et ce durant les trois jours de l’évènement. Cela concerne tout particulièrement les modalités de participation au Supernova Challenge, de remporter des prix et de bénéficier d’un service de mise en relation dédié, avec plus de 600 réunions prévues entre les startups, les investisseurs et les entreprises au Gitex Africa Morocco. De plus, et dans le cadre de ses efforts d’appui et soutien de l’écosystème des startups, le ministère accorde une subvention qui couvre 95% du coût global de participation de l'ensemble des startups sélectionnées.

 

F.N.H. : Dans le cadre du Morocco 200, vous avez lancé un roadshow au profit des startups innovantes. Quels sont les objectifs de ces rencontres et quel bilan en faites-vous ?

Ch. A. : Afin de sensibiliser et d’informer les différentes composantes de l’écosystème digital marocain quant à sa participation au programme Morocco 200, nous avons organisé, en partenariat avec le ministère et l’ADD, un roadshow dans 4 régions, à savoir CasablancaSettat, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Agadir-Sous Massa et Fès-Meknès. Au cours de cette tournée, nous avons rencontré des centaines de startups avec qui nous avons partagé des opportunités offertes par le programme Morocco 200 et par le Gitex Africa, les incitant vivement à s'y inscrire. Ces rencontres ont connu des échanges et discussions enrichissantes autour des enjeux et perspectives de l’innovation entrepreneuriale ainsi que la mise en exergue des efforts déployés par les parties prenantes au service du développement des startups dans notre pays. Permettez-moi, par la même occasion, de dire que nous étions agréablement surpris par la qualité des talents rencontrés et du gisement extraordinaire que recèlent ces régions en matière de jeunes entrepreneurs et porteurs de projets et d’idées. Ils sont tous animés de volonté et de détermination à aller de l’avant et de réussir leurs projets de startups, et ce dans plusieurs secteurs d’activités.

Après ce roadshow, les 200 startups seront sélectionnées par un comité d’évaluation institué  à cet effet, et composé de plusieurs acteurs et parties prenantes dans le domaine de l’innovation entrepreneuriale. Les startups retenues à l’issue de cette étape auront la chance de croiser le chemin d'entreprises innovantes venues d'ailleurs, dont des champions africains dans le domaine de la fintech et d'autres entreprises en plein essor dans différents secteurs. Cette connexion entre les startups marocaines et internationales revêt toujours une importance capitale pour elles, dans la mesure où elle permet de décrocher des contrats d’affaires et de lever des fonds. Le Gitex est une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines afin de se mettre en avant et de gagner en compétence et compétitivité. Aujourd'hui en Afrique, les startups constituent le cœur de développement de l'économie numérique. En 2022, plus de 4 milliards de dollars ont été levés par des startups africaines, et en 2025, ce chiffre va probablement dépasser les 10 milliards de dollars, ce qui prouve que cet engouement pour l'économie numérique peut contribuer de manière significative au développement de l'économie nationale et continentale. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 28 Mai 2024

Benali détaille l'avancement du projet de gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi 28 Mai 2024

Enseignement supérieur: la BAD approuve un financement de 120 millions d'euros au Maroc

Lundi 27 Mai 2024

Le Crédit Agricole du Maroc et la BEI explorent les défis et opportunités économiques des risques climatiques pour le Maroc

Lundi 27 Mai 2024

Pratt & Whitney Canada démarre la construction de ses nouvelles installations à Casablanca

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux