Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Stratégie forestière 2020-2030: priorité à l’adhésion et à la sensibilisation de la population locale

Stratégie forestière 2020-2030: priorité à l’adhésion et à la sensibilisation de la population locale
Dimanche 10 Janvier 2021 - Par admin

140.000 hectares ont été perdus ces trois dernières décennies.

Sans l’implication de la population locale, tout programme de préservation du domaine forestier sera voué à l’échec.

 

Par C. Jaidani

 

Sous l’effet des aléas climatiques, de la pollution et de l’intervention de l’homme, le patrimoine forestier national a été mis sous pression ces dernières décennies. Le risque de dégradation devient omniprésent, surtout dans les régions les plus vulnérables. Englobant au total 9 millions d’hectares, ce domaine est très important pour l’économie nationale puisqu’il génère une valeur ajoutée de 17 milliards de DH par an et assure une fonction environnementale de premier plan. La demande en bois, la sécheresse, les incendies, la surexploitation sont autant de facteurs qui peuvent impacter à terme ce patrimoine.

C’est pour cette raison que l’Etat a initié une nouvelle stratégie dédiée au secteur englobant la période 2020- 2030. L’objectif de cette vision capitalise sur 5 orientations : faire du domaine forestier un territoire de développement, assurer sa durabilité, adopter une approche participative avec tous les intervenants, renforcer les capacités productives des forêts et protéger la biodiversité. «La stratégie forestière doit d’abord récupérer les plantations perdues de ces trois dernières décennies et qui sont estimées à plus de 140.000 hectares. Il est donc urgent de multiplier les opérations de reboisement, surtout dans les zones les plus vulnérables», souligne Khadija Rahmani, secrétaire générale de l’Association de préservation de la forêt arganier au Maroc.

Selon elle, la forêt est menacée par la poussée démographique et urbanistique. Il faut donc accélérer l’immatriculation et le bornage de ce domaine à la conservation foncière pour le préserver. Rahmani insiste aussi sur «le volet sensibilisation des citoyens et des enfants à l’école pour que le respect de la forêt soit un principe inné dans les esprits». Il faut rappeler que la stratégie forestière dite «Forêts du Maroc» veut rattraper 30 ans de dégradation de l’écosystème. Elle projette de lancer un programme de reboisement qui va démarrer avec 50.000 ha/an pour atteindre 100.000 ha/an à l’horizon 2030.

«Il est essentiel de lutter contre les activités qui portent atteinte à la forêt et encourager d’autres plus adéquates. Pour ce faire, il est pertinent d’associer la population locale dans ce programme. Si elle est marginalisée, tout programme sera avoué à l’échec, ou du moins ne pourra pas atteindre tous ses objectifs. A cet égard, il est utile de lancer des programmes spécifiques pour chaque région. Par exemple, la préservation de l’arganier dans les régions de Souss, Haha et Chiadma nécessite des conditions particulières, puisque cette zone est impactée par un climat semi-aride. Pour le cèdre dans le MoyenAtlas, il existe d’autres éléments à prendre en considération», affirme Rahmani.

Il faut dire que «Forêts du Maroc» repose sur plusieurs axes, comme la réinvention de l’approche participative avec la population pour mieux gérer le domaine forestier. Il est prévu à cet égard de faire émerger 200 organismes forestiers locaux de développement et de créer un nouveau corps de plus de 500 animateurs territoriaux. Pour mieux préserver la faune, l’idée est de promouvoir les amodiations de chasse auprès des associations et sociétés, suivant un cahier des charges. Il est question aussi de différencier et de développer les espaces selon leur vocation.

A ce niveau, la stratégie table sur la valorisation de 10 parcs nationaux et promouvoir la filière écotourisme (1 million d’écotouristes à l’horizon 2030). Le programme prévoit également d’investir et de moderniser les métiers forestiers à travers la digitalisation. 

 

 

Agriculture Actualités Marocaines Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX