Sahara marocain: l'intérêt de l'économie maritime pour la région

Sahara marocain: l'intérêt de l'économie maritime pour la région

Le Royaume a besoin d’une flotte maritime nationale forte pour renforcer les échanges avec l’Afrique et le reste du monde.

Outre la pêche, le tourisme balnéaire et la construction navale sont des niches à développer.

 

Par C. Jaidani

Avec ses deux façades, 500 km sur la Méditerranée et 3.000 km sur l’Atlantique, le Maroc est un pays maritime par excellence. Le Royaume dispose d’une zone économique exclusive (ZEE) de plus d’un million de km2 , dépassant largement son espace terrestre. Le dernier discours du Roi à l’occasion de la célébration du 48ème anniversaire de le Marche verte constitue un tournant. Le Souverain a annoncé que le développement du versant atlantique est plus que jamais une priorité économique et géopolitique.

«Rares sont les pays qui ont deux façades maritimes comme le Maroc. Son emplacement stratégique entre l’Europe, l’Afrique et la Méditerranée lui donne une position de référence qui lui permet de jouer le rôle de trait d’union entre les différentes régions du monde. C’est un carrefour sur les autoroutes maritimes mondiales fortement fréquentées. Malheureusement, le Royaume ne profite pas assez de cet atout», souligne Driss Effina, économiste, chercheur en développement territorial. En dépit des réalisations, le niveau des infrastructures reste insuffisant pour mieux exploiter les potentialités, surtout dans les régions du Sahara. Pour combler le retard accusé, le Maroc a adopté un programme ambitieux. De nombreux projets structurants ont été lancés, à l’image de la route express liant Tiznit à Dakhla. Longue de 1.055 km, le taux de réalisation de cet axe a dépassé les 90%.

Le coût final culmine à plus de 8,5 milliards de DH. Le port atlantique de Dakhla devrait lui aussi donner une nouvelle impulsion à la région. Implanté sur 1.600 hectares, le projet est doté d’une enveloppe budgétaire de 12,5 milliards de DH. Il est prévu d’assurer également l’extension ou l’aménagement des ports de Tan Tan, Tarfaya, Laâyoune et Boujdour. «Le Sahara marocain présente des perspectives de développement importantes, notamment pour ce qui est de l’économie maritime. Outre la pêche, le Royaume peut développer d’autres activités liées à ce domaine. Il est donc primordial de renforcer le nombre de ports, qu’ils soient à caractère commercial ou de loisir. Développer l’urbanisme en assurant l’extension des villes existantes et le lancement de nouvelles villes côtières est un atout de taille pour accompagner l’essor démographique», explique Effina. Il déplore toutefois l’absence d’une flotte maritime nationale, arguant que «la privatisation du secteur du transport maritime était une erreur stratégique».

«Ne pouvant faire face à la concurrence étrangère et suite à des litiges et démêlées avec la justice, de nombreuses compagnies ont déclaré faillite. La présence d’une flotte maritime nationale est primordiale. Elle devait renforcer les échanges commerciaux du Maroc et ne pas dépendre des flottes étrangères. Il existe de nombreuses lignes entre le Maroc et l’Europe, mais il n’y en a pas entre le Royaume et l’Afrique», a-t-il dit. Au niveau touristique, le Sahara dispose d’atouts indéniables, notamment son niveau d’ensoleillement et ses plages longues et vierges. Il y a la possibilité de développer plusieurs niches touristiques comme les sports nautiques, la pêche sportive ou l’activité des croisières. En parallèle, le Maroc peut sceller des accords avec les Iles Canaries qui accueillent annuellement plus de 14 millions de touristes et proposer des packs englobant la visite du Sahara marocain. 

 

Intérêt pour la construction navale
La construction navale figure parmi les filières sur lesquelles le Maroc table pour diversifier son secteur industriel. Pour le moment, des unités ont vu le jour et sont plus spécialisées dans l’entretien et la réparation basique de navires. Mais il existe une volonté pour passer à l’étape supérieure à travers la construction de navires. Au port de Tan Tan, une entreprise commence déjà à produire des navires de pêche, de charge et de loisir. La prochaine étape consiste à lancer des chantiers dédiés à la construction de navires plus grands et disposant d’équipements plus performants. Le prochain port atlantique de Dakhla est le mieux outillé pour lancer un tel projet. Le Maroc peut s’associer avec un partenaire de renommée mondiale afin de développer une filière pouvant assurer les besoins du Royaume et ceux des autres pays de la région.

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 15 Juillet 2024

Ports situés sur la Méditerranée: baisse de 20% des débarquements de pêche à fin juin

Lundi 15 Juillet 2024

Carburants: les importations en hausse de 9,1% au premier trimestre 2024

Dimanche 14 Juillet 2024

Droits de l’Homme : «Notre pays a su mettre en place un corps de doctrine solide»

Dimanche 14 Juillet 2024

Applications mobiles : quelles catégories dominent le marché ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux