Régionalisation avancée : vers une gouvernance locale plus efficace et inclusive

Régionalisation avancée : vers une gouvernance locale plus efficace et inclusive

La régionalisation avancée repose sur une vision stratégique de la gouvernance, où le transfert des compétences de l'État central vers les régions permet une gestion plus efficiente et adaptée aux spécificités locales.

Le but principal est de réduire les disparités territoriales et d'encourager un développement équilibré et inclusif.

 

Par D.M

Le Maroc poursuit résolument sa stratégie de décentralisation et de renforcement de la gouvernance locale à travers la régionalisation avancée, un processus initié il y a plus de huit ans. Ce chantier ambitieux, inscrit dans la vision stratégique du Royaume, vise à donner aux régions davantage de compétences et de responsabilités pour promouvoir un développement équilibré et inclusif. Ce projet s’inscrit dans la poursuite de la mise en œuvre des grands chantiers d’envergure et d’une nouvelle génération de stratégies sectorielles.

Avec la période de mise en œuvre initiale de la régionalisation avancée entre 2015 et 2021, l’actuel mandat des conseils régionaux, couvrant la période 2022-2027, est marqué par une accélération de ce processus stratégique. Une récente réunion à Rabat du comité de pilotage stratégique a été consacrée à l'évaluation des progrès accomplis et à l'élaboration d'une feuille de route pour accélérer le processus de régionalisation. A cet effet, Mbarka Bouaida, présidente de l’Association des régions du Maroc (ARM), a mis en lumière les défis et les progrès de cette initiative. Elle a souligné l'importance cruciale de la déconcentration et de la décentralisation administratives pour garantir une régionalisation réussie.

«Les différentes régions ont bénéficié d’un soutien marqué de l’État pour la mise en place de leurs Programmes de développement régionaux (PDR). Actuellement en phase d’exécution, ces programmes incluent des projets structurants visant à promouvoir l’investissement et l’emploi, ainsi que la gestion de l'eau, les infrastructures routières et la formation professionnelle», a-t-elle expliqué lors de ladite réunion.

De plus, un cadre institutionnel adapté aux spécificités et aux besoins des différentes régions du Royaume, avec une plus grande participation des acteurs locaux dans la gestion des affaires publiques, a été instauré lors de la réunion. Les discussions ont également porté sur le renforcement de la convergence entre l’action gouvernementale et les régions, avec une approche intégrée visant à avoir un impact positif sur le développement global du Royaume.

La réunion a abordé la carte de formation professionnelle, permettant aux régions de choisir les options et spécialités des formations au niveau régional. L’aspect institutionnel et la consolidation des ressources humaines dans les régions ont également été discutés, avec une volonté politique affirmée de réaliser de nouveaux résultats dans les prochaines semaines. Malgré les progrès réalisés, la route vers une régionalisation pleinement effective reste semée d'embûches.

Selon la présidente de l’ARM, le modèle marocain de régionalisation avancée est encore jeune, avec seulement huit ans de pratique, comparé à d'autres pays plus expérimentés en matière de décentralisation. Les défis identifiés incluent la nécessité de renforcer les capacités des acteurs locaux, d'améliorer la coordination entre les différents niveaux de gouvernement, d'assurer une répartition équitable des ressources entre les régions et de garantir la disponibilité des ressources humaines et financières nécessaires.

Le deuxième Colloque national de la régionalisation avancée, prévu pour décembre 2024, sera une étape cruciale pour l’avenir de ce chantier royal. Cet événement permettra de dresser un bilan approfondi des réalisations et de définir les orientations stratégiques pour les années à venir. Après le premier colloque de 2019 à Agadir, cette nouvelle rencontre offrira une plateforme pour partager les bonnes pratiques et renforcer la coopération entre les conseils régionaux. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 18 Juillet 2024

La saga Samir

Jeudi 18 Juillet 2024

Marhaba 2024 : environ 538.000 passagers enregistrés jusqu'au 15 juillet

Jeudi 18 Juillet 2024

Transport urbain: la réforme du secteur des taxis devient une urgence

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux