Location saisonnière: la reprise de la demande se poursuit

Location saisonnière: la reprise de la demande se poursuit

Les prix de la location saisonnière ont été marqués par une forte baisse en 2020.

La concurrence des hôteliers maintient les prix bas, malgré une hausse de la demande.

 

Par B. Chaou

 

La location saisonnière a été fortement impactée, avec une baisse de la demande et des prix, du fait notamment des restrictions de déplacement mises en place depuis l’apparition de la pandémie.

Selon une étude du spécialiste en immobilier Mubawab, couvrant la période septembre-décembre 2020, en moyenne pour une nuitée dans un appartement à Marrakech, ville touristique par excellence, il fallait compter 450 DH, un prix en baisse de 11% par rapport à la même période une année plus tôt.

Pour les villas, le prix par nuitée était de 2.360 DH en moyenne, en retrait de 16% par rapport à la même période de l’année 2019. Agadir a suivi la même tendance et proposait des appartements au prix moyen de 405 DH par nuitée, en recul de 4% en comparaison à la même période de l’année 2019.

D’autres villes comme Casablanca, Tanger, Meknès, Fès et Essaouira ont également connu une baisse de prix des appartements, qui serait, selon la même source, de 19% en moyenne, excepté pour les villes de Rabat et Mohammédia dont le prix des appartements a augmenté d’environ 30%.

S’agissant de l’offre de biens dédiés à la location saisonnière, elle aurait connu un recul de 49% par rapport à la même période de 2019. Dans le détail, l’offre d’appartements a enregistré une baisse de 52%, tandis que l’offre des villas n’a connu, pour sa part, aucune évolution.

Du côté de la demande, entre septembre-décembre 2019 et septembre-décembre 2020, l'on note une diminution de plus de 4%. Les choses ont commencé à s’améliorer à partir de la période «novembre décembre 2020», qui a enregistré une évolution de la demande de 32%, probablement due à la période des vacances de la fin d’année.

Cette reprise s’est poursuivie jusqu’au premier trimestre 2021, et plus précisément sur la période janvier-avril, marquant ainsi une progression de 27%. La même tendance a été observée pour la période située entre «février- mars 2021», qui a enregistré une évolution mensuelle de l’ordre de 17%, laissant présager une bonne reprise pour cet été.

«Malgré l'absence de touristes étrangers lors de cette période, il y avait une demande relativement soutenue pour le marché de la location saisonnière depuis fin 2020. Et ce dynamisme semble se poursuivre en 2021 avec des perspectives encourageantes, notamment grâce à la récente ouverture de l’espace aérien  et l’allègement des restrictions de déplacement»,  commente Kevin Gormand, CEO et cofondateur de Mubawab.

Hausse de la demande mais pas des prix

Malré une demande attendue à la hausse cet été, les prix de la location saisonnière demeurent relativement bas, car concurrencés par les offres des hôtels et des autres établissements touristiques qui offrent également une multitude de services et d’activités en parallèle.

«Le prix d’une nuitée dans la ville de Marrakech, qui représente 41% de l’offre actuellement, coûte en moyenne 500 DH, en baisse de 35% par rapport à l’année précédente. Pour une villa, il faut compter 2.260 DH par nuitée en moyenne, soit -5% par rapport à l’année 2020», d’après les données de Mubawab.

D’autres villes comme Casablanca et Tanger connaissent également des baisses de prix en moyenne de 6% pour les appartements, tandis qu’à Rabat et Meknès le prix des appartements a évolué d’environ 25% en moyenne. Pour sa part, Agadir n’a pas été touchée par le recul des prix, avec des appartements à 450 DH par nuit (+ 24% par rapport à 2020) ainsi que des villas au prix moyen de 1.310 DH pour chaque nuitée (+12% par rapport à 2020). À noter que la demande pour les séjours saisonniers s’articule majoritairement autour des villes de Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger et Agadir. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Le Morocco Gaming Expo 2024 ouvre ses portes à Rabat

Vendredi 24 Mai 2024

Chômage en milieu rural : une tendance alarmante

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux