Grand Casablanca: la région sera dotée d’un site touristique dédié aux locaux

Grand Casablanca: la région sera dotée d’un site touristique dédié aux locaux

Implanté sur le lac d’Oued El Maleh, il bénéficiera de toutes les infrastructures nécessaires.

Il permettra de renforcer et de diversifier l’offre touristique dans un cadre naturel.

 

Par C. Jaidani

En dépit de la présence d’un arrière-pays riche et diversifié, le Grand Casablanca ne dispose pas d’une offre touristique rurale à la hauteur de la dimension socioéconomique de la région. A l’initiative de quelques opérateurs privés, des projets ont vu le jour, mais leurs capacités d’accueil sont faibles et les prix des prestations parfois hors de portée. Consciente de cet enjeu, la région de Casablanca-Settat a décidé d’aménager un site touristique dédié particulièrement aux touristes locaux. D’une enveloppe globale de 63 millions de DH, dont 30 MDH part de la région, le projet sera implanté aux abords du lac du barrage Oued El Maleh. Les infrastructures réalisées permettront de générer de nouveaux investissements touristiques, notamment dans l’hébergement, la restauration et les loisirs dans l’objectif d’édifier progressivement une véritable station touristique. Avec la réserve en eau du barrage et le paysage naturel qui l’entoure, différentes activités sportives et de divertissement peuvent être lancées, comme les sports motos, les randonnées pédestres, l’équitation... L’offre peut comprendre également la pêche fluviale, les sports nautiques comme le kayak, le kitesurf ou les planches à voile. «Ce projet permettra de donner un coup de pouce au tourisme rural. Il devrait avoir des effets d’entraînement sur la région en matière de création d’emploi et de valeur ajoutée», souligne Abdellatif Maâzouz, président de la région Casablanca-Settat, lors de la présentation du PDR de cette région. Le programme du projet comprend la réhabilitation d’une partie de la route provinciale P 3328, la création d’une piste piétonne et le reboisement du site. Il est question aussi d’organiser les marchands ambulants qui s’activent dans le site dans le cadre de l’Initiative nationale du développement humain (INDH). L’objectif est de recenser et de contrôler cette population et de veiller à ce que les produits vendus répondent aux normes d’hygiène et de salubrité. «Cette région accueille un nombre important de visiteurs, particulièrement pendant le printemps. De nombreux opérateurs touristiques ont voulu y investir pour son cadre agréable et sa proximité avec Casablanca, Mohammédia ou Benslimane, mais la qualité des infrastructures les en a dissuadés. Celles existantes actuellement ne peuvent assurer la fluidité de la circulation et le stationnement. De nombreuses perturbations sont constatées. Le prochain réaménagement du site lui donnera un nouvel attrait», indique Abdelali Bennani, opérateur touristique dans la région. A noter que ce projet sera réalisé en partenariat avec d’autres organismes comme le département de l’Agriculture, le Conseil provincial de Benslimane, la commune Moualine Louad et la Chambre régionale de l’artisanat. A Dar Al Baroud, à quelques kilomètres du site, un centre de formation dédié à l’art équestre sera lancé. L’objectif est de sauvegarder l’authenticité des spectacles présentés dans le site en vue de refléter les traditions marocaines. Il faut rappeler que le site du barrage Oued El Maleh a, par le passé, suscité l’intérêt des acteurs touristiques. Plusieurs projets ont été présentés à la commission régionale de l’investissement par des opérateurs nationaux et étrangers de renom. Mais ils ont été rejetés pour différentes raisons, notamment écologiques. Le département de l’Environnement assure vouloir préserver le statut de réserve naturelle du site qui accueille une faune et une flore. Par ailleurs, dans le cadre du plan Biladi, dédié au tourisme interne, il était question de lancer une station touristique comprenant des hôtels classés, des campings, un golf et d’autres sites touristiques. En partenariat avec des opérateurs des pays du Golfe, Asma Invest a voulu répondre à l’appel d’offres lancé par le ministère du Tourisme pour décrocher ce marché. Mais certaines clauses du cahier des charges n’ont pas convaincu le groupe marocain, comme l’exigence d’un recul de plus d’un km au-delà du lac pour les constructions. Actuellement, les autorités sont conscientes de cet enjeu et seront amenées à revoir le cahier des charges pour le rendre plus réaliste et réalisable. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

Dimanche 16 Juin 2024

Peines alternatives : «L'amende journalière doit être pensée de façon à ce qu'elle ne favorise pas les criminels riches»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux