Filière sucrière: Cosumar veut allier performance et durabilité

Filière sucrière: Cosumar veut allier performance et durabilité

Le groupe supervise 69.000 hectares et accompagne 80.000 agriculteurs. Il se positionne comme un acteur moteur de l'innovation et du progrès responsable.

 

Par C. Jaidani

Les Marocains sont de grands consommateurs de sucre, avec une moyenne de 37 kg par personne et par an contre 20 kg au niveau mondial. De ce fait, le pays arrive à satisfaire la moitié de ses besoins, l’autre partie étant importée. Pour y remédier, le gouvernement a mis en place une stratégie pour assurer l’autosuffisance dans ce produit. Rappelons que la filière sucrière est une activité stratégique pour l’agriculture nationale, et aussi pour l’économie.

Depuis sa fondation en 1929, Cosumar s’est imposé comme un acteur de référence du secteur tout au long de toute la chaîne de valeur, que ce soit dans l’amont agricole ou dans l’aval. Grâce à la signature d’un contratprogramme d'agrégation avec ses partenaires dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV), le groupe conforte sa présence territoriale sur de nombreux périmètres irrigués du pays. Il supervise au total 69.000 ha répartis entre 8.000 ha au Loukkos, 24.000 au Gharb, 6.000 à Moulouya, 18.000 à Doukkala et 13.000 hectares à Tadla.

«Cette relation mutuellement bénéfique entre l’agrégateur et les agriculteurs a permis d'optimiser la production en termes de qualité et de quantité au niveau de l'amont agricole. Elle contribue également à améliorer la vie de plus de 80.000 agriculteurs partenaires et de leurs familles dans 5 régions du pays», souligne Hassan Mounir, Directeur général de Cosumar. La présence active du groupe dans les cinq principales régions agricoles du pays a été un catalyseur dans la création de véritables pôles économiques. Ce développement a non seulement attiré des investissements significatifs, mais a également ouvert la voie à de nouvelles opportunités d'emplois, à l'émergence d'entreprises et au soutien des communautés locales, notamment les familles d'agriculteurs et les habitants des zones avoisinantes.

Au niveau industriel, le groupe possède une capacité globale de traitement de cinq millions de tonnes de plantes sucrières et une capacité de production globale de deux millions de tonnes de sucre blanc. En 2023, Cosumar a poursuivi sa politique d’innovation et de croissance, avec l'exportation de 752.000 tonnes de sucre blanc vers plus de 40 pays. Grâce à un programme d’investissement de plus de 10 milliards de dirhams, Cosumar s’est modernisé et a réalisé plusieurs avancées en matière d’innovation et de R&D. Par ailleurs, il faut noter que le groupe a adopté depuis des années une démarche RSE afin d’installer une filière sucrière durable.

«Cette vision du développement durable guide l'ensemble des actions du groupe et constitue la pierre angulaire de son succès à long terme. Animé par la conviction profonde qu'une croissance durable est possible et bénéfique pour tous, le groupe se positionne comme un acteur moteur de l'innovation et du progrès responsable. Il s'engage à construire, avec l'ensemble de ses parties prenantes, des modèles économiquement compétitifs, socialement responsables et respectueux de l'environnement», précise Mounir.

Depuis 2006, le groupe, dans son rôle d'agrégateur engagé et solidaire, a lancé un ambitieux programme d'inclusion socioéconomique. Ce programme vise spécifiquement à stimuler la création de petites et moyennes entreprises (PME) dans le secteur agricole. Près de 370 entreprises ont vu le jour dans le monde rural, grâce à l'impulsion de Cosumar. L'impact économique de ces actions est considérable, avec une injection annuelle de 3 milliards de dirhams dans l'économie locale et la création de plus de 5 millions de journées de travail réparties sur les cinq régions.

En matière d'innovation et de recherche et développement (R&D), le groupe a engagé un programme d'investissement de plus de 10 milliards de dirhams pour moderniser ses opérations et réaliser des avancées significatives. Cet investissement massif a permis au groupe de réduire considérablement son impact environnemental, notamment par une réduction de 90% de la consommation d'eau depuis 2005 et une baisse de la consommation d'énergie dans le processus de traitement de la betterave à sucre. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 29 Mai 2024

Marrakech : ouverture du GITEX AFRICA 2024

Mardi 28 Mai 2024

MGE 2024 : immersion dans le premier salon de gaming au Maroc

Mardi 28 Mai 2024

Benali détaille l'avancement du projet de gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi 28 Mai 2024

Enseignement supérieur: la BAD approuve un financement de 120 millions d'euros au Maroc

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux