Campagne 2021/2022: les exploitants s’activent pour rattraper leur retard

Campagne 2021/2022: les exploitants s’activent pour rattraper leur retard

Les superficies emblavées en cultures d’automne ont atteint 3,7 millions d’hectares, dont 3,14 millions semés en céréales.

Les pluies ont dynamisé les filières d’élevage.

 

Par C. Jaidani

Les campagnes agricoles se suivent mais ne se ressemblent pas. Chaque saison a ses propres spécificités, ses atouts et ses contraintes. Ayant démarré assez tardivement sous l’effet du manque de pluie, la campagne 2021/2022 commence à reprendre des couleurs avec l’arrivée des précipitations qui ont touché pratiquement toutes les régions du Royaume. Faisant dernièrement le bilan de l’évolution de la campagne agricole, Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, du Développement rural, des Eaux et Forêts et des Pêches maritimes, a affirmé, dans le cadre des séances des questions orales à la Chambre des représentants, que «les superficies emblavées en cultures d’automne ont atteint 3,7 millions d’hectares, dont 3,14 semés en céréales d’automne». Il a souligné par ailleurs que «la superficie travaillée en cultures irriguées, à l’instar des cultures maraîchères, s’est élevée à 100.000 hectares, tandis que 35.000 hectares sur un total de 47.000 ont été alloués aux cultures sucrières».

Sur le terrain, les exploitants s’activent pour rattraper le temps perdu. Il est question de terminer les travaux du sol, d’emblavement ou de semi pour profiter pleinement des prochaines intempéries. «Les dernières pluies ont été salvatrices, même si on relève un déficit hydrique comparativement à une année normale. Elles ont apporté beaucoup d’espoir aux agriculteurs, et apaisé les tensions sur les prix des intrants et aussi sur ceux de l’aliment de bétail», souligne Abdelwahab Khassoumi, agriculteur dans la région des Ziayda, relevant de la province de Benslimane. En effet, les prix des intrants ont connu une nette flambée au cours du démarrage de la saison. Par exemple, les prix des engrais et de l’orge ont quasiment doublé. Les exploitants ont eu également beaucoup de difficultés à trouver certaines variétés de plusieurs céréales, notamment pour le blé dur, tendre ou de la luzerne.

Pour le déroulé de la campagne, il faut noter que le mois de décembre a été satisfaisant. Les fellahs espèrent que les mois de janvier et février soient pluvieux pour que la saison prenne son élan. «Actuellement, c’est la période de Lyali qui dure 40 jours. Elle a commencé le 25 décembre et se terminera le 5 février prochain. Elle se caractérise par des nuits longues et des journées courtes. Du coup, le niveau d’ensoleillement est faible, d’où une forte baisse de température. Les exploitants apportent des engrais de fond pour aider les plantes à la poussée. Si la pluie est au rendez-vous au cours du mois de janvier, la campagne agricole connaîtra une nouvelle impulsion», explique Khassoumi. Pour leur part, les éleveurs ont manifesté un certain soulagement. En effet, actuellement, ils peuvent compter sur les parcours naturels pour assurer l’alimentation de leur bétail. Ces derniers mois, leur trésorerie avait été mise à rude épreuve pour acheter les besoins de leur bétail. Plusieurs produits comme les bottes de paille, l’orge ou le maïs ont connu une baisse. Le marché de bétail a montré, lui aussi, quelques redressements.

Les souks hebdomadaires sont actuellement sous le coup d’une forte dynamique. «Le marché de bétail commence à retrouver des couleurs. L’offre devient de plus en plus abondante et la demande suit. Chacun trouve son compte. L’éleveur peut vendre au prix qui lui convient et l’acheteur peut trouver également des produits de qualité», explique Bouchaib Sarghini, marchand de bétail à Médiouna. 

 

Disponibilité des intrants
Selon le ministère de l’Agriculture, 1,6 million de quintaux de semences sélectionnées ont été mobilisés pour les trois principales céréales. Les ventes ont atteint, jusqu’à présent, 900.000 quintaux, soit 56% du stock disponible. Concernant l’approvisionnement en engrais, 300.000 tonnes ont été vendues, soit une augmentation de 40% par rapport à la précédente campagne, dans la perspective d’assurer un approvisionnement du marché à hauteur de 500.000 tonnes d’engrais phosphatés. Toutefois, des agriculteurs font état du renchérissement des prix des engrais et autres fertilisants. Selon les données des professionnels du secteur, cette tendance est mondiale à cause de la hausse des matières premières.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 27 Mai 2022

Transformation numérique: un programme d'investissement de 5,69 milliards de DH entre Orange Maroc et le gouvernement

Vendredi 27 Mai 2022

Banque de projets: Shoeleven Company inaugure une nouvelle unité industrielle à Casablanca

Vendredi 27 Mai 2022

Huawei Maroc lance la 1ère édition de son événement « Huawei Morocco Intelligent Finance Summit »

Vendredi 27 Mai 2022

Bank Al-Maghrib organise la 26e Conférence des gouverneurs des Banques centrales des pays francophones

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux