Banques cotées: vont-elles profiter de la hausse des taux ?

Banques cotées: vont-elles profiter de la hausse des taux ?

Les banques cotées devraient profiter d’une amélioration de leurs marges d’intermédiation à moyen terme suite aux récentes hausses du taux directeur.

Cette dynamique s’est déjà traduite au niveau des résultats trimestriels des banques européennes.

 

Par A. Hlimi

Les hausses du taux directeur opérées en septembre et décembre devraient globalement profiter aux banques à moyen terme, estime CDG Capital Insight dans sa nouvelle note d’analyse du marché actions. S’attardant sur les perspectives du secteur bancaire, le bureau de recherche pense que «d’un côté, l’augmentation des taux devrait avoir un impact limité sur la demande en prêts, à mesure que la croissance économique se maintiendrait (3% selon les projections de BAM). D’un autre côté, les banques devraient bénéficier d’une amélioration de la marge d’intermédiation tenant compte de la transmission de la hausse du taux directeur aux taux débiteurs, et compte tenu de la structure des dépôts bancaires qui sont majoritairement non rémunérés».

«Il importe de rappeler que la marge d’intermédiation du secteur a connu une tendance baissière suite à la baisse des taux observée les années précédentes en dépit d’un effort important de la part des banques en termes d’optimisation du coût des ressources. Par conséquent, dans un environnement de hausse des taux, les banques auront plus de marge de manœuvre et devraient voir leurs marges augmenter», précise-t-on. Cette dynamique s’est déjà traduite au niveau des résultats trimestriels des banques européennes par une amélioration (quasi-systématique) de leurs revenus provenant de l’intermédiation bancaire.

Cependant, CDG Capital Insight pense que cet impact favorable serait partiellement atténué par une baisse de la demande de crédit et des pressions continues sur la qualité des actifs en raison du contexte macroéconomique difficile. Pour l’année 2023, le bureau de recherche table sur un ralentissement de la croissance de l’encours de crédits, compte tenu de l’impact limité des hausses du taux directeur sur la demande de crédit et du ralentissement des crédits de trésorerie qui ont été soutenus en 2022 en partie par la hausse des cours des matières premières, notamment les produits énergétiques.

 

Les activités de marché négativement impactées

Les analystes soulignent tout de même que la hausse des rendements obligataires devrait impacter négativement le résultat des activités de marché des banques. En effet, les banques devraient comptabiliser des pertes de juste valeur sur les titres classés en actifs détenus à des fins de transactions ou disponibles à la vente. La sensibilité des portefeuilles au rendement varie d’une banque à l’autre en fonction de l’importance des titres et de leur maturité. Cela dit, une grande partie de cette hausse a été été prise en compte au niveau des résultats à fin septembre, et compte tenu du fait que la récente hausse des taux secondaires n’a pas eu lieu avant la fin d’année 2022. Au final, la lecture des différents drivers et enjeux du secteur, «nous laisse penser que les banques cotées à la Bourse de Casablanca enregistreront une performance positive des bénéfices courant 2023», concluent les analystes. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 21 Mai 2024

Maroc. L’inflation à 0,2% en avril

Samedi 18 Mai 2024

Inclusion financière: «Il y a une résistance sérieuse à l’amélioration des offres bancaires»

Vendredi 17 Mai 2024

Dialogue social : Difficile compromis sur les retraites et le droit de grève

Vendredi 17 Mai 2024

Bank of Africa désignée la banque partenaire la plus active de la BERD en 2023

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux