Banque mondiale: "le Maroc a fait preuve d’une résilience remarquable face à divers chocs"

Banque mondiale: "le Maroc a fait preuve d’une résilience remarquable face à divers chocs"

Suite à un ralentissement marqué en 2022, dû à divers chocs climatiques et sur les matières premières survenus de manière concomitante, la croissance économique devrait remonter à 2,8 % en 2023, et ce, grâce à une reprise partielle de la production agricole, des services et des exportations nettes, selon le dernier rapport de la Banque mondiale intitulé « De la résilience à la prospérité partagée ».

Cette reprise devrait se renforcer à moyen terme et la croissance du PIB réel devrait atteindre 3,1 % en 2024, 3,3 % en 2025 et 3,5 % en 2026, la demande intérieure se remettant progressivement des chocs récents. L’inflation a baissé de moitié entre février et août 2023, mais l’inflation alimentaire demeure élevée et continue de toucher de manière disproportionnée les ménages les plus modestes.

Ces dernières années, le Maroc a démontré à plusieurs reprises sa forte capacité à répondre efficacement aux chocs. Le séisme d’Al Haouz du 8 septembre est le dernier d’une série de chocs ayant frappé le Maroc depuis la pandémie de COVID‑19. Le Maroc a réussi à gérer avec succès la réponse humanitaire au tremblement de terre, et à mettre en place un plan de développement ambitieux pour libérer le potentiel de développement des provinces les plus touchées.

Le séisme a eu des conséquences humaines et matérielles dévastatrices, principalement dans les communautés montagneuses isolées, mais il est peu probable qu’il ait des impacts macroéconomiques significatifs.

D’autres indicateurs témoignent de la résilience externe du Maroc, notamment une demande extérieure robuste pour les biens et services du pays, malgré le ralentissement de l’économie mondiale. De même, les flux d’investissements directs étrangers (IDE) restent importants et sont de plus en plus orientés vers le secteur manufacturier, tandis que de nouvelles niches industrielles modernes étroitement liées aux chaînes de valeur mondiales émergent. Le maintien de l’accès de l’État aux marchés financiers internationaux, malgré le resserrement actuel des conditions financières mondiales, illustre également cette résilience.

« Le Maroc a fait preuve d’une résilience remarquable face à divers chocs, dont le plus récent a été le séisme de septembre dernier », a déclaré Jesko Hentschel, Directeur pays de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte. « Cependant, l’impact de ces chocs sur le bien-être de la population reste important, et les réformes déjà planifiées par le Maroc sont nécessaires pour renforcer la résilience extérieure du pays et, surtout, pour stimuler la prospérité, en particulier afin d’atteindre les objectifs de développement ambitieux définis dans le Nouveau Modèle de Développement (NMD). »

Le Maroc a lancé des réformes ambitieuses pour améliorer le capital humain et encourager l’investissement privé. Ces réformes n’auront l’impact souhaité sur le développement économique et social que si elles sont combinées à d’autres initiatives cruciales, notamment la suppression des barrières réglementaires et institutionnelles qui limitent la concurrence et ralentissent la réallocation des facteurs de production vers des entreprises et des secteurs plus productifs.

Par ailleurs, un changement de paradigme est encore nécessaire pour permettre l’autonomisation économique des femmes marocaines, une étape cruciale pour atteindre les ambitions importantes du pays telles qu’exprimées dans le NMD. Le rapport de la Banque mondiale souligne également l’importance de prendre en compte les contraintes spécifiques rencontrées par les femmes dans les zones rurales et urbaines (problèmes de mobilité, inclusion financière et digitale insuffisante, amélioration des conditions de travail, et une évolution nécessaire des normes sociales traditionnelles).

Au-delà de son rôle crucial dans la promotion de l’égalité des genres, l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail (PFMT) aurait également un impact économique significatif, constituant ainsi un moteur puissant de développement socioéconomique. Le rapport souligne que l’atteinte des objectifs du NMD, à savoir une PFMT de 45 %, pourrait stimuler la croissance de près d’un point de pourcentage par an.

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

Dimanche 16 Juin 2024

Peines alternatives : «L'amende journalière doit être pensée de façon à ce qu'elle ne favorise pas les criminels riches»

Samedi 15 Juin 2024

Carburants: très chers prix à la pompe

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux