Culture & Société

Tous les articles

Un jour, une œuvre : Band au climat oriental

Un jour, une œuvre : Band au climat oriental

Trip onirique, Orange Blossom élabore une trame cosmique instrumentale pour mieux s’émanciper de musique arabe et musiques du monde, quelque part entre le trip-hop et le rock progressif. Une expérience salvatrice qui donne vie à un groupe saisissant.

 

             


Orange Blossom associe les univers, les cultures et les styles musicaux pour se forger un répertoire sans frontières. Un style musical mélangeant diverses origines qui se situe entre la musique électronique pure et la world music d'influences arabe et occidentale.

Lancé en 1993, Orange Blossom est le fruit de la rencontre musicale de Pierre-Jean Chabot, Jean-Christophe Waechter alias Jay C., et Éric Le Brun. Ils enregistrent des cassettes audios, donnent des concerts, et participent en 1994 au baptême rock de la MJC de Rezé. En 1995, le groupe connait l’arrivée de Carlos Robles Arenas, puis le départ d'Éric.

Le batteur natif de Mexico Carlos Robles Arenas, est compositeur, instrumentiste touche-à-tout et programmateur sur ordinateur. Après deux cassettes audio autoproduites, leur premier album sort en mai 1997 sur le label Prikosnovénie et se vend à 15 000 exemplaires.

Avant la sortie du second album, le groupe subit plusieurs influences, notamment dans le domaine des musiques ethniques et traditionnelles. Mais, le chanteur Jay C. n'y adhère pas et se sépare du groupe, en 2000, pour créer Prajna.

En 2001, Mathias Vaguenez (percussionniste) et Leïla Bounous (chanteuse algéro-bretonne) se joignent aux deux autres musiciens. Le groupe a vu son effectif évoluer au fil du temps. Des arrivées et des départs ponctueront l’existence d’Organge Blossom.

Le groupe sort «Everything Must Change», le 28 février 2005 sur le label Bonsaï Music. Un album qui va plaire à Robert Plant, chanteur de Led Zeppelin qui proposa au groupe de faire la première partie de la tournée du groupe britannique pour une quinzaine de concerts. De nouvelles dissensions dans le groupe apparaissent à l'issue de la tournée et conduisent finalement au départ de Leïla Bounous.

En 2012, Chabot et Robles Arenas commencent à travailler avec la chanteuse égyptienne Hend Ahmed - qui a pris en charge les textes en arabe -, ainsi que le claviériste Rasim Biyikli, le bassiste Sylvain Corbard et le percussionniste Fatoma Dembélé.

Ensemble, ils peaufinent les compositions pour publier en septembre 2014, sur le label Washi Washa, leur troisième album en vingt ans de carrière, «Under the Shade of Violets», qui s'inscrit dans la lignée du précédent opus.

Le 29 septembre 2014, après neuf ans d’absence, Orange Blossom est de retour avec un album inespéré aux confins de l’Orient et de l’Occident, du rock, de l’électro et des musiques traditionnelles sur le label Washi Washa. Toutes leurs influences, du rock aux chants traditionnels orientaux, y cohabitent.

 

Par R.K.H

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

Jeudi 16 Mai 2024

L'AMMA célèbre la richesse du patrimoine musical traditionnel marocain

Lundi 06 Mai 2024

La Fondation BMCI réitère son soutien au Festival « Moroccan Short Mobile Film Contest » pour sa deuxième édition

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux