Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Culture & Société

Le Monde d’Ibrahim, roman de Guiliz Mustapha, paru aux Editions Orion

Le Monde d’Ibrahim, roman de Guiliz Mustapha, paru aux Editions Orion
Lundi 05 Avril 2021 - Par admin

 Par Abdelhak Najib 


 
Le roman «Le Monde d’Ibrahim» de l’écrivain Mustapha Guiliz paru aux éditions Orion est le récit d’une aventure à l’allure d’une biographie, celle d’Ibrahim. L’auteur avait déjà signé en 2017 un recueil de nouvelles, «Au pays des sources». Ce roman d’une vie a priori ordinaire situe son action au cœur du siècle dernier et sa trame s’enrichit des événements qui ont eu des répercussions notables aussi bien sur le devenir collectif que sur celui des individus. Le personnage principal, Ibrahim, est un exemple complexe dans cette intrication des passions qui se taillaient les scènes individuelles et les destins collectifs, mettant en perspective la vie et son sens et la manière dont celle-ci procède pour se dépouiller de son équilibre, de son harmonie et de sa logique.

La solitude du personnage Ibrahim, un personnage des plus ordinaires, dans un monde défait ne cesse au cours de péripéties de gagner en profondeur et en authenticité. Dès l’entame du roman, qui a pour scène initiale le cimetière, le personnage ne cesse de s’enliser dans l’insignifiance d’une vie sans repères; en particulier de sa caution, la présence d’une mère pourvoyeuse de sens. Le roman n’est pas celui d’un succès, ni non plus d’un échec. Ni héros, ni anti héros. L’apprentissage n’est plus possible dans ce roman à l’allure d’une quête des origines de notre déréliction présente. Il est le témoignage de l’impossibilité de trouver un sens dans les vies des personnes modestes dans leur condition mais riches en tant que support de symboles. Le roman emprunte la voie d’une descente en enfer; celle de la dépossession de son propre destin, reflet de notre destin collectif.

Ibrahim réussit toujours les paris de ses choix, et il ne s’en sort qu’en perdant des miettes de son être profond. Mais il réussit vite à reconstituer son unité et à s’assumer même dans une posture en porte-à-faux avec les stéréotypes éculés dans un monde à géométrie imprévisible. Y a-t-il un choix à faire quand les alternatives se dédoublent sans laisser de marge pour le libre-arbitre où s’exercer sans préjudice ? Ibrahim assume toujours son destin quand celui-ci s’impose avec la force d’une nécessité; il arrive même qu’il devance d’un pas un monde décevant à cause de cette absence du sens.

La clé du sens du monde d’Ibrahim ? Elle serait vraisemblablement, encore une fois dans la symbolique du cimetière où, encore enfant, il passe une nuit, (la nuit du destin ?) où l’obscurité, l’abandon seront une partie, la majeure partie, d’un monde désagrégé et en perte de cohérence. Les aventures d’Ibrahim lui permettent d’aller dans tous les sens dans une quête effrénée de l’amour, non celui de la tante qui le jugule, mais celui de la mère, de la terre, du sang, de leur compendium : la présence d’un enfant, promesse de l’avenir, qui ne vient pas.

Dans ce monde, le paradoxe s’étoffe à chaque épreuve de la vie d’Ibrahim. L’insignifiance gagne autant en épaisseur qu’en absurde. Mais Ibrahim est sommé de jouer sans savoir les règles du jeu. Alors il oppose au monde son inestimable atout, une énergie à toute épreuve. Energie de la force mais aussi énergie de la faiblesse, la sensibilité. Celle-ci est son bouclier qui lui sert à atténuer l’horreur d’un monde qui décapite un homme, Maâti, lui qui n’a pour toute arme qu’un rire doré dans une guerre à laquelle il est resté étranger jusqu’à son dernier souffle, jusqu’à son dernier sourire.

L’école, le travail, la prison, la guerre, la vie de famille, dans tous leurs états, fondent ces tableaux qui sollicitent de sa part une réponse qui vient tout droit de sa différence. C’est peut-être là le trait distinctif de ce personnage au regard toujours frais dans un monde chiffonné, en désordre. C’est cela le monde d’Ibrahim. Quand nous nous agitons dans le monde, c’est pour nous transformer, nous rendre meilleurs; Ibrahim emprunte à rebours les voies les plus onéreuses pour s’affirmer tel qu’il est, dans sa détermination la plus individualiste, la plus volontariste, c’est-à-dire la plus loyale envers soi. S’il fait la guerre contre les autres, qu’il ne connaît pas, il la fait pour défendre ses amis, ceux qui sont de son côté. Redéfinition des perspectives. Des sens. Sans que son regard ne soit parasité par un quelconque étalon ou une référence. Notre héros ne croit qu’en lui-même.
Ibrahim qui force notre sympathie est-il alors un personnage réel ou imaginaire ? Est-il l’incarnation d’un destin collectif ou juste l’expression achevée d’un individu, lui qui n’a pour nom de famille qu’un K. (un cas !) ? Dans ce cas, la fable de sa stérilité, ou celle de sa femme Aïda, car nous ne saurons jamais à qui la faute, serait synonyme de cette tranche saignante de l’histoire, le protectorat, restée inféconde dans notre devenir. C’est la une leçon, peut-être la plus dure, de notre époque présente qui ne sait que faire de ceux qui se sont sacrifiés pour un lendemain meilleur. Ibrahim meurt seul à la fin du texte en gardant les yeux ouverts sur nous. Allons-nous le trahir ?
 

 

*Le monde de Ibrahim. Mustapha Guiliz. Éditions Orion. Avril 2021. Disponible en librairie.

 

 

 

 

Actualité Culturelle Art & Culture

Partage RÉSEAUX SOCIAUX