Culture & Société

Tous les articles

L’intelligence artificielle appliquée à la santé (1)

L’intelligence artificielle appliquée à la santé (1)


A propos de l’intelligence artificielle  

 

L’intelligence artificielle (IA) est un domaine de recherche en pleine expansion, ses applications concernent toutes les activités humaines mais elle trouve plus particulièrement des applications intéressantes dans le domaine de la santé. Les données médicales constituent une ressource inestimable pour prédire des maladies, diagnostiquer une pathologie ou permettre d’améliorer la qualité des soins. 

La recherche médicale vit une révolution numérique liée à l'abondance de données et à notre aptitude à les collecter, à les stocker et surtout à les traiter. Ces possibilités sont liées aux capacités des ordinateurs qui peuvent analyser des milliards d’informations à une vitesse considérable et comparer une multitude de paramètres, associé à l’expertise des médecins, le développement de l’IA est très prometteur en santé. 

L’IA fait référence à la branche de l’informatique consacrée à la création de systèmes pour effectuer des tâches qui requièrent habituellement l’intelligence humaine. Son potentiel est énorme, et ce, dans divers domaines, dont on peut citer la médecine de précision pour les maladies cardiovasculaires et les cancers, l’amélioration de la prestation des soins de santé, la reconnaissance d’images pour le diagnostic des maladies, la conception de médicaments… Elle est au cœur de la médecine du futur avec de nombreuses applications comme les opérations assistées, le suivi des patients à distance, les prothèses intelligentes et le recoupement de données (big data)… Ainsi, il est devenu indispensable que le grand public comprenne comment fonctionnent ces systèmes pour savoir ce qu’ils font.

 

L’IA pour aider le médecin et non le remplacer

Certains voient dans les applications médicales de l’IA la possibilité de remplacer le médecin surtout pour pallier les déserts médicaux ou bien pour filtrer les patients et les orienter. Il est certain que ce système réduit la relation au médecin à un acte technique et peut laisser le patient à ses interrogations et ses angoisses. L’IA peut servir à améliorer la rapidité et la précision du diagnostic et du dépistage des maladies, à faciliter les soins cliniques, et renforcer la recherche dans le domaine de la santé et la mise au point de médicaments.

En matière de santé publique, elle peut aider les interventions de santé publique, comme la surveillance des maladies, faire face aux épidémies, la gestion des systèmes de santé et faciliter l’accès aux services de santé dans le monde rural. Elle pourrait également permettre aux patients de mieux maîtriser les soins de santé et de mieux comprendre l’évolution de leurs besoins. Cependant, le risque de voir abdiquer le médecin devant la machine est réel. Le médecin risque d’être amené à endosser une décision, lui impose de toujours pouvoir garder son autonomie face à la machine et être en mesure de comprendre le pourquoi et le comment des décisions affichées, et de les contourner si besoin dans l’intérêt du patient. 

 

Des mesures de contrôle dans la pratique et l’utilisation de l’IA

La sécurité des personnes ainsi que l’intérêt public imposent de disposer de mesures de contrôle de la qualité dans la pratique et l’utilisation de l’IA. Il est nécessaire de garantir la transparence, avec des informations documentées avant la conception ou le déploiement d’une technologie d’IA. Il incombe aux parties prenantes de veiller à ce qu’elles soient utilisées dans des conditions appropriées et par des personnes dûment formées. L’IA appliquée à la santé doit être conçue de manière à encourager l’utilisation et l’accès équitables indépendamment de l’âge, du sexe, du genre, des revenus, de la race, de l’origine ethnique, ou toutes autres caractéristiques protégées par les codes relatifs aux droits humains. Les individus doivent rester maîtres des systèmes de soins de santé et des décisions médicales, la vie privée et la confidentialité doivent être protégées et les patients doivent donner un consentement éclairé valide au moyen de cadres juridiques appropriés en matière de protection des données.

Les systèmes d’IA doivent tenir compte de la diversité des contextes socioéconomiques et de soins de santé. Ils doivent s’accompagner d’une formation aux compétences numériques et d’une sensibilisation. La participation de la communauté est importante avec le besoin d’implication de millions d’agents de santé qui auront besoin d’acquérir ou de perfectionner des connaissances numériques pour faire face à l’automatisation des rôles et des fonctions. Ils devront composer avec des machines susceptibles de remettre en question la prise de décision et l’autonomie des prestataires et des patients. Les concepteurs, les développeurs et les utilisateurs devraient évaluer de manière continue et transparente les applications de l’IA en situation réelle afin de s’assurer que cette technologie réponde de manière adéquate et appropriée aux attentes et aux besoins et encourager la responsabilité et l’obligation de rendre des comptes.

 

 

Professeur Amal Bourquia, néphrologie, dialyse et transplantation, experte en éthique et communication médicales, Health consulting, écrivaine, conférencière, présidente de l'association REINS, associationreins@gmail.com, www.amalbourquia.com

 

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 05 Aout 2022

Loi-cadre sur le système national de santé: le MDDH évalue positivement le projet

Samedi 30 Juillet 2022

Protection sociale: «Notre pays pourra enfin avoir un système de santé solide et juste»

Lundi 25 Juillet 2022

Santé: une enveloppe budgétaire de 3 milliards de DH pour augmenter l’effectif du secteur

Dimanche 24 Juillet 2022

Variole du singe: l'OMS déclenche le niveau d’alerte maximal

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux