Culture & Société

Tous les articles

Exposition : «Fusion In/K Space», le solo-show de Zineb Mezzour

Exposition : «Fusion In/K Space», le solo-show de Zineb Mezzour

C’est à la nouvelle galerie d’art Myriem Himmich, à Casablanca, que l'artiste maroco-suisse Zineb Mezzour, lestée d’œuvres inédites, a choisi de s’amarrer pour sa première exposition individuelle, sobrement intitulée «Fusion In/K Space». Visite.

Par R. K. H.

 

Elle faisait du Data Scientist, jugé le «métier le plus sexy de l'année (en 2015 –ndlr)» par la Harvard Business Review, avant de bifurquer vers l’art. Elle y entra, au fait, comme on entre en religion : avec fougue et dévotion. 

Sa période inaugurale est marquée du sceau de l’austérité, qui se traduit dans son choix résolu du «marbling», une technique de peinture où l’on utilise l'eau et l'encre.  

Au début, elle réalisait de «très petits formats» et dessinait juste avec l’eau «par peur» et d’autant plus qu’elle ne s’assumait «pas en tant qu'artiste». Mais, sa peinture prit un tournant lorsqu’elle y mit de l’encre. «C'était une révélation !». Indubitablement, celle qui a bouleversé sa démarche.

Chemin faisant, elle s’évertue en céramique et réalise entretemps des vases d’où sourd la grâce. Ce changement de cap était le fruit d’une résidence artistique de trois mois au sanctuaire Slimane, à Marrakech. 

Zineb ancre, par ailleurs, son art dans la dramaturgie de l’eau; elle devait reconnaître dans cet élément naturel, un champ de référence la ramenant tout droit vers la matière picturale. 

Aussi, dans toutes ses œuvres, on trouve du bleu. Cette présence obsédante s’expliquerait par un besoin d'apaisement et de sérénité. 

Nous l’avions entendu dire à la presse : «Mon univers artistique est une ode au moment présent, au lâcher-prise et au vide (…) Le moment présent c’est lorsque les gouttes d’encre se diffusent dans l’eau, créant un spectacle assez méditatif (…) Concernant la notion du vide, j'essaie de la représenter avec mes vases en céramique. Sans ce vide, le vase perdrait toute son utilité. C'est un peu comme dans la vie de tous les jours, avec des moments pleins, des moments vides, et il faut accepter ce vide autant que ce plein». 

Jusqu’au 22 mars, elle sera l’invitée de la galerie d'art Myriem Himmich. Elle y offre à voir, à contempler et à scruter ses séduisantes céramiques et peintures. Allez-y, vous ne serez pas déçus !

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 02 Juillet 2024

Larache: environ 36 millions de DH pour la réhabilitation du Borj Saadyine

Lundi 24 Juin 2024

Précis d’ingratitude

Vendredi 14 Juin 2024

Festival Mawazine: culture, diplomatie, économie et impact social

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux