Culture & Société

Tous les articles

Examen des avocats : l’histoire d’une lutte sans fin

Examen des avocats : l’histoire d’une lutte sans fin

Le torchon continue de brûler entre le ministère de la Justice et les candidats recalés au concours d’accès au métier d’avocat.

Ces derniers dénoncent une «injustice» à leur égard et pointent du doigt un système qu’ils considèrent «corrompu» et «non équitable».

 

Par M. Boukhari

Pour faire entendre leurs voix, les candidats révoltés avaient mené des manifestations à travers tout le Royaume, appelant le département dirigé par Ouahbi à s’expliquer sur le flou qui entoure les résultats de l'examen du barreau, notamment des sessions de décembre 2022 et juillet 2023. Suite aux effets du séisme ayant frappé la région d’Al Haouz le 8 septembre 2023, le ministère de la Justice avait annoncé le report à une date ultérieure des épreuves orales de l’examen d’accès aux barreaux, initialement prévues du 12 au 17 septembre. S’en est suivi par la suite un communiqué officiel précisant que les dates desdites épreuves ont été fixées entre le 25 et le 27 septembre. Toutefois, les candidats recalés disent rejeter en bloc ces examens, étant donné que le ministère passe sous silence leurs revendications.

Rassemblés au sein d’un Comité national des victimes de l’examen du barreau au Maroc, ces candidats mènent depuis plusieurs jours maintenant une grève de la faim en signe de contestation contre «le mutisme» de la tutelle. «Nous avons entamé une grève de la faim depuis le dimanche 24 septembre 2023 en raison de l'injustice et de l'exclusion que nous avons subies lors de l'examen d'accès aux barreaux en 2022 et 2023. Le ministère a procédé à plusieurs violations graves qui portent atteinte au principe d'égalité et d'équité entre les candidats, ainsi qu'à la dissimulation des irrégularités commises par la commission chargée de l'examen, le refus de publier le modèle de correction de l'examen, et la violation des recommandations de l’institution du Médiateur du Royaume concernant l'intégrité et la transparence de la nouvelle session de l'examen du 9 juillet 2023», nous confie Yacine Zihrane, membre du Comité national des victimes de l’examen du barreau au Maroc.

«Une pression délibérée»

L’institution du Médiateur du Royaume avait soumis, en juin 2023, un «rapport spécial» au chef du gouvernement au sujet du débat suscité par l’examen des avocats. Ledit rapport comprend une série de propositions et recommandations. Elle avait proposé également que l’annonce des résultats et la remise des certificats d’aptitude aux candidats ayant réussi le nouvel examen soient faites début octobre prochain. Et ce, pour permettre à ceux qui le souhaitent de bénéficier avec leurs pairs des dispositions de l’article 11 de la loi régissant la profession d’avocat, en ce qui concerne l’introduction de la demande de candidature pour l’inscription sur la liste des avocats stagiaires. Aussi, l'institution avait recommandé au ministère de la Justice de réunir les conditions favorisant un service de proximité qui permet aux candidats ne pouvant pas procéder au dépôt physique de leurs dossiers de candidature de le faire via le mode de dépôt électronique. Parmi les recommandations de l’institution, figurait également la possibilité de garantir la consultation des feuilles d’examen à l’ensemble des candidats qui le demandent. «Toutes ces pratiques immorales de la part du ministère nous ont poussés, en tant que membres de la commission nationale des candidats recalés au concours des avocats, à entamer une grève de la faim, après avoir épuisé toutes les autres voies de protestation et avoir intenté une action en justice. De plus, l'état de santé des grévistes de la faim continue de se détériorer.

Deux d'entre eux, Saad Maroun et Amal Barkous, se trouvent dans un état critique à l'hôpital Moulay Youssef à Casablanca, et refusent de mettre fin à leur grève de la faim et d'accepter seulement les soins médicaux», martèle Yacine Zihrane. Et de poursuivre : «En raison de cette démarche de lutte, nous sommes confrontés à une pression délibérée de la part de parties inconnues visant à fermer les locaux des partis politiques et des associations, principaux lieux pour nos rassemblements et nos grèves de la faim. Le dernier local que nous occupions, était celui de la Confédération démocratique du travail (CDT) à Casablanca. Maintenant, nous sommes contraints de tenir nos manifestations dans la rue».

Indignation

Par ailleurs, les candidats recalés revendiquent l'ouverture d'une enquête impartiale sur les présumées «violations» qui ont entaché l'examen d'accès aux barreaux des sessions de décembre 2022 et juillet 2023, ainsi que la prise de mesures légales appropriées à cet égard. «Nous exigeons également que les personnes impliquées dans cette affaire soient tenues pour responsables afin d'éviter que de tels actes de corruption ne se reproduisent à l'avenir. De plus, nous demandons justice pour les candidats lésés lors de cet examen en leur offrant une solution juste et équitable. En ce qui concerne notre critique envers le ministère de la Justice en tant qu'organisme responsable de l'examen d’accès aux barreaux, certaines entités au sein de celui-ci sont responsables de cette corruption en raison des pouvoirs qu'elles détiennent. De plus, on ne comprend pas le refus du ministre d'ouvrir une enquête sur les irrégularités dudit examen…», explique Zihrane.

Ces candidats voient leur rêve d’enfiler la robe noire s’évaporer à mesure que le temps passe. Ils espèrent une solution dans les plus brefs délais. A l’heure où nous rédigions ces lignes, ces derniers étaient toujours dans l’attente d’une réaction de la part du ministère. «Le ministère n'a pas réagi à nos protestations en engageant un dialogue ou en répondant aux violations que nous avons signalées dans le nouvel examen des avocats. Il a plutôt adopté une stratégie de contournement pour clore ce dossier sans répondre à nos légitimes revendications. Toutes ses interventions précédentes visaient à dissimuler la corruption et à éviter d'ouvrir une enquête sur les irrégularités qui ont entaché ledit examen», conclut Yacine Zihrane. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 21 Juin 2024

Hajj 1445 : le ministère des Habous rassure sur la situation des pèlerins marocains

Vendredi 21 Juin 2024

Immobilier : un secteur en pleine phase de redynamisation

Vendredi 21 Juin 2024

Maroc. L'inflation à 0,4% en mai

Jeudi 20 Juin 2024

Aéroports du Maroc : plus de 12,3 millions de passagers à fin mai 2024

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux