Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Culture & Société

Enchères: une vente hommage à Melehi

Enchères: une vente hommage à Melehi
Samedi 26 Decembre 2020 - Par admin

La maison tangéroise de vente aux enchères de tableaux et objets d'art, Mazad & Art, vient de proposer pas moins de 148 œuvres, objets d’art et lots dont les prix de départ varient de 400 DH (pour un bracelet en argent) à 450.000 DH (pour une huile sur toile de Mohamed Chebaâ).

 

Par R. K. Houdaïfa

 

Parmi les lots mis en vente, on peut retrouver des broderies et tissages anciens ainsi que des lots de bijoux anciens du Maroc (fin 19ème et début 20ème siècle). Représentant une cinquantaine d’artistes, du Maroc et d’ailleurs, cette vaste vente, qui va de l’art traditionnel marocain jusqu’aux tableaux, proposera aux enchères une large palette des formes d’expression et mouvements artistiques du 19ème siècle à nos jours, de l’orientalisme à l’art moderne et contemporain, de la sculpture à la photographie, du street art aux toiles abstraites.

Tout est prétexte à l’encan. L’un des artistes phares de la vente est Mohamed Melehi, peintre qui a taillé des œuvres d’une belle eau (lire notre hommage sur fnh. ma). Selon Chokri Bentaout, fondateur de la maison Mazad & Art, ledit moment se veut «un hommage à Mohamed Melehi qui nous a récemment quittés et dont l’âme nous accompagnera toujours à travers un art spécifique qu’il a initié, forgé et obtenu avec la reconnaissance de ses pairs».

Ainsi, sa lithographie (4/70) est estimée entre 15.000 et 20.000 DH, tandis que sa toile «les aventures de Vénus» est estimée entre 180.000 et 200.000 DH. A ses côtés, seront aussi présents de nombreux peintres plasticiens qui devraient déchaîner les passions. Jilali Gharbaoui en est un bel exemple. Avec lui, c’est un autre univers qui s’ouvre, une peinture de rage. Les tableaux de l’un des leaders de l’abstraction au Maroc ne sont que très précieux et leur fragilité plus signifiante. Touche informelle et esthétique tranchantes.

Sa gouache sur carton, réalisée en 1971, est estimée à 270.000- 300.000 DH. Et rien ne dit qu’il ne sera pas aux premières loges ! Comme sa compatriote Chaïbia Tallal, dont «Islane» fait preuve d’un étonnant art «naïf». Son huile sur toile est proposée pour la bagatelle de 400.000 DH (estimation de départ). On retrouvera, entre autres, plusieurs œuvres de Saad Ben Cheffaj, une huile sur toile de Mohamed Fquih Regragui datant de 1965, une toile et une gouache sur papier d’un univers moins connu du grand public du regretté Hassan El Glaoui, une majestueuse huile sur toile de Mohamed Abouelouakar datant de 1946, une huile sur toile de Miloud Labied ainsi que des sculptures du Tétouanais Ahmed Benyessef.

D’autres œuvres d’artistes comme Mariano Bertuchi (Souk de Tétouan), Georges Washington, Louis John Endres, José Cruz Herrera ou Jean-Gaston Mantel viennent compléter cette vacation. Ne dérogeant point à ses habitudes caritatives et éducatives, la société Mazad & Art apporte son soutien cette fois-ci à l’association Al Karam, qui œuvre pour la protection de l’enfant en situation précaire.

De fait, quatre artistes marocains (Nabil Ayouch, Hassan Darsi, Mahi Binebine et Omar Bouragba) ont cédé gracieusement leurs œuvres pour ladite initiative. Or, rappelons que la mise à prix des tableaux en vente en faveur de l’association ne correspond pas à la cotation de ces artistes. Engageant et salutaire !

 

Melehi, vedette de la vente CMOOA
Un Chaïbia a été adjugé au prix de 705.000 DH lors d’une vente chez la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art (CMOOA) à Casablanca, ce mercredi 23 décembre. Ne pouvant pas recevoir un public important - mesures sanitaires obligent -, un grand nombre d’enchérisseurs n’a pu être accueilli. «La vente n’a pas connu de grand engouement, ni elle n’a été décevante. Dans l’ensemble, et vu les dernières annonces, nous étions plutôt heureux d’enregistrer de belles enchères pour Melehi, Chaibia, Belkahia, Gharbaoui, Hassan El Glaoui et Hussain Tallal. Nous étions en revanche moins heureux pour les artistes européens ou orientalistes qui n’ont pas rencontré leur public», avance Hicham Daoudi, fondateur et gérant de la CMOOA, soulignant que le record de la vente a été enregistré pour le Melehi de 1983, acheté à 930.000 DH.

 

 

Actualités Marocaines Actualité Culturelle Art & Culture

Partage RÉSEAUX SOCIAUX