Culture & Société

Tous les articles

Enchères : Grand succès pour la 5ème édition d'«Un Hiver Marocain» à La Mamounia

Enchères : Grand succès pour la 5ème édition d'«Un Hiver Marocain» à La Mamounia

Le 30 décembre, Artcurial Maroc organisait sa 5ème édition d’«Un Hiver Marocain», qui a totalisé près de 54 MDH dont 12 enchères millionnaires et 2 records du monde. 

Les trois chapitres, Majorelle et ses contemporains, Art Moderne et Contemporain, et Art Contemporain Africain ont rencontré un enthousiasme unanime pour l’ensemble des œuvres proposées.

 

Légende photo : Oeuvre d'Aboudia (Abdoulaye Diarrassouba dit).

 

Après quatre jours d’exposition à la Galerie Venise Cadre à Casablanca mi-décembre, suivis de quatre autres traditionnels à la Mamounia, partenaire fidèle d’Artcurial Maroc, les amateurs des quatre coins du monde ont répondu présent et ont manifesté un vif engouement.

«Le Maroc et Marrakech confortent leur place sur l’échiquier du marché de l’art international», souligne le directeur d’Artcurial Maroc, Olivier Berman.

Les enchères ont été prisées à la Mamounia ainsi qu’en duplex à Paris, soutenues par le live Bid sur le site d’Artcurial avec plus de 120 clients et 30 nationalités différentes inscrits et plus de 160 enchérisseurs téléphoniques, a précisé la maison de ventes aux enchères.

«Malgré un contexte difficile, les collectionneurs marocains et internationaux ont répondu présent, en salle, sur le live Bid du site Artcurial et au téléphone, provoquant de belles batailles d’enchères dans les différents chapitres de cette session», a-t-il déclaré, ajoutant que cette édition fut un succès et leur meilleure vacation depuis leur installation en 2019.

 

Adjudications 

Le chapitre «Majorelle & ses Contemporains» a enregistré deux records du monde : «Le souk au tapis à Marrakech» de Marcelle Ackein avec 2.080.000 MAD, et «La légende merveilleuse de la reine de Saba et du roi Salomon» de Georges Antoine Rochegrosse (2.015.000 MAD). D’autres belles adjudications marquent cette session, à l’exemple des œuvres d’Etienne Dinet «Fillettes dansant» : 3.571.000 MAD, «Le conscrit» : 2.331.000 MAD, ou encore celles de Jacques Majorelle avec «Ouarzazate» : 2.207.000 MAD, et les «Couvertures noires» : 1.430.000 MAD. «Rahmouna», huile sur toile d’Alexandre Roubtzoff a été adjugée à 858.000 MAD. Ce chapitre a enregistré 26 M MAD, tandis que celui de l’«Art Moderne & Contemporain» a enregistré 28 M MAD ! 

La sélection d’œuvres d’artistes qui ont marqué le XXème siècle au Maroc et dans le monde, a séduit les collectionneurs nationaux et internationaux. «La Mariée» de Chaïbia Talal a été adjugée à 728 000 MAD. «Chapeauté de Frais Rouge et Bleuet» de Robert Combas : 936.000 MAD. «Composition, 1970» de Mohamed Melehi s’est vendue à 1.300.000 MAD. «La passion» de Marc Chagall pour la couleur a été mise à l’honneur avec «Les amoureux au carré vert» adjugés à 14.979.000 MAD.

Lors de la vente, une sélection d’œuvres d’art modernes et contemporaines d’artistes africains et de la diaspora étaient proposées. On notera quelques beaux résultats notamment pour l’œuvre de Pili Pili, artiste emblématique de l’école du Hangar qui s’est développée dans les années 1940 par Pierre Romain Desfossés dans ce qui est aujourd’hui la République Démocratique du Congo s’est vendue à 182.000 MAD, le «Colonial Virus» de l’artiste kényan Joseph Bertiers a été adjugé à 325.000 MAD, la grande aquarelle intitulée «What’s your name» de Barthélémy Toguo cédée à 260.000 MAD et une belle technique mixte d’Aboudia monnayée à 1.300.000 MAD, qui dans un style «nouchi» ivoirien rend hommage aux enfants du monde entier.

Pour sa part, le directeur du département Art Contemporain Africain, Artcurial, Christophe Person, a affirmé que «pour cette vacation, la majorité des œuvres d’art contemporain africain ont trouvé preneur. Plusieurs pièces ont fait l’objet de batailles entre des enchérisseurs au téléphone, sur Internet et avec le public des collectionneurs dans la salle à la Mamounia», se réjouissant de la consolidation du marché de l’art contemporain africain avec des adeptes tant en Afrique qu’en Occident.

 

Action sociale 

Par ailleurs, une douzaine d'œuvres d’artistes marocains à l‘instar de Bellamine, El Baz, Yamou, Binebine, Hajjaj, Zemmouri, Boujemaoui, Mourabiti, Cherkaoui, Belbzioui, Bouhchichi et Erruas, ont été vendues et dont la totalité de l’adjudication a été versée à l’association Chourouk, pour la construction d’une école maternelle à Tahanaout, aux environs de Marrakech.

«Cette vente est importante pour l’association Chourouk. Si la solidarité des artistes a déjà fait ses preuves en permettant l’acquisition du terrain où sera construit l’école maternelle, elle se réitère aujourd’hui avec l’aide d’Artcurial Maroc, qui nous a permis de récolter des fonds afin d’avancer sur le projet. Nous remercions ainsi la maison de vente aux enchères avec qui nous entamons d’ores et déjà une collaboration pérenne» a affirmé, non sans fierté, Mohamed El Baz, artiste et co-fondateur de l’association Chourouk.
 

*La prochaine édition se tiendra en mai 2022.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 21 Janvier 2022

Art : Nature pas morte

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux