Culture & Société

Tous les articles

Crise sanitaire et santé mentale : pour une meilleure réduction des risques

Crise sanitaire et santé mentale : pour une meilleure réduction des risques

MAPA (Association de médecine addictive et pathologies associées), Orion Médias et Aphorisme ont organisé, en partenariat avec la plus grande association de médecins généralistes en Afrique (AMECHO), la Moroccan Endo-urology Association, la FMMSV, le centre universitaire LINKS et l’Université Mohammed VI Polytechnique, le samedi 27 novembre 2021, une journée internationale de débats et de conférences sous la thématique très actuelle de la santé mentale et de la Covid-19.
 

 
L’impératif est très actuel et s’inscrit dans l’urgence. L’organisation de cette journée d’étude et de débat sur la crise sanitaire liée au coronavirus et ses impacts sur la santé mentale est une occasion de jeter toute la lumière sur la gestion des risques médico-psycho-sociaux par temps de grave crise sanitaire, telle que la pandémie de la Covid-19 qui frappe le monde depuis mars 2020, faisant plus de 5 millions de morts avec pas moins de 300 millions de cas aux quatre coins de la planète. Une pandémie qui a eu des impacts considérables sur les plans social, économique et humain, avec de graves et profondes répercussions sur la santé mentale de plusieurs millions de personnes dans le monde. Mais pas seulement, puisque cette rencontre-débat a également abordé le concept de réduction des risques en santé au sens large, avec des intervenants divers et dans des domaines de santé appréhendant le social, le culturel, l’humain, le politique et l’économique.  

En effet, la crise du coronavirus a généré un climat profondément anxiogène qui a été le déclencheur de nombreux troubles psychiatriques, de multiples troubles du comportement provoquant de graves dépressions et plongeant des millions de personnes dans une grave précarité mentale et affective, renforcée par la peur et les menaces liées aux dangers de la Covid-19, et ce à tous les niveaux de la vie humaine. 

«C’est partant de ce constat planétaire que nous avons décidé de dédier une journée d’étude et de débats pour jeter toute la lumière sur les implications de la santé par temps de grave crise sanitaire, dans un climat social de plus en plus précaire et vulnérable, avec la succession des variants du virus qui s’installe dans la durée, générant des traumatismes de grande ampleur qui nécessitent un travail de fond pour faire face aux conséquences sanitaires qui en découlent», a précisé docteur Imane Kendili, psychiatre et addictologue, organisatrice de l’événement.

La protection sociale, dans ses dimensions sanitaires, a également été abordée avec les paramètres socio-économiques et conceptuels de gestion des risques en santé.
«Pour faire le tour de la question, nous avons fait appel à des valeurs sûres dans le domaine de la santé publique pour rendre compte de la situation actuelle et pour apporter leurs éclairages et leurs visions. Autour de noms très connus tels que Pr Gabriel Malka, Pr Mohammed Berrada,  Pr Anas Doukkali, Pr Raja Aghzadi, Dr Imane Kendili, Dr Amine Ben Jelloun, Pr Majida Zahraoui, Dr Abdellatif Achibet, Pr Mohammed Ibrahimi, Pr Wiam Khattabi, Pr Saâd Taoujni et d’autres figures de la santé dans toutes ses dimensions», a souligné professeur Rabii Redouane, co-organisateur de cette conférence internationale, qui a été émaillée par l’intervention d’une dizaine de spécialistes qui ont mis le doigt sur les urgences en termes de santé aujourd’hui, dans leurs relations avec un concept rationnel et fiable de gestion des risques qui englobe tous les aspects de la vie en société aujourd’hui.   

En effet, ce colloque international s’est clôturé avec des recommandations importantes, et surtout avec la mise sur pied d’une batterie de mesures pour établir une feuille de route dans la gestion de cette grave crise sanitaire, en lançant un Observatoire de la santé psycho-sociale et de la réduction des risques en Afrique. Observatoire initié par le Maroc pour englober plusieurs pays africains, dont l’objectif est de travailler sur les ramifications de la crise sanitaire et de la santé mentale des citoyens. Sans oublier la mise en place d’un comité de rédaction pour publier une série de guides de santé traitant de graves problématiques de santé publique, tels que les ravages de la consommation du sucre ou encore les dangers liés au tabac.

Cette journée a également été l’occasion de rendre un vibrant hommage à Si Mohammed Berrada, ancien ministre et figure très active dans le domaine de la santé, à qui l’on doit plusieurs unités de soins qui travaillent d’arrache-pied pour garantir des soins dignes de ce nom aux Marocains. Des actions concrètes saluées par l’ensemble du corps médical présent pour ce grand événement international.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 21 Janvier 2022

Finances publiques : 2022 démarre avec des doutes

Vendredi 21 Janvier 2022

Maroc. L'indice des prix à la consommation en hausse de 1,4% en 2021

Jeudi 20 Janvier 2022

Affaire de cryptomonnaie: la police met la main sur plus de 10 millions DH supplémentaires

Jeudi 20 Janvier 2022

Ecoles : catastrophe générationnelle

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux