Culture & Société

Tous les articles

L’artiste plasticienne Rim Laabi s’installe au Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden

L’artiste plasticienne Rim Laabi s’installe au Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden

Un événement organisé le 16 décembre au Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden, avec l’installation au cœur de l’établissement d’une œuvre magistrale et monumentale : « Récits au bord de l’eau : souvenirs humides »

 

Une première pour cette artiste qui, avec l’art pour medium, a accepté d’accompagner Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden à la recherche de nouvelles émotions tant pour ses clients que pour ses équipes, dans le cadre du développement d’un nouveau savoir-être professionnel.

 

 

Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden a convié l’artiste plasticienne, commissaire d’exposition, professeure en histoire des arts et des idées à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Mohammed V de Rabat et conceptrice ainsi qu’animatrice de l’atelier arts plastiques et sciences de l’art de cette même université, Rim Laâbi à s’installer au cœur de son établissement hôtelier.

 

Carte blanche donc à cette ancienne pensionnaire de la cité des arts de Paris, également l’une des premières femmes marocaines diplômée en arts et sciences de l’art (Paris 1-La Sorbonne) qui a choisi, ici, d’investir le lobby avec l’une de ses œuvres majeures et monumentales «Récits des bords de l’eau, question de frontières : souvenirs humides».

 

Plus qu’une exposition, une évidence pour ces deux univers qui ont fait le choix, avec l’art pour médium, de transmettre en stimulant la curiosité, l’imagination, l’évasion. Une rencontre symbolique : en R, l’initiale du prénom de l’artiste, Rim et de Radisson. Puis, en bleu, couleur de l’œuvre aujourd’hui choisie à l’exposition et du logo du groupe hôtelier.

 

Radisson Blu confirme, ainsi, son orientation artistique. Avec, tout d’abord, sa galerie Lil’art où expose, actuellement, l’artiste figurative libanaise Mona Farah. Egalement, l’intégration de la culture dans ses actions «Responsible Business» notamment en partenariat avec le tissu associatif local : durant la covid, par exemple, e transfert de l’exposition de femmes photographes du Musée de la Femme de Marrakech. Depuis, deux expositions de femmes patientes membres de l’association Chams Tensift pour la santé mentale. Aujourd’hui, Rim Laâbi au Radisson Blu Marrakech Hotel Carré Eden, sur une idée originale de Kech Oukhty Hub Maroc.

 

Pour Rim Laâbi, plus habituée aux galeries, fondations, musées et notamment, l’Institut du Monde Arabe (IMA), c’est une grande première que d’exposer dans un établissement hôtelier. Presque une aventure pour cette artiste qui s’est laissée, finalement, convaincre par la dimension sociale et solidaire du projet. Certes, il est bien question d’une expérience pour les clients avec la proposition d’un autre regard. Cependant, Rim Laâbi a à cœur de transmettre et de partager, c’est une seconde nature chez elle. Et de manière scientifique. Dans cet esprit, l’artiste va donc également accompagner Radisson Blu Hotel, Marrakech Carré Eden dans le développement de son nouveau savoir-être professionnel (un axe consacré le mois dernier par le prix de l’innovation sociale Best Responsible Action Award, lors de la cérémonie parisienne des Hospitality Awards). En effet, dans le prolongement de l’installation de cette œuvre, la mise en place de programmes culturels éducatifs dédiée aux équipes de l’établissement hôtelier.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 25 Fevrier 2024

Fathiya Tahiri : le songe d’une nuit d’hiver

Dimanche 18 Fevrier 2024

Parution : «Choses vues derrière un écran de fumée»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux