Sièges éjectables

Sièges éjectables

Par David William, Directeur des rédactions


 
Bien malin celui qui saura dire la prochaine configuration du gouvernement ? Quel parti va se renforcer au sein de la majorité ? Quel parti va, au contraire, voir son rayon d’action diminuer et perdre de l’influence ? Quels ministres vont sauter ?

Si, auparavant, la composition de l’équipe gouvernementale obéissait quasi exclusivement à l’arithmétique politicienne, pour le remaniement ministériel qui va s’opérer, la donne a profondément changé. Car, cette fois-ci, il va forcément s’inscrire dans le cadre de la volonté royale. Dans son discours à la Nation, le 29 juillet dernier, à l’occasion de la fête du Trône, le Souverain aura été, en effet, pour le moins clair. «(…) A l’horizon de la rentrée prochaine, nous chargeons le chef du gouvernement de soumettre à notre Appréciation, des propositions visant à renouveler et enrichir les postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que dans l’Administration, en les pourvoyant de profils de haut niveau, choisis selon les critères de compétence et de mérite», avait-il notamment affirmé.

Bien évidemment, les calculs politiques auront toujours leur place dans l’architecture du prochain gouvernement, ce qui explique certainement que ce remaniement n’ait pas encore eu lieu. Pour autant, les critères de «compétence et de mérite» devraient être prédominants. La majorité qui va se dégager sera-t-elle alors le reflet des urnes ? Remettra-t-elle en cause le sens du vote ?

Difficile pour l’heure de se prononcer. Et toute tentative dans ce sens ne serait que pure spéculation. Dans pareille configuration, l’on s’en doute, nos ministres sont tous sur des sièges éjectables. Car, outre d’éventuels nouveaux entrants et ceux qui vont changer de portefeuille, d’autres vont être laissés sur le bord de la route. Et, si l’on se fie exclusivement aux exigences du Roi, ce sera clairement synonyme d’échec dans la gestion de leur département ministériel pour tous ceux qui seront éjectés du gouvernement. Voire la fermeture définitive de tout accès à un poste ministériel à l’avenir.

Dire alors que le chef de gouvernement, Saad Eddine El Otmani, est confronté actuellement à un véritable casse-tête est une lapalissade. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 27 Juillet 2022

Banques: le PNB à 52,7 MMDH en 2021

Lundi 25 Juillet 2022

Alerte météo: vague de chaleur lundi et mardi dans plusieurs provinces du Maroc

Lundi 13 Juin 2022

Le Groupe ISCAE organise la première édition de l’Année Maroc - Espagne

Lundi 16 Mai 2022

Urgences Économiques. Quel rôle pour les MRE dans le développement économique du Maroc ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux