Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

Les deux faces de Janus

Les deux faces de Janus - Éditos Financiers
Jeudi 19 Decembre 2019 - Par Finances News

Par Fatima Ouriaghli, Directrice de la publication


 

Que retenir de l’exercice 2019 ? Beaucoup de choses, mais nous n’en citerons que deux choses. La première est relative à la situation économique globale. Et on peut la résumer en deux mots : pas fameuse. La croissance pour cette année serait cantonnée à 2,6%, selon les dernières prévisions de Bank Al-Maghrib. Elle reste encore relativement faible pour répondre valablement aux besoins réels de l’économie nationale, notamment en termes d’emploi. Et il en a été toujours ainsi, d’autant que la principale locomotive de la croissance reste l’agriculture, laquelle dépend de la pluviométrie. D’ailleurs, la Banque centrale table sur un recul de la valeur ajoutée agricole de 4% en 2019.

D’où la nécessité de mettre en place un nouveau modèle de développement. Ce chantier est d’ores et déjà lancé, le Roi ayant nommé le président et les différents membres de la Commission, qui se sont déjà mis au travail. Objectif : construire un nouveau modèle de développement susceptible de conduire le Maroc vers la modernité à travers la réduction des inégalités sociales et spatiales, une meilleure redistribution des richesses et l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

La seconde chose, et non des moindres, a trait à la vie politique. Nos politiques, encore une fois, ont occupé la scène médiatique, non pas grâce aux actes qu’ils posaient pour la collectivité, mais plutôt à cause du triste spectacle qu’ils ont offert tout au long de cette année. Entre les guéguerres partisanes et les clashs incessants, les acteurs politiques ont tout simplement travesti le sens du vote. Et c’est d’autant plus grave que ce sont les partis qui constituent la majorité qui se déchirent, au lieu de travailler main dans la main.

Ce gouvernement ressemble étrangement à Janus avec ses deux faces. Et quand des opposants sont au pouvoir, forcément tout… les oppose et gouverner ensemble est autrement plus difficile.

Le Maroc actuel, avec ses ambitions de développement et d’émergence, a besoin d’unité au sommet. Car c’est quand tout le monde regarde dans la même direction que l’on pourra bâtir des ambitions communes, faire prospérer le Royaume et répondre aux aspirations et besoins des fils de ce pays.

 

Actualités Marocaines

Partage RÉSEAUX SOCIAUX