Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

En solo

Maroc: Quels sont les résultats des réformes ? - Éditos Financiers
Vendredi 22 Fevrier 2019 - Par seo

Par Fatima Ouriaghli, Directrice de publication de Finances News Hebdo


 

On ne peut douter de la volonté du Maroc d’initier des réformes structurantes. Sous l’impulsion du Souverain notamment, plusieurs chantiers d’envergure ont été lancés ces dernières années.

Cette métamorphose progressive de l’économie nationale est ainsi un signal fort donné aux investisseurs étrangers, lesquels considèrent de plus en plus le Royaume comme hub incontournable pour se développer dans le reste de l’Afrique. Elle permet, tout autant, d’occuper une place importante dans les petits papiers des bailleurs de fonds internationaux, à l’instar du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

Cela légitime d’ailleurs l’approbation, le 19 février courant, du nouveau cadre de partenariat liant le Maroc à la Banque mondiale pour la période 2019-2024, avec à la clé une enveloppe de 700 millions de dollars destinée à soutenir les investissements dans le capital humain et la transformation numérique du Royaume.

Pour autant, malgré toutes les réformes initiées ou en cours, les résultats enregistrés restent souvent en deçà des attentes. L’ambition de développement affichée par le Maroc butant parfois sur le déficit de gouvernance, l’incohérence des politiques publiques, le manque de coordination dans les stratégies sectorielles ou encore des réformes mal négociées comme celui du secteur des hydrocarbures. C’est pourquoi d’ailleurs plusieurs programmes lancés, soit accusent du retard dans leur mise en œuvre, soit, au final, ne répondent pas aux attentes de la population.

Le dernier exemple en date nous a été donné le mardi dernier par la Cour des comptes (CC). Dans sa revue de l’état de préparation du Maroc au déploiement des ODD (2015-2030), la CC reconnaît certes l’engagement du Maroc en la matière, mais déplore, entre autres, les initiatives séparées et le défaut de coordination et de concertation entre les parties prenantes.

Plus clairement, chaque intervenant dans la chaîne se la joue solo, en dehors de toute démarche de co-construction.

En réalité, la façon dont s’exécutent les projets au Maroc ressemble fort à l’unité de façade de la coalition gouvernementale : chacun n’en fait qu’à sa tête.

Mais heureusement que le Roi est là pour rappeler tout le monde à l’ordre. 

 

Partage RÉSEAUX SOCIAUX