Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

CES «AMIS» DU MAROC

CES «AMIS» DU MAROC
Vendredi 30 Avril 2021 - Par admin

Par: Fatima Zahra Ouriaghli, Directeur de Publication

 

Décidément, en termes d’amitié, le Royaume est fichtrement bien servi cette année ! Il en a même la coupe pleine. Le gouvernement espagnol vient en effet de lui donner une belle preuve d’amitié : il pactise avec l’ennemi du Maroc, complote sur le dos du Royaume, lui ment par omission pour accueillir sur son territoire Brahim Ghali, le «chef» du polisario poursuivi en Espagne pour crimes contre l’humanité.

Il ne s’agit pas juste d’une flétrissure qui vient pâlir cette amitié si singulière entre ces deux pays, mais d’un véritable scandale d’Etat. Car le déroulement de cette affaire a tout d’une de ces intrigues, qui tapissent les fameux films de James Bond. Mais renseigne surtout sur les coulisses parfois tortueuses de la politique, où l’on piétine la morale, les codes d’honneur, ses idéaux… au nom de l’arithmétique politicienne.

Cette forfaiture qui entoure l’affaire Brahim Ghali montre tout autant la face sombre du gouvernement espagnol qui, d’un côté, tapote le Maroc et, de l’autre, courtise l’Algérie, quitte à mettre sur la balance, avec une désinvolture coupable et un certain cynisme politique une problématique fondamentale pour le Royaume et son peuple : la pleine et entière souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud. C’est le fond de cette affaire en réalité.

Car, que représente Ghali ? Rien, sinon une marionnette aux bottes de l’Algérie, utilisée pour déstabiliser le Royaume et enliser davantage le conflit artificiel autour du Sahara marocain. Et visiblement, le gouvernement espagnol n’a pas encore pris la mesure de ce que l’on peut qualifier de belle trahison !

C’est le deuxième coup bas assené au Royaume par ses «amis». Rappelons-nous, en effet, qu’il y a à peine deux mois, le Maroc avait pris la décision de suspendre tout contact avec l'Ambassade d’Allemagne dans le Royaume, suite aux «malentendus profonds» avec ce pays «au sujet des questions fondamentales du Royaume du Maroc».

Au centre de cette brouille diplomatique, l’on s’en doute : le dossier du Sahara et la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud. Un sujet sur lequel le Maroc ne transige pas et ne tolère aucun compromis. Ce que, vraisemblablement, ces «amis» n’ont toujours pas compris. 

 

 

 

 

Politique Actualité Politique Actualité Maroc Maroc-Algérie

Partage RÉSEAUX SOCIAUX