VACCIN: GOULOTS D’ÉTRANGLEMENT

VACCIN: GOULOTS D’ÉTRANGLEMENT

Par: Fatima Zahra Ouriaghli, Directeur de Publication

 

La crise sanitaire liée à la Covid-19 met à rude épreuve les chaines de production mondiales. Les constructeurs automobiles, qui font face à une pénurie mondiale de puces électroniques, se voient contraints de réduire la voilure en limitant leur production.

C’est pourquoi le Groupe Renault, avait annoncé, début février dernier, l’ajustement de sa production industrielle sur le mois de février dans plusieurs usines, dont celle de Tanger, en raison de la pénurie de composants électroniques chez certains de ses fournisseurs.

Hormis la filière automobile, les chaînes logistiques de l’industrie pharmaceutique sont également sous haute tension. Aujourd’hui, l’on ne s’inquiète plus seulement de la disponibilité des doses de vaccin, mais aussi de celle de tous les composants qui entrent dans la production des vaccins contre le coronavirus. L’industrie pharmaceutique doit produire 10 milliards de doses de vaccins anti-Covid-19 pour cette année, c’est-à-dire le double de la capacité de fabrication de 2019, tous vaccins confondus.

Verre, plastique, bouchons…, la rareté de certaines matières premières nécessaires à la production de vaccins commence de plus en plus à se faire sentir. Cette pénurie sur les chaînes d’approvisionnement inquiète à tel point qu’elle a fait l’objet d’une rencontre récente entre différents acteurs, dont les partenaires du système Covax, notamment l’Organisation mondiale de la santé, la GAVI (Alliance pour les vaccins), sa branche recherche (CEPI) et la Fédération internationale de l’industrie pharmaceutique.

Rencontre durant laquelle les participants ont dénoncé les «contrôles sur les exportations (…) comme l’ont fait les États-Unis avec le Defense Production Act». C’est dire que la tension déjà existante sur le marché des vaccins est davantage exacerbée, avec comme conséquence le risque de voir compromis les calendriers de vaccination.

Le Maroc, dont le stock de doses reste fortement entamé, va certainement devoir recadrer sa campagne, car il semble improbable de la boucler, comme prévu, «dans les 3 à 5 prochains mois» en vaccinant environ 30 millions de citoyens marocains, soit 80% de la population.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 29 Mai 2024

Marrakech : ouverture du GITEX AFRICA 2024

Mardi 28 Mai 2024

MGE 2024 : immersion dans le premier salon de gaming au Maroc

Mardi 28 Mai 2024

Benali détaille l'avancement du projet de gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi 28 Mai 2024

Enseignement supérieur: la BAD approuve un financement de 120 millions d'euros au Maroc

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux