Reprise économique: ET PATATRAS !

Reprise économique: ET PATATRAS !

L’économie marocaine présente un bon profil malgré le contexte pandémique. Du moins, la reprise s’amorce petit à petit, sur fond de levée progressive des mesures restrictives en interne, comme le démontre la note de conjoncture de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

 

Par Fatima Zahra Ouriaghli, Directeur de Publication

 

Certaines activités sont ainsi dans une bonne dynamique. Outre la performance positive des exportations agricoles, il y a une reprise soutenue au niveau du secteur secondaire avec, entre autres, les ventes de ciment en hausse de 16% à fin octobre, témoignant du bon comportement du BTP.

De même, les indicateurs du secteur touristique et du transport se redressent progressivement, au moment où l’investissement et la consommation des ménages se raffermissent. Cette dernière est soutenue notamment par la bonne campagne agricole, l’orientation favorable des transferts MRE (+42,5% à fin septembre), les créations d’emplois (+572.000 emplois rémunérés au T3-2021) et l’accroissement des crédits à la consommation (+1,2% à fin septembre), parallèlement à une évolution modérée de l’inflation (+1,1% à fin octobre).

Parallèlement, les exportations ont augmenté de 22,1% à fin septembre contre une hausse de 23,4% des importations, entraînant un creusement du déficit commercial de 25,5% et un léger recul du taux de couverture de 0,6 point.

Les avoirs officiels de réserves permettent ainsi de couvrir 7 mois et un jour d’importations de biens et services, tandis qu’il y a une quasi-stagnation du déficit budgétaire. Bref, la dynamique de reprise est bien là. Mais patatras !

La reprise épidémique dans certains pays, particulièrement en Europe, principal partenaire du Maroc, est en train de tout compromettre. Entre la suspension des vols directs à destination du Maroc et l’apparition du variant «Omicron» jugé «préoccupant» par l’Organisation mondiale de la santé, l’on semble reparti pour un nouveau cycle de baisse d’activité dans certains secteurs.

Et pour couronner le tout, un retour à des mesures restrictives au niveau national n’est pas à exclure, d’autant que les professionnels de santé tablent sur une nouvelle vague épidémique dans le Royaume vers fin décembre. L’imprévisibilité de ce virus prend encore en otage les économies du monde entier. 


 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 21 Janvier 2022

Finances publiques : 2022 démarre avec des doutes

Vendredi 21 Janvier 2022

Maroc. L'indice des prix à la consommation en hausse de 1,4% en 2021

Jeudi 20 Janvier 2022

Affaire de cryptomonnaie: la police met la main sur plus de 10 millions DH supplémentaires

Jeudi 20 Janvier 2022

Ecoles : catastrophe générationnelle

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux