A CŒUR VAILLANT…

A CŒUR VAILLANT…

Voilà. Une nouvelle année s’achève. Une année très particulière, qui a vu la Covid-19… perdre de sa superbe et n’occuper qu’une place accessoire dans le traitement de l’information. Horreur et tristesse, incertitudes et inquiétudes, bonheur et émotions intenses… : nous sommes passés par tous les états en 2022.

Le monde a ainsi découvert la face macabre de la guerre, lorsque, le 24 février, la Russie de Poutine décida d’attaquer l’Ukraine. Ce qui devait être une «opération militaire» éclair s’est transformé en un véritable bourbier pour l’armée russe, qui a vu se dresser devant elle un peuple valeureux, soutenu par la communauté internationale, et décidé à défendre son intégrité territoriale et sa souveraineté… jusqu’à la mort. Des morts, il y en a eu. Des deux côtés. On ne saura certainement jamais les pertes humaines exactes, mais les chiffres publiés par les Américains mi-novembre dernier font état d’environ 250.000 morts  : plus de 100.000 soldats russes, autant du côté ukrainien et plus de 40.000 civils ukrainiens.

Pour nombre d’observateurs, il s’agit de la plus grande menace pour la paix en Europe depuis la seconde guerre mondiale. Ce conflit a plongé l’économie mondiale dans la pénombre, accentuant les conséquences de la reprise post-pandémique : déséquilibres entre l’offre et la demande à cause des goulots d’étranglement dans les chaines de production, hausse vertigineuse des coûts des transports et du fret, augmentation des prix de l’énergie, perturbations du trafic aéroportuaire, pénuries de certains produits comme les semi-conducteurs et forte hausse des produits alimentaires.

L’inflation est ainsi devenue mondiale, obligeant les Banques centrales à procéder à un resserrement de leur politique monétaire pour tenter de juguler la flambée des prix. Et Même si Bank Al-Maghrib est entrée dans le moule en augmentant par deux fois son taux directeur, il n’empêche que les prix restent à des niveaux élevés, rognant le pouvoir d’achat des ménages marocains. Des ménages qui ont pu oublier momentanément cette conjoncture délicate et glauque grâce à la magie du foot. Ou précisément grâce aux Lions de l’Atlas qui ont réalisé un brillant parcours lors du Mondial 2022 qui s’est joué au Qatar. Le Maroc a vibré. L’Afrique s’est enthousiasmée.

Le monde s’est réjoui de cette épopée formidable du Onze national, qui a terminé 4ème de ce tournoi. Un Onze national qui a surtout permis de terminer l’année sur une note positive et d’aborder 2023 avec plein d’optimisme. Comme dirait l’autre, à cœur vaillant rien d’impossible. C’est dire que le comportement de ces lions doit servir d’exemple pour relever les nombreux défis socioéconomiques auxquels le Maroc fait face. Bonne année 2023 ! 

 

Par F.Z Ouriaghli

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 31 Janvier 2023

EDITO. L’eau ne coule plus de source

Mardi 31 Janvier 2023

Signature d’un accord de coopération administrative entre la CNSS et son homologue Togolaise

Mardi 31 Janvier 2023

Loi de Finances 2023: les nouvelles dispositions fiscales débattues par le secteur de la distribution

Mardi 31 Janvier 2023

Ressources hydriques: Ça craint !

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux