Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Actualités Économiques - Produits bio : La demande dépasse l'offre

Actualités Économiques - Produits bio : La demande dépasse l'offre
Jeudi 27 Juin 2019 - Par seo

Bouchra Boukili, présidente de l’Association «Agissons vert»


 

Du 21 au 23 juin, Casablanca a abrité le premier Salon bio au Maroc sous le thème «Le bio, un secteur national à fort potentiel».

Tendance chez certains, style de vie chez d’autres, le bio au Maroc a encore du chemin à faire.

 

Propos recueillis par L. Habboul

 

Finances News Hebdo : Quel est l’objectif de cette 1ère édition et quelles sont vos aspirations à travers l’organisation de ce salon ?

Bouchra Boukili : 1ère édition du salon oui, mais 3ème réalisation parce que nous avons depuis 2009 organiser des congrès internationaux durant lesquels ont participé plusieurs nationalités étrangères qui étaient axées sur le développement durable.

Lors du 1er congrès, nous avions traité le sujet de la femme chef d’entreprise dans un concept de crise, et le 2ème congrès était axé sur le green business. L’idée est de voir un peu autour de nous, car le développement durable touche en fait tous les secteurs confondus. Nous avons été confrontés à un constat de maladies chroniques qui se développent, donc nous avons essayé de creuser un peu nos recherches et des résultats scientifiques ont prouvé que justement toutes ces maladies sont dues à notre alimentation. Cela rejoint notre réflexion qui est de pousser, de sensibiliser, et d’informer les gens sur leurs rôles de consom’acteur. C’est-à-dire qu’il faut consommer, mais il faut être acteur de sa consommation et donc responsable d’une consommation qui respecte l’environnement et notre santé.

Nous avons fait un sondage, et il s’est avéré que le citoyen pense qu’au Maroc, tous les produits sont bio parce que nous avons, je dirais, une idée des produits du terroir, des produits «beldis», alors que le produit «beldi» n’est pas totalement bio. Nous avons aussi trouvé une sensibilisation au niveau des mamans, car une grande majorité de bébés nait avec des problèmes de diabète. Donc, l’idée est partie de là : est-ce qu’au Maroc nous pouvons trouver des produits bio ou bien sommes-nous obligés d'en importer ? Quand nous avons fait nos recherches, nous nous sommes rendu compte, qu’effectivement, il y a des agriculteurs qui ont pris leur courage à deux mains et qui se sont donné comme mission de faire une agriculture bio. Nous avons voulu, par l’organisation de conférences de sensibilisation, rassembler tout ce monde, mais en même temps offrir un salon en proposant de mettre le vendeur et l’agriculteur face au public, et que les Marocains puissent découvrir tous les produits bio certifiés qui existent et donc enlever cette idée réductrice. Je recommande aux gens d’avoir une approche écoresponsable.

 

F.N.H. : Comment se porte le marché bio au Maroc et comment est-il perçu par les Marocains ?

B. B. : Les gens disent justement qu’il n’y en a pas assez pour tout le monde. Les produits se vendent très rapidement, la demande est plus forte que l'offre.

Aujourd’hui, nous avons des partenaires financiers qui sont prêts à mettre en place des formules pour aider l’agriculteur. Ce n’est pas un manque de volonté de l’agriculteur de se convertir au bio, mais plutôt un manque de moyens.

Aujourd’hui, des banques comme la Banque Populaire et le Crédit Agricole sont prêtes. Elles étudient, ensemble, une formule qui puisse faciliter cette démarche de financement, de passer outre cette contrainte financière, ces coûts, pour que l’agriculteur ne perde pas en change.

Pour l’agriculteur, attendre que la terre devienne saine pour pouvoir produire bio cela prend du temps. Les certificateurs sont prêts à revoir leurs stratégies, car c’est un travail collectif et une dynamique citoyenne. ◆

 

 

Agriculture

Partage RÉSEAUX SOCIAUX