Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Importations céréalières : un besoin de près de 10 Mds de DH

Importations céréalières : un besoin de près de 10 Mds de DH
Lundi 02 Septembre 2019 - Par Finances News

 

Campagne céréalière médiocre oblige, le Maroc devrait importer 80 à 90 millions de quintaux de blé.

Point positif : l’offre du marché mondial étant excédentaire, les cours du blé seront négociés à des conditions favorables.

 

Par C. Jaidani

 

La saison 2018/2019 s’est soldée pour le Maroc par une récolte de blé en deçà de la moyenne. Les chiffres définitifs publiés par le ministère de l’Agriculture font état d’une campagne de 52 millions de quintaux, soit une baisse de 49% comparativement à la saison précédente et de 30% par rapport à une année normale (75 millions de quintaux). Il ressort de ce constat que le Maroc devrait recourir à des importations massives de l’étranger.

En dépit d’une bonne saison agricole en 2018, le Royaume a importé 64,2 millions de quintaux et 75,6 millions en 2017. Pour la saison 2019/2020, une source du département de tutelle a indiqué que «les prévisions tablent sur des importations se situant entre 80 à 90 millions de quintaux. Elles ont été revues à la hausse comparativement aux estimations formulées il y a quelques mois. En valeur, ces importations sont évaluées entre 8 à 10 milliards de DH».

Les pays exportateurs vers le Maroc sont ceux avec lesquels le Royaume est lié par des accords de libre-échange, notamment la France ou les Etats-Unis, ainsi que d’autres grands producteurs mondiaux de blé comme la Russie, le Canada, l’Argentine ou l’Australie.

Selon un appel d’offres de l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL), le Maroc devrait importer près de 10 millions de quintaux des Etats-Unis répartis entre 5,76 millions de quintaux de blé tendre et 3,46 millions de quintaux de blé dur. La France pour sa part devrait participer à hauteur de 30 millions de quintaux et la Russie 25 millions.

Les importateurs devraient bénéficier de conditions favorables sur le marché mondial. «Une importante offre à l’exportation et le maintien de perspectives de production mondiale record cette année ont pesé sur les prix internationaux en les tirant vers le bas», explique l’Organisation mondiale de l’agriculture (FAO) dans son dernier bulletin d’information.

En effet, les prévisions de récoltes mondiales sont en hausse de 5,6% par rapport à celles de l’année dernière. Ces réalisations sont susceptibles de provoquer une détente des cours mondiaux de blé. Le prix du blé coté à Chicago a chuté à son plus bas niveau depuis près de 4 mois à la clôture de la dernière séance d'août rapporte ainsi l’AFP. De quoi réduire la facture et limiter les dégâts sur la balance commerciale du pays.◆

 


Encadré : 200 kg de blé par personne et par an

Le Maroc figure dans le top-ten des grands importateurs de blé dans le monde. Il est dépassé par des pays comme l’Indonésie, l’Egypte, le Brésil, le Mexique, la Turquie, l’Algérie ou encore l’Iran qui sont nettement plus peuplés. Malgré les efforts déployés dans le cadre du Plan Maroc Vert pour améliorer la productivité et le rendement, le Royaume n’arrive toujours pas à assurer son autosuffisance. Il faut relever que le citoyen marocain est un grand consommateur de céréales notamment de blé tendre qui sert à la fabrication de la farine avec environ 200 kg annuellement alors que la moyenne mondiale se situe à 156 kg.

 

 

 

Agriculture Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX