Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Economie marocaine : Le FMI plutôt optimiste sur les perspectives à moyen-terme

Actualité Économique Maroc - Économie : Le FMI plutôt optimiste
Mercredi 17 Juillet 2019 - Par Finances News

Les perspectives à moyen terme du Maroc restent favorables et la croissance devrait atteindre 4,5% d'ici 2024.


Actualité Économique Maroc - Économie marocaine : Le FMI plutôt optimiste sur les perspectives à moyen-terme

Dans le cadre des consultations au titre de l’article IV, publié ce mardi 16 juillet 2019, le Fonds Monétaire International (FMI) a publié un rapport en date du 16 juillet 2019, sur les perspectives de l’économie marocaine.

Selon ce rapport, les perspectives à moyen terme du Maroc restent favorables et la croissance devrait atteindre 4,5% d'ici 2024. Toutefois, ces perspectives restent soumises à des risques économiques internes et externes importants, note le rapport, notamment des retards dans la mise en œuvre des réformes, une croissance plus faible dans les principaux pays partenaires (notamment la zone euro), une hausse des prix du pétrole, des risques géopolitiques et une volatilité des conditions financières.

A contrario, la baisse des prix internationaux du pétrole pourrait aider à renforcer la résilience de l’économie et une intégration régionale accrue dans la région du Maghreb pourrait devenir une source supplémentaire de croissance pour le Maroc à moyen terme.

Actualité Économique Maroc - Économie : Stabilisation des finances publiques

L'assainissement des finances publiques s'est ralenti en 2018, constate le FMI, le déficit public se stabilisant à 3,7% du PIB en raison de la vigueur des recettes de la TVA et de la réduction de la masse salariale, qui ont partiellement compensé la baisse des impôts et des subventions des entreprises et l'augmentation des subventions au butane.

Actualité Économique Maroc - Économie : Quant au commerce extérieur

Sur le plan du commerce extérieur, malgré de solides performances à l'exportation dans les secteurs de l'automobile et des phosphates, le déficit de la balance courante s'est creusé pour atteindre 5,4% du PIB, en raison de la hausse des importations d'énergie et de biens d'équipement, ainsi que de la baisse des envois de fonds, des subventions officielles et des recettes touristiques.

Les réserves internationales ont chuté à 24,4 milliards de dollars mais restent confortables, avec 5,2 mois d'importations environ.

Actualité Économique Maroc - Économie : Le FMI plutôt optimiste

Actualité Économique Maroc - Économie : Les créances en souffrance dérangent

Au registre du secteur financier, la capitalisation bancaire est adéquate et les risques pour la stabilité financière sont limités, estiment les experts du FMI. Les créances en souffrance restent relativement élevées, mais elles sont bien provisionnées.

Les limites réglementaires visant à réduire la concentration de crédit et la collaboration transfrontalière en matière de surveillance visant à limiter les risques liés à l’expansion des banques marocaines en Afrique sont en train d’être renforcées, soulignent par ailleurs le rapport.

 

Actualité Économique Maroc - Économie : Les principales recommandations 

Les administrateurs ont félicité les autorités marocaines d'avoir mis en œuvre des politiques macroéconomiques saines et se sont félicités de l'accélération des réformes qui ont permis d'améliorer la résilience de l'économie marocaine et d'accroître sa diversification. Les administrateurs ont néanmoins pris note de l'impact potentiel de l'incertitude et des risques mondiaux sur l'économie marocaine et ont appelé à la poursuite de l'engagement pour maintenir des politiques saines afin de parvenir à une croissance plus forte et plus inclusive.

Les administrateurs ont par ailleurs encouragé les autorités à poursuivre l'assainissement budgétaire afin de préserver la viabilité de la dette tout en préservant les investissements prioritaires et les dépenses sociales à moyen terme. Ils se sont félicités des résultats des Assises de la fiscalité, qui conduiront une réforme fiscale globale visant à parvenir à plus d'équité et de simplicité dans le système fiscal.

Les administrateurs ont apporté leur soutien à de nouvelles améliorations de l'efficacité et de la gouvernance du secteur public par le biais d'une réforme de la fonction publique, d'une mise en œuvre prudente de la décentralisation fiscale, d'un renforcement du contrôle exercé sur les entreprises publiques et d'un meilleur ciblage des dépenses sociales.

Les administrateurs ont noté que la politique monétaire accommodante reste appropriée dans un contexte d'inflation modérée et de croissance économique et de crédit modérée. Ils se sont félicités du début de la transition vers une plus grande flexibilité des taux de change l'an dernier, ce qui aidera l'économie à absorber les chocs extérieurs potentiels et à rester compétitive. Ils ont encouragé les autorités à utiliser la fenêtre d'opportunité actuelle pour poursuivre cette réforme de manière soigneusement séquencée et bien communiquée.

Les administrateurs ont souligné également que l'adoption de la loi sur la banque centrale et le maintien du cadre de surveillance davantage axé sur les risques et sur l'avenir contribueraient à améliorer encore la solidité du secteur financier. Ils se sont félicités de l’adoption récente d’une stratégie globale d’inclusion financière, qui permettra de mieux prendre en compte les besoins de financement des groupes mal desservis et des petites et moyennes entreprises.

Les administrateurs ont indiqué qu'il importait de maintenir le rythme des réformes structurelles afin de passer à un modèle de croissance davantage fondé sur le secteur privé, tout en réduisant les inégalités et en protégeant les plus vulnérables. Les administrateurs ont souligné la nécessité de réorganiser les politiques du marché du travail et de mettre en œuvre des réformes de l'éducation afin de créer des emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes. Tout en se félicitant des améliorations constantes apportées à l'environnement des entreprises, les administrateurs ont encouragé les efforts soutenus visant à renforcer la gouvernance et à lutter contre la corruption.

 

 

Economie FMI Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX