Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Boris Johnson défend sa vision du Brexit - Actualité Économique

Boris Johnson défend sa vision du Brexit - Actualité Économique
Dimanche 18 Aout 2019 - Par seo

Le gouvernement britannique, dont le chef Boris Johnson va voyager cette semaine pour rencontrer des dirigeants européens, a annoncé dimanche avoir ordonné pour le 31 octobre l'abrogation de la loi britannique qui a permis au Royaume-Uni d'adhérer à l'Union européenne.

Ce jour n'est pas choisi au hasard: c'est la date prévue du Brexit, qui a déjà été reporté deux fois, et celle à laquelle Boris Johnson a promis que son pays aurait quitté l'UE, qu'il ait réussi ou non à renégocier l'accord de Brexit conclu entre sa prédécesseuse et les dirigeants européens.

"C'est un signal clair aux citoyens de ce pays : nous allons quitter l'UE comme promis le 31 octobre quelles que soient les circonstances", a déclaré dans un communiqué Steve Barclay, ministre chargé du Brexit. "C'est un moment historique de reprise de contrôle sur nos lois par rapport à Bruxelles".

Boris Johnson veut faire pression sur l'UE pour obtenir un nouvel accord en agitant la menace, de plus en plus imminente, d'un Brexit sans accord alors que Bruxelles refuse jusqu'à présent de rouvrir les négociations.

Il doit rencontrer mercredi la chancellière Angela Merkel à Berlin puis jeudi le président français Emmanuel Macron. Puis il sera du 24 au 26 août à Biarritz pour le sommet du G7 où il s'entretiendra notamment avec le président américain Donald Trump, avec lequel il espère conclure un accord de libre-échange ambitieux après le Brexit.

L'annonce suit la publication dimanche d'une lettre dans laquelle plus de 100 parlementaires britanniques appellent Boris Johnson à convoquer immédiatement le Parlement, actuellement en vacances, pour qu'il siège en permanence jusqu'au 31 octobre.

"Notre pays est au bord d'une crise économique alors que nous nous dirigeons vers un Brexit sans accord", écrivent ces parlementaires qui veulent empêcher un tel scénario. "Nous sommes devant une urgence nationale, et le Parlement doit être convoqué immédiatement".

 

Avec AFP
 

Economie Brexit

Partage RÉSEAUX SOCIAUX